1.8 London, Janet ECHELMAN

Lumiere London 2016

Lumiere London 2016, c’était un festival d’illuminations installées dans 30 endroits différents de la capitale anglaise, répartis en quatre principaux : Mayfair, King’s Cross, Picaddilly/Regent Street/St James’s et Trafalgar Square/Westminster. Et c’était le weekend du 14 au 17 janvier, en soirée, que l’on pouvait les admirer. J’ai eu de la chance, puisque c’était le weekend où j’accompagnais ma meilleure amie à l’aéroport, et que j’en profitais pour rester quelques jours dans la capitale anglaise. Je n’ai pas vu toutes les installations, mais celles que j’ai eu la chance d’observer étaient magnifiques.

Dresses par Tae Gon Kim

Ces robes, réalisées en LEDs en fibre optique par l’artiste franco-coréen Tae Gon Kim, étaient disposées ça et là derrière des vitrines. La délicatesse de ces courbes et la taille à l’échelle humaine laissaient penser à quelques fantômes qui scintillaient ça et là dans la nuit. J’en ai vu plusieurs mais, attirée par la lumière, la foule était dense et empêchait de faire des photos correctes. Au gré des secondes, elles changeaient de couleur mais restaient toujours aussi belles.

Dresses, Tae Gon KIMDresses, Tae Gon KIMDresses, Tae Gon KIM

Luminéoles par Porté par le vent

Créées pour la Fête des Lumières de Lyon, ces créatures volantes semblaient tout droit sorties d’un rêve. Aériennes et délicatesses, elles flottaient dans les airs, animées par la légère brise du moment, illuminant le ciel de nuit.

Luminéoles, Porté par le ventLuminéoles, Porté par le vent Luminéoles, Porté par le vent

1.8 London par Janet Echelman

Cette impressionnante installation survolait Oxford Circus et était incroyablement belle. Le nom 1.8 provient du tremblement de terre qui forma un tsunami au Japon en 2011, et qui raccourcit le jour d’1,8 secondes. Cette installation est en réalité l’image 3D des données de la NASA concernant ce désastre naturel. Chose amusante, en utilisant une application créée spécialement pour l’occasion, les spectateurs pouvaient jouer avec cette installation en manipulant la lumière (changeante) et les dessins qui étaient projetés sur cet immense filet suspendu.

1.8 London, Janet ECHELMAN 1.8 London, Janet ECHELMAN

195 Picadilly par Novak

195 Picadilly explorait les différents genres cinématographiques et télévisuels, en utilisant les archives de la BAFTA. Sur la façade d’un magnifique bâtiment étaient projetées de magnifiques images aux couleurs vives, accompagnées d’une musique qui aidait à définir le genre affiché. C’était extrêmement bien fait !

195 Picadilly, NOVAK195 Picadilly, NOVAK195 Picadilly, NOVAK

I Haven’t Changed my Mind in a Thousand Years par Beth J. Ross

Alors qu’elle faisait des recherches à la bibliothèque de la Cathédrale de Durham, Beth J. Ross est tombée sur un manuscrit du XIIe siècle plein de proverbes qui avaient une certaine résonance contemporaine. Inspirée de ce texte historique, Ross réinvente ces proverbes et se sert de néons pour en faire une installation surprenante.

I Haven't Change My Mind in a Thousand Years, Beth J Ross

Les Voyageurs par Cédric Le Borgne

Ces sculptures, réalisées par un artiste français, étaient constituées de formes humaines faites de lumières. Assises sur les toits, gelées en plain air, il fallait lever les yeux pour les apercevoir. Il y en avait partout, certaines mieux dissimulées que d’autres, parfois installées à des hauteurs impressionnantes. C’était un véritable jeu d’en trouver de nouvelles.

Les Voyageurs, Cédric LE BORGNE (3)Les Voyageurs, Cédric LE BORGNE (3) Les Voyageurs, Cédric LE BORGNE (2) Les Voyageurs, Cédric LE BORGNE (1)

Joining the Dots de Cleary Connolly

Il s’agissait là d’une installation vidéo, inspirée par le travail d’un psychophysicien nommé Gunnar Johansson. Dans les années 1970, ce scientifique s’intéresse à la manière dont l’esprit perçoit le corps humain en mouvement basé sur des stimulis. Travaillant avec des acteurs vêtus de noir, dans un environnement noir, avec seulement des points lumineux sur 13 parties du corps (la tête, les épaules, les coudes, les poignets, les hanches, les genoux et les chevilles). Anne Cleary et Denis Connolly se sont servis du même principe pour animer leur projection. En vrai, on pouvait distinguer les silhouettes de ces formes humaines en mouvement.

Joining the Dots, Cleary CONNOLLY

Circus of Light par Ocubo

Cette installation était gigantesque ! Projetée sur un immense building près de King’s Cross, cette vidéo invitait les spectateurs à assister à une représentation de cirque. Entre les acrobates, les jongleurs, les danseurs et autres réjouissances (quand on aime le cirque bien évidemment), on assistait à une superbe démonstration animée. Il y avait énormément de monde face à cette installation. Désolée pour la médiocre qualité des photos, ça bougeait vite. 😉

Circus of Light, OCUBO (2)Circus of Light, OCUBO (1) Circus of Light, OCUBO (3)

Shaida Walking, 2015 de Julian Opie

Cette petite installation était bien cachée sur Carnaby Street, et c’était appréciable (il n’y avait presque personne autour, un véritable miracle !). Il s’agissait tout simplement de la silhouette d’une femme qui marchait. Voilà. Pour faire simple, j’en ai fais un .gif (ça deviendrait presque une habitude ce truc..).

Shaida Walking, Julian OPIECarnaby

Keyframes du Groupe LAPS

Une nouvelle fois, cette installation a été créée pour la Fête des Lumières de Lyon, par un groupe d’artistes français. Sur le bâtiment abritant le célèbre magasin Liberty (côté Regent Street) avaient été installées des sortes d’échafaudages abominablement laids pendant la journée. Seulement voilà, la nuit, c’était une véritable armée de stick men qui se mouvaient en lumière, sur un fond sonore de jeu vidéo. Ces petites figures lumineuses virevoltaient, sautaient, couraient, bref, s’animait.

Keyframes, Groupe LAPS

(Plus d’informations sur le site officiel : Lumiere London 2016)

Un festival pareil, ça vous tente ?

2 Commentaires

  • Anaïs

    7 février 2016 at 21:29

    Oh oui ça me tente! C’est absolument magnifique! Et j’ai beaucoup aimé le »Patience is halfway to happiness » ;)!

    Bisouuus ♥

    1. Ophélie G.

      8 février 2016 at 11:01

      J’espère que la ville de Londres remettra le couvert l’année prochaine ! 😀 xx ♥

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent Article suivant