Blog post

Photographier une colonie de phoques à Ravenscar

Il y a quelques semaines, notre mentor d’université nous a proposé d’aller arpenter les alentours de York dans le but de créer de nouvelles ressources exploitables en cours de langue. Enfin ça, c’était la raison officielle. Officieusement, elle voulait tout simplement nous permettre de faire une pause tout en passant une journée sympa. Aller photographier une colonie de phoques au lieu d’aller à la fac, c’était quand même chouette ! 

Ravenscar

Ravenscar, c’est un minuscule village sur la côte est du Yorkshire, coincé quelque part entre Whitby et Scarborough. Plus exactement, c’est à quelques miles de Robin Hood’s Bay, dont j’ai parlé sur le blog il y a quelques semaines. Si l’endroit est connu, ce n’est pas uniquement à cause de ses superbes paysages. Situé à l’extrémité du North York Moors National Park, ce coin est bien évidemment aussi beau que l’on peut se l’imaginer. Non, l’attraction principale de cet endroit, c’est la colonie de phoques qui y a élu domicile.

Photographier une colonie de phoques à Ravenscar

Un peu de marche à pied

Comme tout voyage en voiture qui se respecte, qu’il dure trente minutes ou une heure, on se marre toujours. Alex flippait à cause du brouillard, assez surprenant ce matin-là. Il faut dire que nous sommes partis de York sous un soleil éclatant, mais qu’arrivés dans les Moors, une épaisse écharpe de brume/brouillard serpentait dans les paysages. Brume qui nous a accompagnés une bonne partie de la journée.

Il n’y avait personne en vue quand nous sommes arrivés. Nous avons d’ailleurs manqué l’entrée du chemin à cause de l’agencement de l’endroit. Le centre de tourisme est renfoncé par rapport à la route, ce qui le cache légèrement à la vue.

Après avoir garé la voiture, nous sommes allés au centre pour glaner quelques informations et une carte, histoire de ne pas nous perdre. La madame nous a rassuré, le sentier pédestre est tout droit et en suivant les panneaux, impossible de rater la continuité du sentier.

Bien évidemment, nous avons fait les idiots en chemin – après tout, il nous fallait des photos pour notre projet universitaire ! Je n’en mettrai ici qu’une sélection, par respect pour mes amis et leurs têtes de cons. 🙂

La descente jusqu’à la mer a été plus rapide que ne l’avait prédit la dame de l’accueil du centre. En suivant le sentier, les trois quarts sont même plutôt aisés. La dernière portion était un peu plus délicate, et il fallait se servir des mains pour descendre. Vous vous en doutez, le résultat était cocasse : mes mains 0 – les cailloux pointus 1.

Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar

La colonie de phoques

A mi-chemin de la falaise, nous pouvions déjà apercevoir quelques phoques. Au début, nous pensions qu’il s’agissait de rochers plus clairs – il faut dire que la vivacité n’est pas la caractéristique la plus forte de ces animaux ! Par contre, nous pouvions les entendre de loin. On aurait dit des vaches, ça fait à peu près le même bruit. Ça résonnait contre les roches, c’était assez marrant.

La colonie de Ravenscar est plutôt impressionnante. Il s’agit là d’une colonie de phoques gris qui dénombre quelques 300 individus ! Si la plupart se prélassait plus loin sur les rochers en tas, quelques animaux se prélassaient près de la plage. C’était tellement facile de les approcher de près (tout en laissant une bonne distance de sécurité, leurs morsures peuvent être douloureuses voire dangereuses !).

Il y avait des bébés, des pups comme on dit ici. Ce sont ceux qui sont blancs sur les photos. Ils avaient l’air très curieux et ne rechignaient pas lorsqu’on s’approchait. Les adultes par contre n’aimaient clairement pas la proximité et laissaient bien l’entendre. Ce qui a donné pour résultat de chouettes vidéos de phoques en mouvement, bercées d’éclats de rire tant ces animaux manquent de grâce Ils sont tellement patauds que ça en devient touchant.

Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar

Je me suis sentie terriblement chanceuse de pouvoir observer ces animaux à l’état naturel, loin des cages et aquariums d’un zoo. En Angleterre, toutes les colonies de phoques connues sont protégées : il est donc interdit de les chasser ! Ce qui donne des animaux heureux, et ça se voit ! Je réitérerai l’expérience avec plaisir, pour voir d’autres colonies.

Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar Photographier une colonie de phoques à Ravenscar

Malgré les apparences, le phoque ci-dessus était bel et bien vivant…

Infos pratiques

Pensez à vérifier les heures de marée. Il est plus facile d’observer les animaux à marée basse, puisque certains d’en aptre eux restent sur les rochers découverts. Mieux vaut se déplacer tôt ; quand nous sommes partis en fin de matinée, il y avait plusieurs cars de touristes qui étaient garés près de notre voiture.

Il n’y a pas de parking en soit, mais il est aisé de se garer le long de la route, aux emplacements indiqués.

Passez au centre National Trust, à l’entrée du chemin. Vous pourrez y récupérer une carte des lieux, glaner quelques informations mais surtout, jeter un œil aux consignes de sécurité qui y sont affichées. Il est utile de se souvenir que ces animaux sont sauvages. S’il est très facile de les approcher de près, ce n’est pas recommandé. Déjà, parce que ce ne sont pas des animaux de foire et parce que c’est une espèce protégée. Mais également parce qu’ils mordent et qu’ils peuvent être porteurs de maladies dangereuses pour l’homme.

Avez-vous déjà vu ces animaux en liberté ?

Ophélie G.

Expatriée en Angleterre, à Stamford, puis à York, depuis septembre 2014, je partage mon quotidien chez les Anglais, mes (més)aventures ainsi que mes balades et découvertes. Parfois je travaille aussi, comme prof de français dans le secondaire britannique !

Article précédent

Article suivant

4 comments

  • La Gauf(f)re

    26 juin 2018 at 23:02

    Hey coucou 🙂 Oh lala, ils sont trop mignons ! Superbes photos, ça devait être génial. J’en ai déjà vu, oui, à Berck sur Mer dans le Nord de la France. On peut les voir assez facilement, car ils sont allongés sur les longues plages de sable. Je trouve ça incroyable à observer, même si ça dort souvent quand on les voit ^^

    1. Ophélie G.

      27 juin 2018 at 07:35

      Je savais pas qu’on pouvait en observer en France mais au final ça ne m’étonne pas ! J’ai l’impression que c’est un peu comme des felins dans le sens où ça dort plus que ça ne bouge ! x) xx

  • chloe

    28 juin 2018 at 08:34

    Ooooooh les baby-phoques, ils sont tellement mignons!! Merci pour l’astuce, on ne sait jamais, en cas de road-trip en Angleterre^^ !

    1. Ophélie G.

      28 juin 2018 at 16:04

      Mais de rien ! Ils sont trop mignons pour que je garde l’info pour moi ! xx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *