Quand ton banquier est ex-prêtre

par Ophélie G.
0 commentaire
Ouvrir un compte bancaire en Angleterre

Banque Article mis à jour le 3 juillet 2020.

Le jour où j’ai officiellement commencé à travailler à l’école, ça a été une journée dédiée à la paperasse diverse et variée. Entre les papiers à remplir pour obtenir le DBS Check (l’équivalent du casier judiciaire français, indispensable pour travailler avec des enfants), les contrats à signer, etc. Ça nous a pris quasiment toute la matinée, mais ce n’était pas tout puisque dans l’après-midi, je devais aller prendre rendez-vous à la banque pour ouvrir un compte.

Parce que bon, si on s’expatrie pour une certaine durée, c’est quand même bien plus pratique d’avoir un compte bancaire local pour être payé et payer ses factures (et acheter des livres). Coup de chance à Lloyds, un employé s’ennuyait cruellement et a pu me recevoir sans délai. L’ouverture du compte aurait dû prendre quelques minutes à peine, mais ça a duré plus d’une heure (il s’ennuyait vraiment hein), car il nous a raconté les détails cruciaux de sa vie… d’ex-prêtre.

Vous n’imaginez pas à quel point on a pu rire dans ce petit bureau sans fenêtre, ma coloc Noélia et moi-même, a écouter les histoires sordides et marrantes de ce jeune prêtre qui, par inadvertance, s’est vu contraindre de changer d’orientation professionnelle après avoir giflé un évêque. J’ai d’ailleurs appris une expression typiquement anglaise ce jour-là (et totalement sexuelle) : to slap the bishop (littéralement « gifler un évêque »). Je vous laisse le soin d’aller voir sur l’Urban Dictionary pour la définition..

Ouvrir un compte en banque

A part ça, ouvrir un compte en banque a été bien plus facile qu’en Ecosse. A Glasgow, le jeune homme qui nous avait reçues à la Clydesdale Bank était un vrai Glaswegian, couvert de tatouages des doigts au cou, avec un accent qui nous paraissait abominable à l’époque. Il nous avait d’ailleurs gentiment menacées de ne pas ouvrir nos comptes si on ne comprenait pas ce qu’il nous racontait.

En tant qu’étudiant, ouvrir un compte en banque peut s’avérer compliqué : certaines banques refusent les étudiants, tout simplement. Il faut parfois changer plusieurs fois de banque pour en trouver une qui vous acceptera. 🙂 Après, votre passeport, un justificatif de domicile et toute votre paperasse étudiante (les documents Erasmus, par exemple), devraient être suffisant pour ouvrir un compte en banque sans problème.

En tant que salarié, c’est beaucoup plus rapide et plus simple. Bien évidemment, le banquier a dû s’assurer de mon identité et de ma résidence dans le pays. Mon passeport m’a été d’une grande aide, car la carte d’identité n’existant pas au Royaume-Uni, elle n’est pas prise en compte partout. Puis, le contrat de location de l’appartement, ainsi qu’une attestation rédigée par mon employeur ont permis de confirmer ma résidence sur le sol britannique. Quelques clics plus tard, tout était réglé : ouverture du compte, accès à l’espace bancaire en ligne, carte de débit en cours d’envoi.

Note : Au Royaume-Uni, il est plus courant d’avoir une carte de débit (Debit Card) qu’une carte de crédit (Credit Card). En fonction de votre situation, on vous proposera plusieurs types de comptes bancaires, et le choix entre les deux cartes. Vous pourrez également demander un carnet de chèque, si cela vous dit – mais personne n’utilise de chéquier en Angleterre, just so you know.

Note bis : les banques britanniques sont sans frais. Je ne paie absolument rien pour la gestion de mes différents comptes, ni de ma carte de débit.

Quelles banques en Angleterre ?

Il existe un grand choix en la matière. Pour ne citer que les plus connues : Lloyds, Barclays, HSBC, NatWest, TSB, NationWide, Royal Bank of Scotland, Santander, Halifax.

Chaque banque présente ses avantages et ses inconvénients, ses pros and cons comme on dit ici. A vous de voir laquelle vous convient le mieux. Je n’ai pas fait la difficile : j’ai choisi celle qu’on m’avait beaucoup recommandée, Lloyds. Et en six ans, je n’ai jamais eu de souci.

Il est bon de savoir que la plupart des banques au Royaume-Uni ne prennent pas de frais d’entretiens des comptes ou de carte de débit. Je n’ai encore jamais payé le moindre frais (mis à part quand je fais des paiements et retraits en France).

Pour ouvrir un compte en banque, dans l’idéal, il vous faut :

  • Un passeport à jour ;
  • Un justificatif de domicile anglais ;
  • Une attestation de votre employeur confirmant l’adresse au Royaume-Uni.

La carte d’identité ne pose pas de souci en général, mais les banques préfèrent les passeports.

Il n’est pas toujours possible de fournir une attestation de l’employeur, notamment quand on arrive tout juste sur le sol anglais. Celle-ci n’est pas indispensable, elle facilite juste les démarches. Par contre, vous ne pourrez pas entamer les démarches d’ouverture de compte tant que vous n’aurez pas d’adresse fixe. D’où l’importance de trouver un logement le plus rapidement possible.

Ouvrir un compte en banque au Royaume-Uni

Pas encore d’emploi ?

Si vous venez fraîchement de débarquer et que vous n’avez pas encore d’emploi, vous pouvez opter pour une banque en ligne. Monzo est pratique pour ça puisqu’une pièce d’identité et une adresse britannique sont suffisants pour ouvrir un compte en banque. 

Faire des virements à l’étranger

Si vous comptez faire des virements à l’étranger, le faire via votre banque peut revenir assez cher à cause des commissions et des taux de conversion peu avantageux. Je vous conseille de passer par Transferwise. C’est un service qui permet de faire des virements peu coûteux et très rapidement. Testé et approuvé depuis mon arrivée au Royaume-Uni en 2014.

Mon expérience avec Lloyds

La gestion de mes comptes peut se faire (presque) complètement en ligne et c’est très pratique. En six ans, je peux compter sur les doigts d’une main le nombre de fois où j’ai dû me déplacer dans les locaux : pour signaler mes changements d’adresse (ce qui, pour le coup, ne peut se faire en ligne) et pour déposer chèques (très rare) et liquide.

L’ouverture de comptes épargnes, saving accounts, se fait également en ligne et c’est très facile. Bref, pour le moment, c’est un sans faute.

Pour plus d’informations logistiques sur l’expatriation en Angleterre, je vous renvoie vers mon guide perso :

★ Lire le dossier Mon guide de l’expatriation en Angleterre

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Le blog utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Si vous n'êtes d'accord, vous pouvez refuser. Accepter Lire la suite