2017 : Rétrospective & Bilan

2017 : Rétrospective & Bilan

2017 n’est pas tout à fait finie à l’heure où je commence à rédiger cet article. Il est 21h35 heures française, et je suis tranquillement assise dans le salon. J’ai mon chat sur les genoux et une grande tasse de Lady Grey fume à côté de l’ordinateur de mon père que j’utilise. Quand vient l’heure de m’attaquer à mon bilan annuel, j’aime être au calme et être chez mes parents est l’endroit idéal. Aller, c’est parti !

L’année dernière, vous avez aimé le format de mon article rétrospective et bilan. Alors sans trop innover, j’ai l’intention de reproduire le même schéma. Du moins, en grande partie. Préparez une grande tasse de thé, cet article va être long je pense. 😉

Ces 17 trucs qui ont rendu 2017 magique

Depuis quelques temps, j’essaye de me concentrer uniquement sur les moments positifs de ma vie. J’ai continué (et tenu fidèlement !) le Gratitude Log de mon Bullet Journal au quotidien, et ça m’a beaucoup aidé à progresser sur le côté positive attitude si cher aux Britanniques. J’aime l’idée de m’attacher à ce qu’il y a de positif dans ma vie, plutôt que de rester concentrée sur les aspects négatifs. Bref, voici dix-sept trucs qui ont rendu 2017 magique :

  1. Recevoir la visite de mon frère, de ma sœur (et de leurs chéries respectives), de mes parents et de ma grand-mère en début d’année.
  2. Être acceptée à l’Université de York pour faire mon PGCE.
  3. Passer et réussir (haut la main !) mes deux examens de maths.
  4. Travailler à Stamford pour une dernière année.
  5. Passer d’incroyables moments avec ma famille d’accueil à Ketton.
  6. Faire une jolie rencontre que je n’oublierai jamais.
  7. Réussir à me créer un nouveau quotidien à York.
  8. Succomber trois fois aux aiguilles du tatoueur et cinq fois à celles du pierceur.
  9. Passer du temps à Édimbourg, encore et toujours.
  10. Voir ma meilleure amie dans son nouveau chez-elle.
  11. Trouver un appartement génial dans York.
  12. Découvrir un bout de Normandie.
  13. Déménager à York.
  14. Découvrir le Pays de Galles lors d’un mini roadtrip de 3 jours.
  15. Rencontrer plein de nouvelles personnes à York.
  16. Mettre à bien quelques projets personnels.
  17. Lire malgré le manque de temps.

Errer dans les Barnsdale Gardens


La rétrospective de 2017

Janvier

L’année commence sur les chapeaux de roue : à peine rentrée de mes vacances de Noël en France que je dois aller à l’Université de York pour passer un entretien. Un entretien qui se passe à merveille puisque, sitôt sortie, je reçois un email de la responsable des PGCE en MFL : l’université me propose une place pour la rentrée 2017 ! Proposition que j’accepte sans me poser de questions.

A la fin du mois, je vais à Londres avec Sarah et Rob le temps d’une journée/soirée pour le concert d’Avenged Sevenfold dont Disturbed fait la première partie. Un rêve qui devient réalité !

Je continue aussi mon bénévolat pour Winter Night Shelter, qui aide les personnes sans-abris pendant l’hiver. Une première expérience extrêmement enrichissante dont je ressors avec un autre regard sur ce problème social.

Je me fais également tatouer ma neuvième pièce : une tête de cerf sur le bras gauche qui prendra presque sept heures à réaliser, mais que j’aime dès le premier regard.

Février

Février passe à une vitesse de malade. Outre la Chandeleur que je fête avec des amis (première vraie célébration française depuis que je vis en Angleterre !), je passe et réussis mon premier Skill Test, celui de Literacy, pour rentrer à l’Université de York.

A l’école où je travaille, je participe à ma deuxième Cheese and Wine organisée par mon Mentor. Je ne me souviens pas avoir autant bu de vin d’un coup, et rentrer chez l’amie qui m’héberge s’avère compliqué. Je n’ai jamais mis autant de ça pour parcourir une si courte distance.

Pour la Saint-Valentin, je pars avec mon amie Ana pour trois jours de road trip dans le sud du Pays de Galles. Je tombe amoureuse de ce pays, de son accent aux sonorités non-familières, de ses paysages verdoyants, de ses routes tordues.

Mars

Mon amie Ana quitte l’Angleterre pour la Nouvelle-Calédonie. Les au-revoirs sont douloureux, mais les appels quotidiens les rendent moins violents. On continue de se raconter nos vies, malgré le décalage horaire qui n’aide pas. Pour m’occuper l’esprit, je travaille mes maths comme pas possible, passant des heures dans un petit café de Stamford penchée sur des équations et des graphiques.

Je passe mon deuxième Skill Test, en Numeracy cette fois (a.k.a. en maths). A ma plus grande surprise, je le valide du premier coup. Pour me récompenser, je vais à Waterstones et claque £100 dans des livres. Je me l’étais promis.

Avril

Dernière ligne droite : je retourne à l’Université de York pour mes GCSEs en maths et en anglais. Mes cours particuliers en maths ont payé : j’obtiens la note de 60/63 à l’examen ! C’est officiel, je remplis tous les critères requis pour entamer mon PGCE en septembre !

En guise de récompense, je vais passer un long weekend à Brighton avec Sandra. Il fait beau et chaud – Sandra attrape même des coups de soleil ! Ce weekend sera placé sous le signe de la farniente, des crèmes glacées et des longues balades le long de la grève. Ça fait du bien de souffler un peu, après tout le stress des derniers mois.

En plus de ça, ma famille me rend visite. D’abord mon frère et sa copine, puis mes parents et ma mamie. On glande, on se balade. On retourne aux Studios de la Warner Bros aussi.

Et je me refais tatouer, un motif sur chaque mollet. J’en suis à onze tatouages maintenant, et je ne compte pas m’arrêter de ci-tôt.

Mai

Certains amis quittent Stamford à leur tour. Je déteste toujours autant les adieux, même si je commence à me faire à l’idée. Heureusement, je pars me changer les idées en allant passer quelques jours à Édimbourg.

Comme à chaque fois, je me sens chez moi dans la capite écossaise. Tellement bien qu’après le tatouage de l’automne dernier, je décide d’immortaliser mon énième passage par deux implants – des micro-dermaux, piercés sur mon sternum. J’assiste aussi à mon premier spectacle de Drag Queens – et j’en suis complètement fan.

Concernant les démarches universitaires, je m’avance dans la paperasse. Je râle beaucoup contre la quantité de papiers mais au fond, je suis excitée comme une puce.

Oh, et mon contrat à l’école prend fin. Après trois ans en tant qu’assistante de français à Stamford, c’est fini. J’ai le cœur en miettes un peu.

Juin

Cette fois, c’est ma sœur et sa chérie qui débarquent en Angleterre. Deux semaines de folie pendant lesquelles je leur fais découvrir les alentours : Lincoln, Londres, les Studios WB, Cambridge… C’est d’ailleurs avec qu’elles que je roule sur la mauvaise voie (celle de droite) pour la première fois !

Mon contrat de professeur de français pour adulte s’achève à son tour. D’autres copains partent. Avec les autres, on enchaîne les sorties et les soirées, chez moi ou à Stamford. Ça pue sent la fin de l’année et les au-revoirs définitifs.

Il fait beau, il fait chaud. J’expérimente ma première heat wave en Angleterre alors on fait des batailles d’eau avec le petit gars avec qui j’habite et Lui. Il y a aussi les premiers barbecues et les balades au parc, pieds nus dans l’herbe.

Juillet

Cette fois-ci c’est définitif, tout le monde est parti. En France ou ailleurs, et j’ai un peu l’impression de me retrouver toute seule. C’est pas grave, j’ai des cartons à faire, un appartement à commencer à chercher.

Je me remets à écrire et à peindre aussi, pour faire taire les voix dans ma tête. Pour me remettre sur pieds avant même de tomber. J’ai appris de mes erreurs et il y en a que je refuse de recommencer.

Après quelques jours à Londres, je rentre chez mes parents pour quelques semaines.

Août

Je fête mes 27 ans. Ça ne me fait pas bizarre, je me suis déjà faite à l’idée de devenir vieille.

Pour la première fois de ma vie, je vais en Normandie. Six longues heures de route pour aller au Havre, rejoindre ma meilleure amie qui y habite désormais. Je lui présente un ami rencontré à Stamford. Puis on va à Etretat, chez Lui. C’est beau Etretat, même sous la grisaille.

Je mange mon premier kébab – végétarien. Et après un coup d’aiguilles, les étoiles sur mon bras retrouvent leur éclat. Dix ans après les avoir faites, il est temps.

A la fin du mois d’août, je m’envole, pour Édimbourg cette fois. Encore et toujours Édimbourg. Je rejoins Sarah, on loue une voiture et on descend jusqu’à Leeds, où elle emménage. On refait le même trajet, en train cette fois, pour une raison comme une autre. On est fatiguées, mais contentes d’avoir fini.

Septembre

Septembre et les grandes angoisses. Trouver un appartement s’avère plus ardu que je ne le pensais, et je sens les crises d’angoisse refaire surface. Mais je finis par trouver la perle rare, non-loin du centre-ville de York.

Je passe deux semaines à Stamford, pour un stage d’observation en école primaire. Je suis logée chez une amie qui enseigne là-bas, je passe deux semaines extraordinaires malgré les angoisses sous-jacentes. C’est l’heure des ultimes au-revoirs, des ultimes Gin & Tonic dans les endroits qui m’ont été chers un jour. Je suis un peu triste, mais c’est comme ça.

Mon ami Rob m’aide à déménager mes quelques cartons de Ketton à Stamford. Un aller-retour express qu’il me tardait d’expédier.

Octobre

Fauchée, je passe les premiers jours dans mon nouvel appartement sur un matelas gonflable et sans assiette dans la cuisine. Mais je suis contente, mon appartement est absolument parfait à mes yeux.

Je commence la fac et à ma grande surprise, je sympathise très rapidement avec mes camarades de classe. Les semaines à la fac s’enchaînent, les sorties aussi. Je commence à découvrir York et je tombe rapidement amoureuse de ses vieilles rues, de ses pubs et de son ambiance générale.

Une camarade de classe me propose d’aller faire un tour à Ikea. Hourra ! J’ai quelques meubles pour remplir l’espace un peu vide. Par contre, Internet met des plombes avant d’être installé chez moi – je n’ai jamais autant dormi que ces quelques semaines.

Novembre

Je fais ma première visite de touriste à York : je monte tout en haut de York Minster. Pour me remettre de mes émotions, je fais piercer deux nouveaux micro-dermaux que j’aime de tout mon cœur.

Je commence mes quatre semaines de travail consécutives en école. Je donne mes premiers cours de français et d’espagnol, ainsi que mes premières sanctions. Mes élèves sont petits, mais tellement adorables. Je suis fière de la relation que je construis avec eux.

Le dimanche parfois, je vais à la fac avec les copains pour travailler. C’est marrant, on se fait livrer des take away directement à la fac et on travaille plutôt efficacement. Sauf moi, parce que j’ai parfois la capacité de concentration d’une cuillère à café. Mais c’est pas grave, c’est dimanche !

Décembre

Je survis à mon premier term à la fac. Je retrouve les copains à la fac pour une dernière semaine : l’épuisement se lit sur les visages, c’est assez drôle. Mais quand on se retrouve presque tous au restaurant le dernier jour et qu’on partage quelques verres, ça va un peu mieux.

Pour les vacances de Noël, je rentre en France pour un peu plus de deux semaines : ça fait du bien ! Ça faisait longtemps que l’envie de rentrer n’avait pas été aussi forte. Mais être chez son Papa et sa Maman, ça n’a pas de prix.

Sur le blog, j’en profite pour essayer quelque chose de nouveau : poster un article par jour pendant une semaine sur le thème de Noël. J’appelle ça A Very British Christmas, parce que ça sonne bien. Un exercice assez intéressant, surtout pour moi qui ai eu du mal à bloguer ces derniers temps.


2017 : Le Bilan

Sur le plan personnel

Sans très grande surprise, 2017 a connu ses hauts et ses bas. Comme tous les ans, vous me direz.. Ça a été une année plutôt dense pour moi, émotionnellement parlant et je vois deux raisons à cela.

La première, ça a probablement été le processus de candidature pour intégrer une université britannique. Ça a été un travail de longue haleine, dans lequel je me suis beaucoup investie. Aussi bien sur le temps physique que moral. Il m’a fallu remplir des dossiers, travailler les maths, passer des examens, un entretien, etc. Mais le résultat en valait la chandelle, même si je suis sortie de cette période passablement irritable et fatiguée.

La deuxième, ça a été le changement de vie. J’ai quitté Stamford après y avoir vécu presque trois ans. Trois ans, c’est long quand même. J’y avais mes habitudes et un quotidien bien rodé. Je vivais dans un village adorable, avec la meilleure des familles anglaises. Quitter tout ça relevait d’une décision personnelle bien réfléchie, certes, mais ça n’a pas été moins dur pour autant. Bien évidemment, j’ai aussi dû dire au-revoir à des personnes qui m’étaient très chères, et c’est quelque chose dont j’ai horreur.

Sur le plan professionnel

Bien évidemment, ça a été un déchirement de quitter mon emploi. Là encore, trois ans à travailler au même endroit, c’est une sacrée période. Outre mes différents jobs étudiants, ce travail d’assistante de français était mon premier vrai emploi. Alors forcément, ça a été difficile de dire au-revoir (encore une fois !) à mes élèves et à mes collègues. Sans oublier à mes habitudes aussi.

Reprendre la fac a été si naturel que ça m’a surprise au début. J’ai toujours aimé m’asseoir sur les bancs d’un établissement scolaire, à apprendre de nouvelles choses. Là, c’est un peu nouveau puisque je mêle cours théoriques à l’université et pratique en collège/lycée. J’adore ce nouveau rythme, même s’il est fatiguant. Très très fatiguant.

Du côté du blog

Je ne vais pas trop m’étaler sur le sujet, j’ai longuement parlé de ça dans un article dédié aux trois ans du blog. Mais voilà, cette année a encore une fois été riche en émotions, en belles découvertes et en sublimes rencontres. J’ai adoré rédiger de nouveaux articles, même si le côté édition des photos me prend un peu la tête parfois…

Je n’ai pas été aussi régulière que je l’avais espéré depuis que j’ai repris la fac. J’ai un emploi du temps plutôt chargé et le soir, je n’ai pas forcément envie de me coller derrière mon ordinateur en rentrant. En plus de ça, je préfère miser sur le côté social de ma nouvelle vie. Ce qui me laisse beaucoup moins de temps pour partir en vadrouille ou découvrir York… Mais c’est une de mes nouvelles résolutions, si on peut appeler ça comme ça !

Bref, un bilan vraiment positif cette année ! Un énorme merci à vous pour tout ça. ♥

Aller voir l'océan à Abereiddy


Les projets de l’année 2017

L’année dernière, j’avais partagé avec vous cinq projets que j’avais pour l’année. En vrac, j’avais pour projet de :

  1. Intégrer un programme PGCE en Angleterre ;
  2. Avoir une vie plus saine ;
  3. Consommer moins, mais mieux ;
  4. Voyager plus souvent ;
  5. Mieux maîtriser les réseaux sociaux.

Clairement, le premier projet est celui que j’ai réussi à boucler haut la main et très rapidement. Je vous ai assez bassinés avec ça.

Cette année, j’ai beaucoup avancé dans l’idée d’avoir une vie plus saine. C’est un travail quotidien, sur lequel je travaille encore. Pour moi, ça va de paire avec l’idée de consommer moins, mais mieux. En déménageant à York, j’ai joué les yo-yo à ce niveau-là. Changer de vie, c’est aussi bousculer ses habitudes. Il m’a fallu du temps pour prendre mes marques à ce sujet, mais ça va de mieux en mieux !

Par contre, cette année je n’ai pas voyagé, ni appris à maîtriser les réseaux sociaux. J’ai fait quelques sorties avec ma famille, mais rien de neuf. Pourtant, il y a encore plein d’endroits que j’ai envie de découvrir en Angleterre, sans compter York que j’ai envie de découvrir. C’est quelque chose que je veux changer cette année ! Quant aux réseaux sociaux… On va mettre ça sur le compte d’un emploi du temps compliqué.

Aller voir l'océan à Abereiddy


On se retrouve dans quelques jours pour un article « projets 2018 » !

Belle fin d’année à vous. ♥

14 Commentaires

  • L.

    29 décembre 2017 at 16:10

    Un très joli bilan 🙂
    Je te souhaite beaucoup de bonheur dans ta nouvelle vie à York !

    1. Ophélie G.

      29 décembre 2017 at 17:40

      Merci beaucoup ! ♥ xx

  • Miryam – Nuage Nomade

    29 décembre 2017 at 19:17

    Bravo pour tout ce que tu as pu accomplir Ophélie.
    C’est colossal, vraiment. Tu peux être sacrément fière de toi.

    Ça m’a fait sourire, ton arrivée dans ton nouvel appart à York, ça m’a rappelé mes propres souvenirs, quand j’ai dormi 3 semaines sur mon matelas gonflable sans meubles dans une chambre vide et complètement fauchée. C’était franchement pas drôle sur le moment et terriblement angoissant (j’ai aussi tendance à avoir des angoisses…) mais maintenant, 2 ans après, je pense qu’il vaut mieux en rire ! 🙂

    Je te souhaite pleins de bonnes choses pour 2018, j’espère de tout coeur que tu réussiras à faire tout ce que tu veux. <3

    1. Ophélie G.

      29 décembre 2017 at 19:28

      Merci beaucoup Miryam ! ♥
      C’est exactement ça, trois semaines sur un matelas gonflable une place, sans meubles ! En attendant d’avoir mon canapé, c’était vraiment le camping chez moi. Mais j’étais tellement contente d’avoir un chez-moi que je m’en foutais complètement. 😀 Pour le coup, ça avait un côté rassurant pour mes angoisses (un peu étrange, on est d’accord). Mais oui, il vaut mieux en rire ! Encore merci. ♥ xx

  • Kenza

    29 décembre 2017 at 21:08

    Quel bilan 😀 je suis désolée qu’on se soit ratées en 2017 et je n’ai aucune idée de quand aura lieu la prochaine occasion mais j’adore toujours autant te lire et te voir évoluer, t’affirmer, c’est cool <3

    1. Ophélie G.

      31 décembre 2017 at 17:43

      Merci Kenza ! ♥ Je regrette qu’on n’ait pas pu se rencontrer cette année, mais je croise les doigts pour avoir l’occasion de venir te rendre visite en 2018 ! ♥ xx

  • Aurélie

    31 décembre 2017 at 19:43

    Jolie rétrospective, et que de choses accomplies cette année ! En tout cas moi je te remercie pour une chose, tu fais partie des blogs qui m’ont remise à la lecture (je crois que c’était toi qui avais parlé en début d’année du challenge « 52 livres par an » ?), et cela sera l’une de mes plus grandes satisfactions pour 2017… à continuer sur 2018 bien sûr !

    1. Ophélie G.

      1 janvier 2018 at 13:37

      Je ne crois pas être celle qui a parlé de ce challenge, mais j’ai mentionné un challenge similaire. Dans tous les cas, je suis vraiment heureuse si je t’ai aidée à te remettre à la lecture ! Ça me fait penser qu’il faut que je termine l’article sur les lectures de décembre ! Belle année à toi Aurélie ! xx

  • September Lullaby

    1 janvier 2018 at 18:48

    J’aime vraiment beaucoup tes bilans ! J’ai l’impression de lire un roman 🙂 On peut dire que tu as eu une année riche en rebondissements ! Tu as du faire des choix difficiles, mais parfois c’est nécessaire pour évoluer et faire quelque chose qui nous plait plus. Je te souhaite une très bonne année 2018, qu’elle soit aussi belle et pleine de bonnes choses que 2017 🙂

    1. Ophélie G.

      4 janvier 2018 at 21:07

      Merci beaucoup ! 😀 Je suis d’accord, il faut parfois prendre des décisions difficiles pour pouvoir avancer ! Une belle année à toi également ! ♥ xx

  • Anaïs – A BUNCH OF FUTILITIES

    4 janvier 2018 at 11:40

    Une bien jolie année en somme mon chat! Tu peux être fière de toutes ces choses que tu as accomplies! 😀

    1. Ophélie G.

      4 janvier 2018 at 21:17

      Merci mon Chaton ! ♥ xx

  • Sophie

    4 janvier 2018 at 13:35

    Wow ! Quelle année ! Et que de belles rétrospectives ! Je te souhaite le meilleur pour 2018 Ophélie ! Que ton année à York se passe comme un doux rêve !

    1. Ophélie G.

      4 janvier 2018 at 21:18

      Un grand merci Sophie ! Je te souhaite également une excellente année, avec son lot de bonheur, santé, amour et tout ce qui va avec ! xx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent Article suivant