La Treasurer’s House : vieilleries et histoire de fantômes

9 avril 2019

Dans l’optique de découvrir York et de mettre à profit mon abonnement annuel au National Trust, j’ai profité d’une chaude journée d’été pour aller me réfugier dans la fraîcheur de la Treasurer’s House.

La Treasurer’s House est bien cachée derrière la face nord de York Minster. Pour la dénicher, il faut se promener sur les rues piétonnes pavées. Cette demeure a la particularité d’avoir été la première à être confiée au National Trust avec toutes ses collections intérieures. C’était d’ailleurs une condition : le National Trust pouvait l’avoir à condition de ne pas déplacer un meuble ou un bibelot à l’intérieur. Pari tenu !

Les bâtiments d’origine

Le premier trésorier de York fut nommé en 1091 lorsque le poste fut créé par l’archevêque de York, Thomas de Bayeux. Sa fonction de contrôleur des finances de York Minster nécessitait l’habitation d’une grande demeure pouvant accueillir des invités de renom. De la résidence d’origine, qui servit en tant que telle jusqu’en 1547, il ne reste que quelques murs extérieurs, eux-mêmes bâtis sur les vestiges d’une route romaine.

La Réforme de l’Eglise anglicane du XVIe siècle mit fin au poste de trésorier. Le dernier homme portant ce titre rendit la résidence à la couronne anglaise en 1547 et c’est l’archevêque Robert Holgate qui l’acheta à Edward Seymour, premier Duke du Somerset.

Les bâtiments actuels sont l’oeuvre de Thomas Young, archevêque entre 1561 et 1568, et de ses descendants. Au début du XVIIe siècle, la famille reconstruit quasiment toute la résidence. En 1617, le roi Jacques Ier lui-même y fut accueilli.

Toujours est-il qu’après la famille Young, la résidence passa entre les mains de plusieurs acquéreurs privés, notamment Lord Fairfax qui divisa les lieux en plusieurs résidences louables.

Il fallut attendre 1897 pour que Frank Green, le dernier propriétaire des lieux, l’acquiert à son tour pour la transformer en ce qu’elle est aujourd’hui.

Frank Green, antiquaire et collectionneur

En 1897, Frank Green, le petit-fils d’un riche industriel, achète la propriété et se créé une demeure digne des plus riches, capable d’impressionner le roi Edouard VII lors de sa visite en 1900.

La passion de Green pour l’histoire le pousse à acheter, et à protéger, plusieurs demeures à York. En acquérant la Treasurer’s House, qui est alors abandonnée, Green la fait revivre. En sa possession, la House se transforme en un véritable musée d’antiquités, d’œuvres d’art et de meubles précieux

Chaque pièce est le reflet d’une époque ou d’un style architectural différent. Il y a un Grand Hall médiéval, un salon géorgien, une chambre victorienne… Bref, impossible de tout aimer ou détester à l’intérieur ! Perso, je fonds pour le Grand Hall médiéval

👆 La King’s Room, inspirée par le passage des rois d’Angleterre dans la résidence : le roi Jacques Ier.

Treasurer's House, York

👆 Le Grand Hall, d’inspiration médiéval, avec ses poutres apparentes, son immense cheminée et son haut plafond.

Treasurer's House, York

👆 Ma pièce préférée : le salon bleu, avec ses œuvres d’art française (notamment un buffet d’époque Louis XV !).

👆 La Treasurer’s House se démarque vraiment par l’hétéroclisme omniprésent, que ce soit dans l’agencement des pièces, le style d’art ou la période historique représentée !

Avé, César !

De manière générale, York est réputée pour ses mille et un fantômes qui hantent les rues, les cimetières ou les maisons. Mais l’histoire de fantômes liée à la Treasurer’s House est très célèbre dans la ville.

Le coup du spectacle, c’est la visite du sous-sol hanté… par une légion romaine !

Mise dans l’ambiance

Ana, une autre dame et moi suivons notre guide au cœur du sous-sol. Un casque de chantier enfoncé sur la tête, nous la suivons dans le dédale des couloirs. Il fait sombre et ça sent le renfermé. Super authentique comme balade…

Lorsque nous arrivons au lieu où les fantômes seraient apparus, il n’y a pas un bruit. Il fait frais et l’air et humide – l’ambiance idéale pour une bonne histoire de fantôme…

Une légion romaine dans les sous-sols

Remontons dans le temps. Nous sommes dans les années 1950. Le National Trust a déjà la maison sous sa coupe et effectue des travaux d’aménagement au sous-sol. Un jeune plombier apprenti de 18 ans, Harry Martindale, est chargé de réparer la tuyauterie. 

Après plusieurs heures de travail, perché sur son échelle, le jeune Martindale entend de la musique au loin. Un son de trompette à peine audible, qu’il assimile à une radio laissée allumée dans la demeure. Puis, la musique s’intensifie. Et là, le jeune homme voit un soldat avec un casque à plume sortir du mur, suivi d’un chariot tiré par un cheval et d’une vingtaine de soldats romains.

Terrifié, Martindale court se réfugier dans un coin de la cave et attend que tout se tasse. Etonnamment, les soldats ne sont visibles qu’à partir du genou, comme s’ils marchaient sur un sol plus profond. Ils arborent des boucliers ronds, des dagues dans leurs fourreaux mais surtout, ils portent des tuniques vertes. 

Le fin mot de l’histoire ?

Une histoire qui semble invraisemblable, je vous l’accorde. D’ailleurs, à l’époque, personne n’a cru le jeune homme. La couleur verte des tenues laissaient penser à une histoire montée de toute pièce – tout le monde sait que les Romains portent du rouge !

Et pourtant… Des fouilles archéologiques ont plus tard révélé que les soldats de la réserve locale portaient bien des tenues vertes au Ve siècle. Et que le sol de l’endroit était situé à une quarantaine de centimètres plus profond que le sol actuel.

Henry Martindale a été interrogé des dizaines de fois au sujet de ce qu’il avait vu. Son discours n’a jamais, jamais changé.

Toujours est-il que pendant que la dame nous expliquait son histoire, j’ai entendu de la musique. Un son étouffé par la pierre, mais bel et bien là. Maintenant, je ne sais pas s’il s’agissait d’un effet sonore lié à la visite ou si mon imagination me jouait des tours…

Treasurer's House, York
La petite plateforme de bois qui permet de se poser pour écouter l’histoire…

Le petit (mais mignon) jardin

Rien de plus sympa pour achever la visiter de cette jolie maison que de faire le tour du minuscule jardin, ouvert gratuitement au public. L’été était vraiment chaud pour la région quand j’ai visité la Treasurer’s House et ça se ressentait dans les jardins : l’herbe avait perdu l’éclat de sa verdure pour se transformer en herbes sèches, jaunies par les grosses chaleurs. Néanmoins, la jolie fontaine circulaire et ses eaux glacées permettaient de se rafraîchir un peu.

Treasurer's House, York

Informations pratiques

★ La visite est gratuite pour les membres du National Trust.

★ Adulte : £8.70 (£9.60 avec donations) ; Enfant : £4.35 (£4.80 avec donation). Il existe également des tarifs famille et groupes. La visite de la cave hantée coûte £4, qu’on soit membre du National Trust ou non.

★ Il est possible de suivre une visite guidée. Les bénévoles dans chaque pièce sont une source intarissable d’anecdotes et de renseignements, n’hésitez-pas à leur poser des questions.

★ Les horaires d’ouverture dépendent de l’époque de l’année, renseignez-vous à l’avance sur le site du National Trust.

★ Il n’y a pas de parking à proximité immédiate de la maison, mais il y en a plusieurs (payants) pas très loin, notamment celui de Monkgate.

👉 Pour d’autres découvertes National Trust, suivez le guide !

👉 Pour d’autres balades à York, c’est par ici !

Comments (2)

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent

Chroniques anglaises #68 : urgence dentaire & Whitby

Chroniques anglaises #68 : urgence dentaire & Whitby

7 avril 2019

Article suivant

Chroniques anglaises #69 : Teacher's flu et balades dans le Yorkshire

Chroniques anglaises #69 : Teacher's flu et balades dans le Yorkshire

14 avril 2019