Le système scolaire en Angleterre (ou comment J.K. Rowling n’a pas inventé grand chose)

par Ophélie G.
14 commentaires
Le système scolaire en Angleterre (ou comment J.K. Rowling n'a pas inventé grand chose)

Quand j’ai découvert Harry Potter pour la première fois, j’ai été fascinée par le système éducatif inventé par J.K. Rowling. Les uniformes, les maisons, le système de points : tout ça me semblait oufissime ! Et puis, j’ai commencé à travailler dans des écoles anglaises, et je me suis rendu compte qu’en réalité, J.K. Rowling a transposé le système éducatif anglais à Poudlard. Et s’il y a bien un article qui manque sur le blog, c’est un traité sur le système scolaire en Angleterre – qui n’a rien à voir avec le système français.

Pourquoi cet article ? Parce que je me rends bien compte que ce qui est évident pour moi, prof en Angleterre, ne l’est pas forcément pour vous, lecteurs francophones de France et d’ailleurs. Par défaut, je vais parler du système dans lequel j’évolue au quotidien depuis maintenant six ans : le système scolaire en Angleterre. Je sais que le système écossais est différent, par exemple. Je pourrais écrire un roman sur le système scolaire britannique tant il est complexe et différent du nôtre. Mais je vais m’en tenir à quelques faits.

La F.A.Q. des apprentis profs en Angleterre

Tous les articles sur le métier de prof en Angleterre

Les niveaux scolaires : un système d’années

En France, nous comptons de la sixième à la terminale. En Angleterre, c’est dans l’autre sens. Les élèves commencent en première année en maternelle (Year 1) et quittent le secondaire en treizième année (Year 13). Le système est assez simple en fait : les sixièmes sont des Year 7s, les cinquièmes des Year 8s, les quatrièmes des Year 9s, les troisièmes des Year 10s, les secondes des Years 11s, les premières des Years 12s et les term’ sont des Year 13s. Facile, non ?

Le collège et le lycée

En France, on va au collège entre la sixième et la troisième, puis on va au lycée de la seconde à la term. En Angleterre, la période du collège dure un an de plus, de Year 7 à Year 11 (de la 6e à la 2nde, si vous avez tout suivi). Puis le lycée, ce qu’on appelle le Sixth Form ici, dure deux ans : Year 12 et Year 13.

Toutes les écoles secondaires ne proposent pas de Sixth Form – celle où je travaille par exemple. Il faut donc que les élèves changent à la fin de leur Year 11 pour aller dans ce qu’on appelle le plus souvent les Sixth Form Colleges. Qui sont donc des lycées, en gros.

Les examens : quand et quoi ?

Il y a deux gros examens dans le secondaire : le GCSE et les A-Levels. Le premier, le General Certificate of Secondary of Education se passe en Year 11 (2nde) et les A-Levels en Year 13 (terminale). On est souvent tentés de les faire équivaloir à notre brevet des collèges et à notre bac, alors qu’ils sont franchement différents.

★ Les GCSEs

Je me trompe peut-être mais le brevet n’a pas de réelle valeur en France. C’était en tout cas le cas quand je l’ai passé en 2005. En Angleterre, le GCSE est vraiment important. Les résultats obtenus dans chaque matière permettront, ou non, aux élèves de choisir les matières qu’ils souhaitent étudier pour les A-Levels.

En gros, pour leur GCSE, les élèves passent plusieurs examens. Maths, anglais et les sciences sont ce qu’on appelle des Core Subjects et ils sont obligatoires. Les langues, l’histoire-géo, le sport, la musique et autres sont en général optionnels. Après, chaque école fait ce que bon lui semble. La mienne, par exemple, a rendu le français obligatoire au GCSE.

Les résultats des GCSEs sont vraiment importants puisqu’ils déterminent ce que les élèves vont pouvoir étudier pour leurs A-Levels, mais pas seulement. Je ne sais pas si vous vous souvenez, mais pour entrer à l’université pour mon PGCE, il me fallait obligatoirement un grade C ou plus en maths et en anglais. J’ai dû passer ces deux examens et les réussir pour pouvoir finaliser mon inscription.

★ Les A-Levels

En ce qui concerne les A-Levels, les élèves choisissent les sujets qu’ils veulent passer. La plupart du temps, il s’agit de trois ou quatre matières – pas plus. Les résultats, couplés à ceux du GCSE, leur permettront – ou non – d’intégrer le cursus de leur choix à l’université.

★ Les notes

En Angleterre, on ne reçoit pas de notes mais des grades. Jusque récemment, les grades allaient de A* à G (A* étant la note maximale à atteindre). Aujourd’hui, le système a complètement changé et les élèves reçoivent des grades allant de 0 à 9 (9 étant la note maximale). Une seule chose est restée la même : un U signifie un échec à examen.

Pupil Premium, Free School Meals et SEND

Je ne sais pas du tout comment ça se passe en France de ce point de vue-là, mais en Angleterre, tous les élèves ont un profil bien renseigné – encore mieux que Facebook !

★ Pupil Premium et Free School Meals

Il y a tout d’abord les élèves classés PP, pour Pupil Premium. C’est le nom d’une sorte de bourse attribuée par le gouvernement aux élèves de familles dit désavantagés. L’idée, c’est de réduire les différences sociales. L’école reçoit une somme d’argent pour chacun de ces élèves désavantagés, ce qui permet de leur offrir les repas scolaires et même parfois de financer les sorties et voyages scolaires.

En ce qui concerne les Free School Meals, c’est plus ou moins lié aux PP. Certains enfants issus de familles défavorisées sont éligibles pour recevoir des repas gratuits à l’école. Cela permet au système de s’assurer que ces élèves bénéficient d’au moins un repas chaud par jour.

★ Les élèves dits « SEND »

Il y a également tout un tas d’autres appellations classées sous le terme SEND (Special Educational Needs and Disabilities). En gros, tous les enfants qui ont des difficultés d’apprentissage se voient attribuer (sans le savoir bien sûr) un code. Pour vous donner une idée de ces codes :

  • Autistic Spectrum Disorder– les enfants sur le spectre autistique ;
  • ADHD– les enfants souffrant d’hyperactivité ;
  • Speech, Language or Communication Needs – les enfants souffrant de problèmes de communications langagiers ;
  • Social, Emotional and Mental Health Needs – tout ce qui touche aux maladies mentales ;
  • Physical Disabilities – les problèmes physiques (malvoyance, surdité ou handicaps) ;
  • Dislexia and Dyscalculia – dyslexie et autres.

Ces codes restent plus ou moins les mêmes d’une école à l’autre. L’idée n’est pas de coller une étiquette sur ces enfants bien sûr, mais d’avoir conscience des difficultés que leurs conditions physiques et/ou mentales peuvent engendrer et comment elles peuvent influencer leur apprentissage. Chaque prof doit avoir conscience des élèves SEND de ses classes pour pouvoir mettre en place différentes stratégies pour les inclure dans leurs leçons.

Il y a aussi toutes les conditions médicales comme les allergies, les diabétiques, les asthmatiques, etc. Au début, on pense que ça va être difficile de s’y retrouver mais en fait, c’est assez simple. La clé, c’est la communication. Dans toutes les écoles, il y a un responsable SEND qui s’occupe d’établir le profil de ces élèves et de les communiquer.

Les responsabilités des profs au sein de l’école

Sur une toute autre note, j’en reviens aux enseignants.

A l’école anglaise, il n’y a pas de surveillants – ou pions, comme on les appelait à mon époque. Lorsqu’un prof est absent donc, les élèves ne vont pas en étude ou en permanence. Non, ils restent dans leur salle de classe habituelle, et un membre du staff remplace le prof. Chaque école emploie des cover teachers, c’est-à-dire des professeurs qualifiés et remplaçants. Ils peuvent être qualifiés dans n’importe quelle matière et remplacer sans problème n’importe quel prof absent. Car c’est au prof absent justement d’envoyer ses cover lessons, c’est-à-dire le travail qu’il a prévu pour ses jours d’absence.

En période d’examens, ou lorsqu’il y a trop de profs absents, l’école peut faire appel à des supply teachers, des profs non employés par l’école mais qui sont là, au cas où. De vrais profs remplaçants en gros.

Comme il n’y a pas de pions, c’est aussi aux profs d’assurer la surveillance des différents bâtiments pendant la récré ou la pause déjeuner. On appelle ça des duties. Par exemple, je passe chaque pause du vendredi matin en duty à la bibliothèque. Mon rôle est de surveiller les élèves pour ne pas qu’ils fassent de bêtises mais aussi pour qu’ils n’abîment rien dans les locaux ou respectent le règlement (ne pas manger à l’intérieur, ne pas boire de boissons gazeuses, etc.).

Et Poudlard alors ?

Si on y réfléchit bien, Poudlard est comme n’importe école anglaise (même si, on est d’accord, Poudlard se trouve en Ecosse). Les six premiers tomes de la saga retracent la scolarité de Harry, de sa première à sa sixième année.

Les élèves ont deux gros examens, les BUSES (en 5ème année, l’équivalent des GCSEs) et les ASPICS (en 7ème année, l’équivalent des A-Levels). Souvenez-vous également que le résultat des BUSES est très important (je me souviens du Professeur McGonagall qui peste contre la grand-mère de Neuville) puisqu’ils permettent ou non aux élèves de suivre les cours qu’ils veulent. Mais si, rappelez-vous ! Harry veut faire des potions pour devenir Auror mais n’a pas le grade requis pour être accepté par le Professeur Rogue !

Bref, j’en avais brièvement parlé dans cet article sur 5 différences entre écoles (privées) anglaises et écoles françaises.

✏️ Des questions sur le système scolaire en Angleterre ?

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

14 commentaires

Alex 1 juillet 2020 - 15:08

Ah ben JK, en plus d’être transphobe, elle s’est appropriée plein de trucs. Par exemple les tenues de Poudlard sont « inspirées » de la capa e batina des Praxes de Porto (les associations étudiantes des universités locales). Anywayyyyy.
Super intéressant ton article ! En tant que belge, j’ai jamais compris le système français, c’est pas très logique pour moi le fait que vous alliez en décroissant en fait haha! J’ai particulièrement aimé ton analogie avec l’univers d »Harry Potter, malin hehe

Répondre
Ophélie G. 1 juillet 2020 - 15:43

Je dirais pas qu’elle s’est approprié le système, elle a juste trouvé l’inspiration dans ce qu’elle connaissait. Elle a vécu au Portugal aussi, ce qui explique probablement l’uniforme scolaire. 🙂
Ah nan mais c’est ouf que les systèmes scolaires soient aussi différents d’un pays à un autre ! xx

Répondre
3 kleine grenouilles 1 juillet 2020 - 22:32

C’était très intéressant. Le système de remplacements des profs absents et de surveillance pendant les récrés est globalement le même en Allemagne, ou tout du moins à Hambourg. Le prof absent doit envoyer des Vertretungsaufgaben (des exercices de remplacement) et un prof disponible va les distribuer et surveiller la classe. Cela peut-être un prof de n’importe quelle matière, qui connaisse la classe ou non. En général, ces heures de remplacement ne sont pas très efficace. La surveillance des récrés et la gestion des retards et des absences des élèves font partie aussi des tâches des enseignants car il n’y a pas de vie scolaire.

Répondre
Ophélie G. 2 juillet 2020 - 18:49

Je ne savais pas que les systèmes allemands et anglais étaient aussi similaires ! Il y a une vie scolaire en Angleterre qui gère les retards et absences, et heureusement. J’imagine pas à quel point ça doit être chiant de tout gérer de front. Merci de ce partage, c’est super intéressant. 🙂 xx

Répondre
Estelle 3 juillet 2020 - 11:10

C’est marrant qu’ils aient 13 années, en Australie ça va jusqu’au Year 12 du CP à la terminale, comme en France. Le Year 1 anglais doit être la grande section de maternelle, mais ils ne font qu’une année en maternelle? Les australiens ont le pre-K (pre kindergarten, toute petite section de maternelle) et kindergarten.
En tout cas on dirait qu’en Angleterre il y a un bon suivi, une réelle volonté d’accompagner les plus défavorisés/avec handicap. En France c’est fait à l’arrache et je crois qu’un handicap permet seulement d’avoir le tiers temps supplémenatire pendant les examens. A part ça, rien.
Sinon je suis étonnée des nombreuses différences du système scolaire entre UK et Australie (le Commonwealth). Même s’il y a pas mal de similarités (core subjects et choix des matières, tu as oublié de parler de l’uniforme …) ils n’ont pas fait un copier-coller du système britannique, il y a plusieurs différences. Mais les écoles privées catho ont aussi leurs maisons à la HP avec des points et ça c’est trop cool.

Répondre
Ophélie G. 3 juillet 2020 - 13:45

Je sais plus trop comment fonctionne la primaire en Angleterre. Je crois que c’est Nursery (Pre-school) et Reception avant la Year 1.
J’admets que le suivi est très important en Angleterre pour tout ce qui est du handicap. Le problème, c’est quand les écoles primaires ne font pas de suivi et qu’on récupère des enfants qui n’ont jamais été testé en fonction de leurs problèmes. Parce que ça prend des mois à être géré quand tu réfères ces enfants. Il y a aussi le système du tiers temps pour les examens.
J’ai pas parlé de l’uniforme car c’est bien connu. :p Mais je suis d’accord, c’est ouf que le système australien soit si différent. Mais après, c’est aussi différent en Ecosse par exemple, donc bon. Merci d’avoir partagé ton expérience en tout cas ! xx

Répondre
Lolli 4 juillet 2020 - 08:25

C’est très différent du système français mais c’est très intéressant je trouve le système anglais. Je trouve le principe des matières au choix pour A-level très bien. 🙂
J’aime beaucoup le classement des élèves en difficulté par code, c’est beaucoup plus simple pour le suivi des élèves.

Répondre
Ophélie G. 4 juillet 2020 - 11:34

Le système du choix des A-Levels a ses avantages et ses inconvénients je trouve. Autant j’apprécie l’idée de pouvoir étudier des matières que tu as vraiment envie d’étudier, mais ça signifie que tu dois faire tes choix relativement tôt. En général, c’est en Year 11 donc vers 15-16 ans. Perso à cet âge-là, je ne savais pas du tout ce que je voulais faire.
Oui, le classement est pratique une fois que tu comprends comment ça fonctionne. xx

Répondre
Adrienne - Madame Dree 5 juillet 2020 - 22:42

Il est super intéressant cet article, je découvre plein de trucs 🙂

Répondre
Ophélie G. 6 juillet 2020 - 12:56

C’est super ça ! xx

Répondre
Clementine Tangerine 7 juillet 2020 - 10:54

Ah, c’est marrant ! Je n’avais jamais pensé au fait que certain-e-s découvraient le système scolaire brit à travers les bouquins HP. ☺

En tout cas, j’ai toujours été (un peu) jalouse de mes copains-copines qui pouvaient choisir leur A-levels. Et ç’avait été un casse-tête pour leur expliquer que si, si, je devais passer PLEIN de matières en fin d’année (pour ensuite me concentrer sur une seule à la fac). Haha !

Répondre
Ophélie G. 7 juillet 2020 - 12:51

Et bien si, moi ! :p Ouais mais du coup, t’as intérêt à savoir super tôt ce que tu veux faire après le lycée.. 🙁 xx

Répondre
Val Edmond 15 juillet 2020 - 09:18

C’est super Ophélie, je vais le partager aux étudiants de mon agence English Language Immersion. Je vois bien que le système scolaire n’est pas clair aux yeux des Français. Tu as bien résumé, c’est top !

Répondre
Ophélie G. 15 juillet 2020 - 09:32

Ravie que cet article te soit utile ! Je t’avoue que j’ai mis longtemps à me familiariser avec tout le système anglais… D’ailleurs, précise bien que c’est le système anglais seulement – c’est encore différent en Ecosse. xx

Répondre

Le blog utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Si vous n'êtes d'accord, vous pouvez refuser. Accepter Lire la suite