Mon guide de l’expatriation au Royaume-Uni

par Ophélie G.
Publié le Edité le 0 commentaire

Ce blog a débuté par l’histoire de mon expatriation en Angleterre, en septembre 2014. A cette époque, tout semblait plus facile : le concept de Brexit n’était qu’une légende urbaine, un murmure désagréable qu’il était facile d’ignorer. En tant que ressortissante de l’Union européenne, mon installation en terres britanniques a été un jeu d’enfant. Fast forward, nous sommes en 2021 et le Royaume-Uni a bel et bien quitté l’Union Européenne.  

Depuis la création de ce blog, j’ai écrit un tas d’articles sur mon expérience personnelle, principalement pour partager mon aventure de Française à l’étranger. A cause de Brexit, la plupart de ces derniers sont devenus obsolètes. Une mise à jour est prévue, mais ça va prendre un peu de temps. En attendant, je vous propose ce nouvel article qui récapitule mon parcours en Angleterre, puis en Ecosse : de mon installation à mon intégration, en passant par mon immersion la plus totale. Cette page contient beaucoup de liens : à vous de vous balader entre les pages. Je précise quand même que mon guide de l’expatriation au Royaume-Uni est vraiment personnel. Il n’y a jamais deux parcours identiques.

 

Si vous avez le projet de venir vivre au Royaume-Uni, voici deux articles à consulter :

★ A l’aube du Brexit, est-il encore possible de venir vivre au Royaume-Uni ?

★ Premiers pas au Royaume-Uni : mes conseils

M'installer et vivre au Royaume-Uni

De l'Angleterre à l'Ecosse

Mon expatriation en Angleterre est à l'origine de ce blog. C'était en septembre 2014 et depuis, les choses ont bien changé. J'ai changé de pays (de l'Angleterre à l'Ecosse), je me suis professionnellement reconvertie (du système éducatif au social), j'ai acheté une voiture, j'ai déménagé plusieurs fois - bref, je me suis installée à l'étranger pour une durée indéterminée. Entre temps, le Brexit est arrivé et a changé quelques trucs.

Tu veux faire quoi quand tu seras plus grande ?

La paperasse administrative

En tant que Française, je n’ai pas eu besoin de Visa, ce qui a facilité mon installation. J’ai d’abord ouvert un compte en banque chez Lloyds et j’ai demandé mon National Insurance Number, essentiel pour travailler au Royaume-Uni. Après avoir résilié mon abonnement SFR, j’ai choisi Giffgaff comme opérateur téléphonique et suis restée fidèle depuis tout ce temps.

Comme je suis installée au Royaume-Uni depuis 2014, j’ai pu demander (et obtenir !) le Pre-Settle Status, puis le Settled Status – désormais obligatoire pour tous les Européens installés sur le sol britannique avant le 31 décembre 2020. Je peux officiellement rester au Royaume-Uni de manière indéfinie !

Se trouver un chez-soi

Si la question du logement ne s’est pas posée pour moi à Stamford, je n’y ai pas échappée à Glasgow, York, Scarborough ou Edimbourg. J’ai d’abord vécu en colocation, nous étions six à Glasgow et trois à Stamford. Ça m’a permis de dresser la liste des avantages et des inconvénients de la colocation, mais aussi de faire le portrait des colocataires-types

Après, je suis devenue une adulte et j’ai dû choisir un appartement pour moi toute seule. J’ai longtemps cherché des informations, j’ai fait des to-do lists qui ne semblaient jamais se terminer. Et puis j’ai fini par écrire un long article pour aider ceux qui, comme moi, ne savaient pas comment s’y prendre pour trouver un logement. Histoire d’éviter les mésaventures que j’ai eues à Glasgow.

Sorry, mon expression préférée !

Maîtriser la langue de Shakespeare

L’anglais n’est pas aussi facile qu’on le pense, notamment à cause de toutes les variantes de la langue. Quand je suis arrivée à Glasgow, je pensais ne pas trop mal me débrouiller en anglais : ça a été la douche froide. 

Depuis, je me suis familiarisée avec différents accents et dialectes, y compris celui du Yorkshire où j’ai vécu trois ans. J’ai aussi listé les expressions slang que je préfère et parlé des problèmes de traduction quand il s’agit d’exprimer certains concepts, que ce soit l’amitié ou d’autres choses plus générales. Mais surtout, je suis devenue maître dans l’art de parler franglais, comme bon nombre de Français installés en pays anglophones.

Erasmus ou assistant

Etudiante Erasmus à Glasgow, professeur en formation à York

J’ai étudié dans une université britannique à deux reprises. D’abord en 2011-2012 à l’Université de Glasgow, via le programme Erasmus, puis en 2017-2018 à l’Université de York de manière totalement indépendante.

En Ecosse, je faisais ma troisième année de licence LLCE : j’étudiais la littérature écossaise et la civilisation celte. 

Sur les bancs de la fac anglaise, j’ai préparé mon Post-Graduate Certificate of Education (PGCE) pour enseigner le français dans le secondaire anglais, obtenu en 2018 (avec une vraie cérémonie de graduation !).

Erasmus ou assistanat

Travailler en Angleterre et en Ecosse

Ma vie professionnelle a véritablement commencé en Angleterre. Avant de venir en 2014, je n’avais eu que des jobs étudiants en France. 

J’ai débuté en tant qu’assistante de langue dans un établissement privé, puis en tant que professeur de FLE pour un public adulte avant d’enseigner le français dans un établissement secondaire. Aujourd’hui, je suis Care Support Worker, un mélange entre auxiliaire de vie et aide à domicile qui me plaît énormément. 

J’ai également fait du bénévolat, pour une association caritative qui aide les personnes sans-abris et ça a été une merveilleuse expérience !

Garder la santé au Royaume-Uni

Bien évidemment, mon départ a été précédé de tout un tas de check up en France : dentiste, ophtalmo et médecin généraliste y sont passés.

Mais après quelques années au Royaume-Uni, je n’ai pas pu échapper au système de santé britannique. La National Health Service (NHS pour les intimes) fonctionne un peu comme en France et j’en ai parlé dans un long article.

J’ai eu l’occasion de tester les urgences en Angleterre (le service A&E, très pratique pour les urgences non-mortelles) mais aussi l’ophtalmo – qui a été une belle surprise pour mon portefeuille. Ne me reste que le dentiste à cocher sur ma liste.

M'IMMERGER DANS LA CULTURE BRITANNIQUE

Une histoire de différences culturelles

Le Royaume-Uni n'est qu'à un jet de pierres de la France : il n'y a qu'une trentaine de kilomètres entre Douvres (en Angleterre) et Calais (en France). Et pourtant, les deux cultures ne sont pas identiques et il y a quelques spécificités auxquelles il faut s'habituer. Petit tour d'horizon des choses qui m'ont paru incongrues à mon arrivée en Angleterre (mais auxquelles je ne pense plus du tout aujourd'hui).

M'APPROPRIER DE NOUVELLES TRADITIONS

Fêtes et célébrations britanniques

En plus des traditionnelles célébrations comme Pâques ou Halloween, la vie britannique est rythmée par d'autres fêtes parfois méconnues en France : la nuit de Guy Fawkes, Pancake Day ou Remembrance Day ne sont que quelques unes d'entre elles. A cela, il faut bien ajouter les célébrations propres à chaque nation britannique. De quoi ajouter de nouvelles raisons de festoyer entre amis. Maintenant que je vis en Ecosse, j'ai tout un tas de nouvelles célébrations à découvrir - j'ai hâte !

MES HISTOIRES EXPATRIÉES

Quand les expats partagent leurs expériences

Pendant plus d'un an, j'ai participé au merveilleux rendez-vous mensuel #HistoiresExpatriées, mis en place par Lucie, installée en Italie. L'idée était que chaque mois, les participants s'expriment sur un thème proposé à l'avance, toujours en lien avec leur expérience d'expatriation. Il y a eu un peu de tout, de la culture à la linguistique, en passant par du ressenti et de l'humour. Ça a été un exercice auquel j'ai beaucoup aimé me soumettre, même si certains thèmes m'ont donné du fil à retordre !

DANS MA BIBLIOTHÈQUE

Passion livres !

Il n'y a rien de tel qu'une expatriation pour s'améliorer en anglais et de devenir un pro du franglais. Lire en anglais m'a beaucoup aidé à développer mon vocabulaire anglophone. Dès mon arrivée au Royaume-Uni, j'ai pris l'habitude de lire en VO comme on dit. Il faut dire que ce ne sont pas les librairies qui manquent ! Les Charity Shops m'ont également permis de trouver de chouettes pépites (mais aussi de me débarrasser de certains ouvrages).

J’espère que cette page vous sera utile.

✏️ Si jamais il y a des choses que je n’ai pas abordées, faites m’en part en commentaires ! 

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Le blog utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Si vous n'êtes d'accord, vous pouvez refuser. Accepter Lire la suite