Blog post

Les ruines de Fountains Abbey

Quand il s’agit de châteaux ou de monastères en ruines, l’Angleterre n’a rien à envier à d’autres pays (enfin si, peut-être à l’Ecosse). Dans le Yorkshire, il y a de jolis joyaux à découvrir. Fountains Abbey fait partie de ceux-là et a été à la hauteur de mes attentes.

Comme d’habitude, rendez-vous en bas de l’article pour plus d’informations pratiques.

Les ruines de Fountains Abbey

La brève histoire de Fountains Abbey

La longue histoire des lieux débuta en 1132, lorsqu’un groupe de treize moines cisterciens mécontents et bannis de l’abbaye Sainte Marie de York (elle aussi en ruines aujourd’hui) décidèrent de s’établir dans cette vallée sauvage et boisée, en quête d’une vie plus simple et plus pieuse.

Ces premiers moines menèrent une vie austère et leurs tenues faites de laine de mouton non teintes leur valut le surnom de « moines blancs ».

Comme à l’époque, on vivait encore moins qu’aujourd’hui d’amour et d’eau fraîche, la jeune communauté monastique eut besoin de ses frères lai (c’est-à-dire les moines chargés, entre autres, des travaux manuels) et de leurs talents comme bergers, tanneurs, maçons et brasseurs pour bâtir l’impressionnante abbaye.

Au milieu du XIIIe siècle, Fountains Abbey était devenue l’un des bâtiments religieux les plus grands et les plus puissants d’Angleterre – rien que ça ! A l’époque, l’abbaye menait la course en matière de production et d’exportation de laine dans le pays. Ce qui, bien sûr, rapporta beaucoup, beaucoup d’argent à l’ordre religieux.

L’abbaye continua de tourner pendant un peu plus de 400 ans, jusqu’à sa dissolution en 1539, sous les ordres de Henri XVIII.

Fountains Abbey aujourd’hui : ce qu’il en reste

Aujourd’hui donc, l’abbaye a perdu sa valeur d’autrefois. Ceci étant dit, la majesté des ruines à l’heure actuelle laisse aisément deviner la grandeur de l’abbaye à l’époque. Les ruines sont absolument immenses, et m’ont beaucoup fait pensé à un mélange entre Tintern Abbey, au Pays de Galles et le monastère de Glastonbury, dans le sud-est de l’Angleterre.

Quel plaisir de déambuler entre les murs de pierre – ou ce qu’il en reste – en tentant tant bien que mal de s’imaginer ce à quoi ressemblaient les lieux il y a plusieurs siècles ! C’est vraiment difficile, mais c’est un véritable jeu.

 

Les ruines de Fountains Abbey Les ruines de Fountains Abbey Les ruines de Fountains Abbey Les ruines de Fountains Abbey Les ruines de Fountains Abbey Les ruines de Fountains Abbey Les ruines de Fountains Abbey Les ruines de Fountains Abbey Les ruines de Fountains Abbey

Le chouette cellarium qui n’est pas sans rappeler les arches de l’Université de Glasgow !

Et ce nom alors, il sort d’où ?

Imaginez ma déception lorsque j’ai compris qu’à Fountains Abbey, il n’y avait pas de fontaine ! Et pourtant, c’est pas faute d’avoir cherché. En réalité, le nom vient tout simplement du fait que dans la vallée, il y a plusieurs rus et ruisseaux. Alors, vous aussi vous êtes déçus ?

Les ruines de Fountains Abbey

Un des nombreux cours d’eau à l’origine du nom des lieux.

Les ruines de Fountains Abbey Les ruines de Fountains Abbey Les ruines de Fountains Abbey

Aux alentours

Avec la chaleur qu’il faisait, les alentours de Fountains Abbey étaient envahis de familles avec leurs enfants. Non pas que je n’aime pas les enfants, mais j’admets que les entendre crier ne m’est pas des plus agréables. Heureusement, le parc est vraiment vraiment grand et s’y promener permet de s’éloigner des cris et jeux d’enfants.

Il faut bien plusieurs heures pour avoir une bonne idée de la taille de l’endroit. Il y a en réalité deux sites adjacents : Fountains Abbey et Studley Royal. Les deux domaines réunis offrent donc un terrain propice pour les pique-niques en famille et les jeux de ballons ! Mais rien que le parc autour des ruines de l’abbaye vaut le détour. Nous avons pu :

  • découvrir les mécanismes de fonctionnement d’un moulin et de sa meule (et nous avons même moulu du blé pour faire de la farine) au sein du Fountains Mills ;
  • nous balader dans un joli potager médiéval et arpenter un verger ;
  • marcher des kilomètres et des kilomètres sans croiser trop d’enfants ;
  • découvrir différents aspects de la production de laine de mouton, de la tonte jusqu’aux traitements ;
  • apprécier la fraîcheur des sous-bois ;
  • découvrir de chouettes monuments, notamment le Anne Boleyn’s Seat and Surprise View, le Temple of Piety and Moon Pond, le Temple of Fame ou encore le joli Rustic Bridge.

Je termine avec ma photo préférée : cette statue d’un homme qui, clairement, mange le bras sans fin d’un bébé. 😀

L'endroit était propice à l'établissement d'un nouvel ordre religieux : bois et roche à profusion, et un cours d'eau.

Informations pratiques

☛ Ce monument est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO et est aujourd’hui gérée par National Trust. Ce qui signifie que les membres du National Trust peuvent y aller gratuitement et à volonté !

☛ Les non-membres du National Trust devront s’acquitter de la coquette somme de £15 (£16.50 avec donation) pour entrer sur la propriété.

Anecdote : c’est là que j’ai rencontré Iain, un Ecossais travaillant pour le National Trust, qui nous a conseillé, à Ana et à moi, plein de chouettes endroits pour notre road trip en Ecosse. Road trip dont vous pouvez lire un aperçu dans cet article dédié.

☛ Et aussi, cet article marque le début de l’étique « National Trust« , qui va répertorier tous les endroits estampillés en tant que tels que je vais pouvoir (ou que j’ai pu) visiter grâce à mon abonnement !

J’espère que cette balade au cœur du territoire cistercien vous aura plu autant qu’à moi.

N’hésitez pas à me laisser votre avis sur ce chouette lieu !

Découvrez également

4 Commentaires

  • lewerentz

    3 octobre 2018 at 10:39

    Ce site me fait rêver depuis des années et j’espère avoir la chance de le découvrir un jour. Je ne connaissais pas le site adjacent de Studley Royal – merci pour la mise en lumière.

    1. Ophélie G.

      3 octobre 2018 at 17:22

      C’est marrant ça, parce que je ne connaissais pas du tout ce site avant d’être inscrite au National Trust ! xx

  • Madame Dree

    6 octobre 2018 at 19:01

    Super ton article ! En plus c’est hyper joli !
    Du coup ça vaut le coup d’être inscrite au National Trust ? Je me tâte, faut vraiment que je me renseigne un peu plus 🙂
    En tous cas tes photos sont superbes ! C’est beau ! 🙂

    1. Ophélie G.

      6 octobre 2018 at 21:00

      Je savais que ça te plairait !
      Alors oui, je pense que ça vaut franchement le coup. Mais après, il faut que tu regardes quelles propriétés sont gérées par le NT dans ton coin pour voir s’il vaut mieux prendre ça ou English Heritage. 🙂 Je prépare un article là-dessus d’ailleurs ! xx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent Article suivant