L’abbaye cistercienne de Rievaulx

par Ophélie G.
4 commentaires
L’abbaye cistercienne de Rievaulx

L’avantage d’avoir souscrit à un abonnement English Heritage au printemps c’est que ça ouvre le champ des possibles niveau visites le weekend, quand il fait beau. Par une jolie journée d’avril, j’ai jeté mon dévolu sur les ruines de l’abbaye de Rievaulx (à prononcer ri-vo), dans le North York Moors National Park. Situé à une petite heure de route de Scarborough, ce lieu est accessible par voiture. La route traverse le parc national des North York Moors, ce qui n’est pas des plus désagréable. Attention cependant aux routes étriquées, sans grande visibilité !

L’abbaye de Rievaulx

Jusqu’à la dissolution des monastères par Henri VIII en 1538 (un jour, je vous parlerai de cet épisode qui a changé l’histoire anglaise), l’abbaye était l’une des plus renommées en Angleterre. Ça a d’ailleurs été le premier monastère cistercien à être fondé dans le nord du pays, dans les années 1130. La seule abbaye plus populaire du coin était alors celle de Fountains Abbey, dont je vous ai déjà parlé.

Le choix de l’endroit n’était pas anodin. Imaginez un peu : un endroit totalement isolé, au fond d’une vallée verboisée. Un cadre qui collait parfaitement à la vie des moines cisterciens, qui inspiraient à une vie de prière et d’auto-suffisance.

L’abbaye de Rievaulx fut donc bâtie dans une vallée, un dale selon le dialecte de la région, non-loin de la rivière Rye. Les moines durent d’ailleurs en détourner le cours pour pouvoir l’utiliser dans leur quotidien.

Errances sur le site

Le site est bien plus majestueux que ce à quoi je m’attendais en arrivant. La vue aérienne permet d’ailleurs de mieux appréhender la taille de cet immense site monastique.

La visite de l’abbaye m’a beaucoup émue. Mon imagination essayait sans cesse de remettre l’histoire en place. Je m’imaginais à quoi la vie avait pu ressembler pour les moines qui habitaient les lieux. Quels étaient leur cheminement, les décisions qui les avaient menés à vivre une vie presque isolée du reste du monde.

Avant d’errer entre ce qui reste des bâtisse originales, il est conseillé d’explorer le minuscule musée. A l’intérieur sont exposés les quelques ornements trouvés sur les lieux. Une bien maigre collection comparée à ce qui devait à l’origine se trouver entre les murs.

Quelques pièces de monnaie, des objets du quotidien, des éclats de dalles peints (la conservation des couleurs est impressionnante !), et surtout, des ornements de pierre. Gargouilles, figures humaines et même un Green Man taillé dans la roche !

L’exposition comprend aussi un court clip vidéo qui retrace l’histoire de l’abbaye et de sa communauté. La fondation, l’attaque des Scots, la Peste Noire, la dissolution pendant le règle de Henri VIII. Mais également, j’y ai appris sur son évolution. L’évolution de sa communauté mais aussi de sa fondation et de son art.

Comme souvent dans ce genre de ruines, des panneaux explicatifs présentent chaque pièce et ses fonctions de l’époque. Il y a aussi des illustrations les pièces telles qu’elles étaient à l’époque. Très appréciable pour se plonger dans l’histoire encore davantage !

L’histoire de l’abbaye

Rievaulx est donc une abbaye cistercienne, ordre religieux fondé par St Bernard de Clairvaux à Citeaux, près de Dijon, au début du XIe siècle. Au XIIe siècle, cet ordre monastique est l’un des plus importants en Europe. Au coeur de cet ordre, on retrouve l’idée d’une vie austère, organisée autour des règles très strictes de l’ordre de St Benoît (qui, elle, date du Ve siècle).

Au départ, l’abbaye est faite de bois – une solution temporaire. Il faut attendre la fin des années 1130 pour que les bâtiments en pierre commencent à être construits. Au cours des décennies suivantes, l’abbaye prend forme et au plus fort de sa forme, 140 moines et 500 frères lais (des membres des ordres religieux, chargés des travaux manuels et des affaires séculières d’un monastère) y résidaient. On est loin de la dizaine de moines des premiers jours !

Le 3 décembre 1538, l’abbaye de Rievaulx ferme ses portes. A ce moment, il n’y avait plus qu’une vingtaine de moines – 23 si je me souviens bien. L’abbaye est vendue à Thomas Manners, premier Earl of Rutland. Il démantèle les bâtiments, pour fournir le roi (il était associé à la court royale) ou d’autres particuliers.

Et après ?

Au milieu du XIXe siècle, les ruines commencent à être appréciées par les amateurs d’art. On les retrouve dans de nombreuses peintures locales ! Au XXe siècle, l’ensemble menaçait de s’écrouler. Dès 1907, de petits travaux de réparation commencent, mais l’ampleur des travaux était tel que seul une intervention de l’état pouvait véritablement faire évoluer les choses. En juillet 1917, l’Office of Works prend les choses en main. 

Malgré le manque de main d’oeuvre et de matériaux dû à la Première Guerre Mondiale, les travaux de restauration et préservation commencent rapidement. Aujourd’hui, le site semble comme figé dans le temps, à mi-chemin entre avant et maintenant.

Rievaulx Terrace

Il y a un second site qui me paraissait digne d’intérêt à deux pas : Rievaulx Terrace. Cette fois-ci, c’est un lieu géré par le National Trust. J’ai été largement déçue par cet endroit. Si l’abbaye se situe au fond de la vallée, la Terrace est sur les hauteurs et offre une vue imprenable sur les ruines de pierre dorée. Mais c’est bien la seule chose que j’ai trouvée intéressante.

Rievaulx Terrace, c’est donc une terrace, une plaine recouverte de terre à laquelle on accède en suivant un chemin qui serpente au cœur d’un petit bois. Aux deux extrémités de la plaine se dressent deux bâtisses du XVIIIe siècle. Deux constructions des plus déconcertantes puisqu’il s’agit de minuscules temples palladiens : le Tuscan Temple et le Ionic Temple, probablement inspiré du temple de Fortuna Virilis, à Rome.

A l’origine, ce terrain faisait partie de l’abbaye mais après la dissolution des monastères, il fut donné au premier Earl du Rutland. Le site actuel date de 1758. Le Ionic Temple n’est qu’une salle à manger, que j’ai personnellement trouvée très tacky – de mauvais goût. Et l’autre était tout simplement vide.

Ionic Temple

Tuscan Temple

En se tenant près du Ionic Temple, on peut apercevoir les jolies ruines de l’abbaye.

Infos pratiques

Rievaulx Abbey

★ Gratuit pour les membres d’English Heritage | £9.40 pour un adulte, £5.60 pour un enfant.

★ Coffee shop et parking sur place. Si vous cherchez un parking gratuit, il y en a un juste avant l’entrée du site.

★ Plus d’infos sur le site d’English Heritage.

Rievaulx Terrace

★ Gratuit pour les membres d’English Heritage | £7 pour un adulte, £6.50 pour un enfant.

★ Parking gratuit sur place.

★ Plus d’infos sur le site de National Trust.

4 commentaires

Vous aimeriez aussi

4 commentaires

lewerentz 27 juillet 2019 - 09:00

Merci pour cet article passionnant ! C’est tout à fait le genre de visite que j’aime.
Bon week-end !

Répondre
Ophélie G. 27 juillet 2019 - 09:11

Merci pour ton enthousiasme qui fait vraiment plaisir ! Bon weekend à toi aussi ! xx

Répondre
Lolli 27 juillet 2019 - 10:56

Quel beau site !! C’est vraiment beau, j’adore ce côté mystérieux qui laisse l’imagination faire son oeuvre 🙂 Merci pour cet article

Répondre
Ophélie G. 27 juillet 2019 - 11:21

C’était majestueux ! Un vrai régal de se promener sur le site, quasiment toute seule ! xx

Répondre

Laisser un commentaire

Le blog utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Je pars du principe que vous êtes d'accord mais si ce n'est pas le cas, vous pouvez refuser. Accepter Lire la suite