Blog post

Ce que j’aurais voulu savoir avant de partir

Décider de tout plaquer pour s’installer dans un nouveau pays peut être à la fois terriblement excitant et sérieusement flippant. Nous avons beau faire d’interminables listes, vérifier tel ou tel truc jusqu’au Jour J, nous ne sommes jamais vraiment prêts aux changements qui accompagnent une telle décision. Aujourd’hui, je vous parle de ces choses que j’aurais voulu savoir avant de partir en Angleterre.

J’ai déjà parlé de toutes les démarches administratives liées à mon expatriation en Angleterre, notamment via mon « Guide de l’expatriation », publié l’année dernière (ou celle d’avant). Du coup, pour ce nouvel article #HistoiresExpatriées, je parle de choses un peu plus triviales.

J’aurais voulu savoir qu’il serait difficile de faire du zéro déchet

C’est un peu mon combat quotidien (avec perdre quelques kilos, mais c’est un tout autre débat). Les grandes surfaces anglaises dégueulent d’aliments emballés dans du plastique, notamment les fruits et les légumes. Sérieux, pourquoi les concombres sont-ils emballés à l’unité ?? A moins d’avoir un marché à proximité (et du temps le weekend pour y aller), c’est un peu la croix et la bannière pour parvenir à éliminer le plastique de sa vie. Heureusement, pour les courses, il y a les Tote Bags – ce qui est déjà un grand pas.

J’aurais voulu savoir que je passerais autant de temps à sociabiliser

Croyez-moi, pour l’introvertie que je suis, c’est un grand pas. J’aime mon appartement et y reste volontiers enfermée. Mais je dois dire que depuis que je suis en Angleterre, j’ai pris l’habitude de beaucoup, beaucoup sortir. Que ce soit pour un pub quiz, une pinte entre amis ou un déjeuner, il y a toujours quelqu’un pour me faire sortir de mon terrier. J’ai fini par m’y habituer.

J’aurais voulu savoir que j’en viendrais à prendre des habitudes anglaises

Il y a plein de choses que je fais aujourd’hui que je n’aurais jamais pensé faire un jour. La liste non-exhaustive :

  • Déjeuner sur le pouce en vingt minutes top-chrono, le tout sans cesser de travailler.
  • Dire I’m having green beans and eggs for tea, en parlant de mon dîner.
  • Dîner à dix-sept heures.
  • Boire du thé (je résiste au nuage de lait).
  • Avoir un parapluie à portée de main dans mon sac.
  • Dire sorry à tout bout de champs, même quand je n’ai rien fait.
  • Remercier le chauffeur en descendant du bus.
  • Avoir des small talks avec les caissiers (ceux de Waterstones sont mes préférés !).

J’aurais voulu savoir que les quatre saisons pouvaient se succéder dans une journée

On entend souvent parler de la pluie britannique. Pourtant, personne ne dit jamais rien sur les quatre saisons quotidiennes. Parce qu’en vingt-quatre heures, la météo change tellement que c’est parfois difficile de suivre le rythme. Alors on s’adapte. Personnellement, en plus du parapluie toujours dans mon sac, j’ai aussi mon bonnet pour le vent, mes lunettes de soleil pour les éclaircies. Se vêtir devient un jeu quotidien, auquel je me prête avec amusement. Je marche tous les jours pour aller et venir au travail ou à la fac, et franchement, je ne me suis jamais plainte de la météo !

J’aurais voulu savoir que les accents seraient si différents d’une région à une autre

Après avoir vécu un an à Glasgow, je pensais pouvoir comprendre n’importe quel Anglais. La blague ! Si l’accent de Stamford est plutôt plat, celui de Londres est très posh (le fameux anglais de la Reine !). En revanche, plus on monte vers le nord du pays, plus les accents se renforcent. A Newcastle, il m’avait fallu un moment avant de comprendre. A York, c’est un peu la même chose. Certains copains du coin sont particulièrement retors à ce niveau-là. Quand en plus ils utilisent un peu de slang, ça devient vite compliqué.

J’aurais voulu savoir qu’il serait impossible de repartir

Parce que oui, rappelez-vous, je suis à l’origine venue en Angleterre pour une année scolaire, dans le cadre d’un échange universitaire. C’était en septembre 2014 et j’aurais dû repartir en juin 2015. Nous sommes en avril 2018, et je suis toujours là. Et sincèrement, je crois que je ne suis pas prête de repartir en France !


Voici donc en bref quelques anecdotes sur ma vie en Angleterre. Et franchement, je ne changerais ma vie ici pour rien au monde !

Cet article participe donc au RDV d’#HistoiresExpatriées ! Voici la liste des articles des blogueurs et blogueuses participant.e.s !

En Afrique

  • Angélique, expat à Kaolack, au Sénégal – FoguEscales

En Amérique

En Europe

Pourquoi es-tu partie (et restée) ?

Encore un peu de lecture

By Ophélie G.

Expatriée en Angleterre, à Stamford, puis à York, depuis septembre 2014, je partage mon quotidien chez les Anglais, mes (més)aventures ainsi que mes balades et découvertes. Parfois j’étudie aussi, pour être prof de français/espagnol dans le secondaire britannique !

Article précédent

Article suivant

16 comments

  • Lucie

    15 avril 2018 at 08:26

    La vie a l’anglaise à l’air sympa en même temps ! Mais je crois que pour la météo (et la nourriture), je ne pourrais pas 😛

    1. Ophélie G.

      15 avril 2018 at 09:25

      Qu’est-ce qu’elle a la nourriture ?? :p xx

  • Sophie

    15 avril 2018 at 16:05

    Ah, le zéro déchet… Impossible en Islande aussi 🙁 Déjá chez toi il y a des marchés, c est mieux que rien 😉
    Il n y a pas de boutiques en vrac en Angleterre ?
    Quand je cherche des fringues équitables sur le net, j ai l impression qu il y a plein de boutiques « sustainable shopping » possibles en Angletterre.

    1. Ophélie G.

      15 avril 2018 at 18:58

      Le vrac est étonnamment difficile à trouver ici. Dans certains Holland & Barrett, tu peux trouver certains aliments en vrac (les noix, amandes, etc. par exemple), mais c’est pas dans toutes les villes. J’ai déjà vu une de ces boutiques proposer de l’huile en vrac aussi, mais je ne me souviens plus ou c’était. Même à Londres c’est pas quelque chose de répandu !
      Pour les fringues, je ne saurai te dire… xx

  • Ferdy pain d’épice

    15 avril 2018 at 16:05

    Je trouve que nous avons plusieurs points en commun entre l’Angleterre et le Canada 🙂 c’est pas pour rien que nous avons la reine sur nos billets alors ! 🙂
    Ou je suis vraiment d’accord avec toi c’est: j’aurais voulu savoir qu’il serait impossible de repartir ! Comment pouvoir revivre en France après toutes ses habitudes que nous avons prises ? L’Angleterre serait un pays par contre qui me tenterait bien, j’y ai vécu six mois et ça serait l’endroit idéale pour se rapprocher de ma famille ! Bon dimanche à toi

    1. Ophélie G.

      15 avril 2018 at 19:00

      C’est clair que pour moi la France c’est fini ! Je ne dis pas que je n’y rentrerai jamais, mais c’est clair que si jamais ça se fait, ce ne sera pas pour tout de suite ! Mais comme tu dis, l’éloignement n’est pas le même. Je peux rentrer voir ma famille si jamais l’envie m’en prend ! xx

  • Constance

    16 avril 2018 at 10:53

    je vais régulièrement en Ecosse où une amie vit depuis 4 ans maintenant, j’ai déjà pris des habitudes britanniques en France (le tea time par exemple) et je ne suis donc pas chamboulée quand je vais là bas, en revanche les supermarchés me choquent toujours. Je n’avais pas remarqué à quel point nous limitons nos déchets en France, même sans être un ayatolla du zéro déchet, c’est devenu évident pour nous qu’on ne met pas du plastique partout!!

    1. Ophélie G.

      16 avril 2018 at 18:16

      Les Britanniques sont vraiment en retard à ce sujet, et c’est bien malheureux. Après, je ne me plains pas, je n’ai vécu que dans des villes qui faisaient le recyclage ces quatre dernières années ! xx

  • Cécile

    16 avril 2018 at 17:32

    Pareil que toi pour le zéro déchet, c’est hallucinant de voir autant d’emballage… Je dis aussi « sorry » tout le temps, c’est une marque de fabrique apparemment au Canada 😀 Et pareil pour le « thank you » aux chauffeurs de bus !
    (par contre je suis à Toronto, pas à Ottawa :p )

    1. Ophélie G.

      16 avril 2018 at 18:17

      Perso j’adore cette politesse à outrance !
      Ahah désolée pour le mélange, je vais corriger ça de suite ! xx

  • Clem

    16 avril 2018 at 18:50

    Je suis d’accord avec telleeeeement de choses que tu mentionnes haha (d’ailleurs dans mon propre article HE j’ai aussi mentionné les habitudes anglaises). C’est clair que les accents c’est pas facile tous les jours, le père de mon amoureux vient de Bristol et au début j’ai franchement eu du mal ! Et comme toi je ne me vois pas repartir, ma vie d’adulte est en Angleterre maintenant, malgré le Brexit! Et évidemment, je dis tout le temps sorry même si c’est pas de ma faute haha xx

    1. Ophélie G.

      16 avril 2018 at 19:10

      Je vais aller lire ton billet de ce pas (et l’ajouter à la liste aussi !). La vie en Angleterre, c’est quand même top ! 😀 xx

  • La Maudite Française

    17 avril 2018 at 02:41

    Ton dernier point!! C’est drôle de découvrir pour que d’autres ne sont pas rentrés non plus, mais pour plein de diverses raisons 🙂

    1. Ophélie G.

      17 avril 2018 at 20:49

      Je trouve ça super intéressant de voir les points de vue de différents expats. Parce qu’en vrai, on a tous atterri dans un pays différent, mais pour un tas de raisons différentes ! C’est la beauté du truc je pense ! xx

  • Mon Expérience Voyage

    18 avril 2018 at 23:32

    Tu devrais faire un tour à Portsmouth pour découvrir encore un autre accent ! Parfois je ne comprends toujours pas. Parce que comme tu le dis il n’y a pas que l’accent il y a le slang aussi. Mais c’est cool on a l’impression de voyager super loin à chaque fois ha ha

    1. Ophélie G.

      19 avril 2018 at 20:05

      Je suis d’accord, au moins pas besoin d’aller très loin pour se sentir dépaysé ! :’) xx

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *