Follow:
Chroniques anglaises

Chroniques anglaises #27 : Trouver son rythme

Chroniques anglaises #27 : Trouver son rythme

Je rentre d’un weekend à Leeds, ça fait du bien de déconnecter un peu ! Le programme du weekend c’était anniversaire d’une amie, déjeuner entre filles et session spa. Un weekend au top ! Mais revenons à nos moutons. Deux semaines se sont écoulées depuis les dernières chroniques, et on peut dire que le rythme est au cœur de toutes mes préoccupations.

Halloween au pub !

Commençons par le plus important : Halloween ! Il y a trois ans, je participais à ma première Zombie Walk. Il y a deux ans, c’était une balade dans un cimetière victorien à Londres. L’année dernière, c’était soirée improvisée à Édimbourg. Cette année donc, j’ai continué à innover en matière de célébration d’Halloween. C’est la raison pour laquelle je me suis retrouvée au pub avec les copains de classe pour un Pub Quiz ! C’était un peu improvisé, d’où le costume pas très réfléchi… Mais c’est mieux que rien !

Mon équipe était composée de deux Français (dont moi), d’une Belge et d’une Irlandaise…. Autant vous dire que la « Non Native Team » en a un peu chié pour les questions de cultures britanniques… Heureusement, les autres copains nous ont bien aidés ! Toujours est-il que notre équipe a terminé 4e au classement (et l’autre équipe de copains, joyeusement nommée « Better late than pregnant », a fini première ! :D). Et j’ai gagné un coup à boire, donc c’était parfait. Bref, une nouvelle façon de célébrer Halloween qui m’a une fois encore beaucoup plu !

Une ribambelle de citrouilles // Une citrouille éclairée // Pub Quiz ! // Maquillage de dernière minute

Une détox’ utile

Ne pas avoir internet à la maison a ses inconvénients, on est tous d’accord. Pourtant, pour ne pas l’avoir pendant trois semaines m’a été plutôt bénéfique. Ça m’a en effet permis d’adopter un rythme quotidien assez serein. Avouez que sans internet, on s’ennuie rapidement.

Du coup, quand je vivais en ermite dans mon appartement, je me couchais raisonnablement tôt, après avoir nettoyé la cuisine (il fallait bien que je m’occupe !).

J’avais un peur qu’avec le retour à la civilisation, je passe mon temps à surfer sur le net, à jouer à League of Legends et à m’éparpiller un peu. Que nenni ! J’ai gardé ce rythme, et ça me convient très bien. Moi qui étais du genre à m’endormir plusieurs heures après avoir éteint les lumières, je m’endors désormais bien plus rapidement. Et ma cuisine est toujours aussi propre.

Comme quoi, ça fait du bien de s’éloigner un peu de la modernité !

Et le PGCE alors ?

Ça fait déjà un mois que j’ai entamé mon nouveau cursus universitaire. J’aime énormément la manière dont nos emplois du temps sont organisés : trois jours à l’université (lundi, mercredi et vendredi), deux jours à l’université. Enfin ça, c’est pour le moment. Dans deux semaines, je serai full time à l’école et ce, jusqu’aux vacances de noël. J’ai hâte ! À la fac, on apprend comment préparer des cours, comment gérer une classe – ce genre de choses qui m’auraient été utiles quand j’ai débuté en tant que prof de FLE. À l’école, je ne fais pour le moment que de l’observation. C’est parfois génial, parfois ennuyeux à mourir.

On m’avait dit que le PGCE, c’était une année horrible en ce qui concerne l’organisation et la quantité de travail. Je dois admettre que sur ce point, je suis un peu sceptique. Jusqu’à présent, tout va pour le mieux. Je ne sais pas si c’est mon sens inné de l’organisation (en toute modestie hein !), mais j’ai l’impression que c’est facile. Un peu trop facile, même.

Du coup, ça me fait culpabiliser. À tel point que j’ai déjà commencé les recherches pour le premier assignment qui est à rendre… le 15 décembre. Ça ne m’était encore jamais arrivé.

Trouver son rythme

C’est là que le bât blesse je crois : trouver son rythme. J’ai souvent tendance à me lancer corps et âme dans ce que j’entreprends. À cause de cette impression de facilité qui me ronge, je culpabilise quand je ne fais rien. Mais genre, vraiment.

Quand je rentre chez moi après la fac ou l’école, je me sens obligée de faire quelque chose. Continuer la lecture de ce livre éducatif pour prendre des notes, faire de l’espagnol (ma remise à niveau avance bien mieux que je ne l’espérais !), réfléchir à des idées de starters ou de plenaries ou tout simplement mettre à jour mes banques d’images et de vidéos qui pourraient m’être utiles un jour ou l’autre.

En gros, je compense cette anxiété liée au rythme plutôt cool de mon PGCE par un travail acharné à côté. À mes yeux donc, la difficulté du PGCE ne concerne pas l’organisation ou la quantité de travail. Elle réside plutôt dans la façon de trouver un rythme, une balance entre ne rien faire et trop en faire.

En images et en vrac

J’ai pris un peu moins de photos ces dernières semaines, parce que je ne suis pas beaucoup sortie. Le temps s’est clairement rafraîchi ces derniers temps, et je préfère me réfugier sous mon plaid plutôt que d’affronter le vent. Même si je n’ai pas forcément de photos pour en témoigner, j’ai fait un tas de choses ces dernières semaines. En vrac, j’ai :

  • Fait des câlins à un serpent des blés en cours de science dans l’école où je travaille (j’étais joie, vous n’imaginez même pas *-*).
  • Eu droit à un massage à Leeds.
  • Fait une manucure, et c’est vraiment pas mon truc.
  • Acheté un sac en vinyle Cath Kidston rose à fleurs – signe que je deviens britannique !
  • Calculé, je marche 30 kilomètres par semaine pour aller à la fac ou à l’école.
  • Rattrapé mon retard dans la saison trois d’Outlander.
  • Commencé à organiser mes vacances de Noël en France. #happyme
  • Écouté l’album La Vraie Vie de BigFlo & Oli en boucle.
  • Rempoté mes succulentes.

Une fanfare dans un centre commercial // Un burger VG au TGI Friday // Jolie rue de York

Un moment au spa // Le pire café de Leeds // L’automne à la fac

A lire

Je suis complètement à la ramasse en ce qui concerne la lecture de blogs. Mais il y a quand même quelques articles qui m’ont plu récemment.

Bon dimanche à vous. ♥

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être aussi

9 Commentaires

  • Reply tania

    j vx bien qu’on échange alors
    car moi j ai 1 milliards d choses à faire mais j me traîne c horrible
    cool de s intégrer petit à petit avec ce genre de sorties
    moi ça fait 2 semaine que j m couche à 22h30 lever à 5h30 j éteinds mon portable la nuit et ça m fait du bien
    nuit sans interruption
    pas tentée par regarder portable

    5 novembre 2017 at 13:00
    • Reply Ophélie G.

      On peut échanger si tu veux… :p Je suis bien d’accord avec toi en tout, l’intégration de manière douce est celle que je préfère !
      La nuit, je n’éteins pas mon téléphone (j’ai toujours peur qu’il ne se rallume pas au moment où le réveil est censé se mettre en marche…), mais par contre, il est en mode silencieux et la Wi-Fi est coupée. Comme ça, pas de tentation ! J’essaye aussi de ne pas y toucher au moins une demie-heure avant l’extinction des feux. xx

      5 novembre 2017 at 15:42
  • Reply Mylia

    Plutôt pas mal ton maquillage pour un make-up de dernière minute. J’ai mis un temps fou à faire le mien et pourtant le résultat était pas incroyable !
    La détox internet, j’ai testé mais d’une façon un peu différente quand je suis partie deux semaines au Mexique en octobre. Mine de rien on a tendance à vouloir poster nos photos sur facebook, prendre des nouvelles, continuer à rester en contact avec le monde extérieur, quoi. Ben là, deux semaines sans rien, à peine un peu de réseau mobile de temps en temps… Ca fait un bien fou. Bon, j’avoue que le fait que ce soit pendant les vacances aide pas mal.

    5 novembre 2017 at 15:20
    • Reply Ophélie G.

      Merci beaucoup ! 😉
      J’avoue que maintenant que j’ai internet à la maison, je n’y suis pas tant que ça. J’ai beaucoup de choses à faire pour la fac et le travail, alors je ne suis pas très régulière sur les réseaux sociaux.. xx

      11 novembre 2017 at 21:20
  • Reply Anne

    Hello Ophélie !
    Je suis prof de MFL à Londres et je suis ton blog, bien sympa d’ailleurs, de temps en temps.
    Profite de ton temps libre ! Quand tu vas commencer à enseigner, il risque de se réduire comme peau de chagrin 🙂
    La formation et le boulot de prof en général n’est pas vraiment exigeant intellectuellement mais peut l’être physiquement / moralement. Mais ça reste un super boulot ! 🙂

    5 novembre 2017 at 20:32
    • Reply Ophélie G.

      Merci Anne de venir sur le blog ! Je profite à fond de mon temps libre, je sais que ça ne durera pas. 😉 J’imagine que tout est une question de balance : pour le moment, je m’en sors à merveille je crois ! xx

      11 novembre 2017 at 21:22
  • Reply prettylittletruth

    Bon courage pour trouver ton rythme, ce n’est pas facile mais tu vas y arriver et apres ca roulera tout seul 🙂

    6 novembre 2017 at 10:14
  • Reply Mathilde

    Merci pour la mention de l’article 😉

    7 novembre 2017 at 18:13
  • Laisser un commentaire