Le château d’Aberdour, entre ruines et jardins

par Ophélie
Publié le Edité le 4 commentaires
Le château d'Aberdour, entre ruines et merveilles

Janvier 2022. Je ressors mes notes de terrain pour vous parler d’une visite qui date de l’été 2021. Aberdour a été la première étape d’une journée de road trip le long de la côte de Fife avec ma copine Marie. Il faisait une chaleur à crever (chose suffisamment rare en Ecosse pour être noté) et le château était censé être fermé, pour cause de Covid. Surprise en arrivant devant l’arche qui marque l’entrée : c’était ouvert ! Deux-trois clics plus tard et nous avions réservé notre visite qui commençait… dix minutes plus tard !

Aberdour : un château médiéval en ruines… mais pas seulement

D’entrée de jeu, Marie et moi savons à quoi nous attendre : la bâtisse est en ruines et il ne reste pas grand-chose à part de hauts murs et quelques morceaux de toits. Ça se voit dès l’entrée, avant même d’entrer dans la micro-boutique.

Dans l’ensemble, c’est le même genre de château en ruines que celui de Craigmillar, à Edimbourg. Mais tout le château n’est pas comme ça et certaines ailes ont été préservées et se visitent. Ce qui reste aujourd’hui, ce sont surtout les ajouts du XVIIe siècle. La tour bâtie au XVe siècle s’est complètement effondrée, ou presque et c’est assez impressionnant que de se balader entre les murs écroulés.

Après avoir fait valider notre billet d’entrée, nous nous dirigeons vers l’entrée, masque sur le visage. Le château se visite en self-guided tour : il faut se contenter de quelques panneaux explicatifs disséminés à travers la bâtisse et de petits signes vissés sur les murs, qui indiquent dans quelle salle on se retrouve – la cuisine, les chambres…

Ces parties du château remontent tout de même à 1200, ce qui fait du château d’Aberdour un des deux plus vieux châteaux encore debout en Ecosse, avec le château de Sween, quelque part en Argyll – merci les panneaux explicatifs.

La pièce qui m’a le plus marquée est toute petite et se trouve dans la partie « intacte » du château. Il faut soigneusement fermer la porte derrière soi quand on y entre, mais également quand on y sort. Ça permet de préserver le trésor qui s’y cache : des plafonds en bois peints qui datent des années 1630 ! C’est quelque chose d’assez rare dans les châteaux de cette époque : souvent, les peintures sont effacées ou se dégradent avec le temps.

J’ai revu ça au Musée d’Edimbourg il y a quelques mois. Les peintures du château d’Aberdour représentent des fruits, des fleurs et des chérubins – ils ont été peints pour le 8e Earl de Morton. C’était une preuve de richesse, de culture et d’éducation que d’avoir ce genre de chose chez soi, paraît-il.

Le château d'Aberdour, entre ruines et merveilles
Regardez à quel point ce plafond peint est incredible!

Cuire sous le soleil en se baladant dans les jardins

Les jardins du château sont impressionnants de pas leur organisation très carrée. Ça fait très propet, trop peut-être pour certains. Ils ont été créés par James Douglas, le 4e Earl de Morton – l’homme le plus puissant d’Ecosse à l’époque (rien que ça !). Il acquiert le domaine en 1564 et sa passion pour le jardinage le mène à créer des jardins magnifiques, influencés par ses voyages en Angleterre et en Europe pendant la Renaissance.

Ses terrasses en particulier sont inspirées par l’Italie. Aujourd’hui encore, il est considéré comme l’un des plus anciens jardins aménagés du pays. J’ajouterais que c’est aussi l’un des plus beaux, avec ses terrasses en pierre, son verger et ses grands espaces entretenus au brin d’herbe près. Sans oublier les façades, colorées par les multitudes de fleurs.

Le château d'Aberdour, entre ruines et merveilles
Le château d'Aberdour, entre ruines et merveilles
Toutes ces fleurs, ça rend incroyable contre la pierre brute !

Au « fond » du jardin, de l’autre côté des terrasses en pierre, il y a un doocot, un colombier (ou pigeonnier, I’m not sure). Il n’a pas été placé là au hasard : c’est le premier truc qu’on voit via les fenêtres du château, sa silhouette se dessine clairement, et il était clairement là pour impressionner les visiteurs. A l’époque, seuls les très grands domaines pouvaient se permettre une telle construction.

Ce colombier, à l’intérieur duquel il est possible de rentrer, contient 600 petites niches pour que les oiseaux puissent y pondre. C’est intelligent car ça permettait de se fournir en viande, en œufs et aussi en compost naturel. J’ai appris sur place que l’intérieur est construit de telle sorte que les rats ne peuvent pas grimper le long des murs pour voler les œufs.

La minute Outlander

J’ai l’impression qu’Outlander en Ecosse, c’est un peu comme Harry Potter : impossible d’y échapper ! En entrant dans l’écurie, je ne suis donc qu’à moitié surprise de voir un grand panneau expliquant que certaines scènes de la saison 1 y ont été tournées. Les scènes du monastère français de Sainte Anne de Beaupré ont été tournées dans la galerie, la cuisine et des les écuries.

👉 Pour plus de lieux de tournage Outlander en Ecosse, suivez mon guide !

 

 

Infos pratiques

★ Le code postal à taper dans le GPS est KY3 0SL.

★ L’entrée se situe à quelques pas de la gare routière – parfait pour la #TeamSansVoiture. Pour les véhiculés, le parking de la gare est gratuit.

★ La visite est gratuite pour les membres de Historic Scotland, sinon c’est £6 pour un adulte et £3.60 les 5-15 ans. Pour le moment, il faut réserver les billets en ligne.

★ Les heures d’ouverture varient selon les saisons, il vaut mieux donc vérifier au préalable. Plus d’informations

J’espère que cette balade vous aura permis de faire le plein de vitamine D en cette période hivernale !

✏️ D’autres châteaux en Ecosse, en ruines ou non, à me conseiller pour une prochaine escapade ?

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

4 commentaires

3 kleine grenouilles 18 janvier 2022 - 14:18

Magnifique ! Quand j’ai vu le beau ciel bleu de la photo de couverture, je me suis demandée si vous aviez réellement cette météo en Ecosse en ce moment. 😉

Répondre
Ophélie 18 janvier 2022 - 22:09

Alors en ce moment il fait souvent très beau, mais le ciel n’est jamais aussi bleu ! :p x

Répondre
Marie 18 janvier 2022 - 19:12

C’était une belle visite, malgré la chaleur ! Et la prochaine fois, à refaire sans la balade le long des rails après XD

Répondre
Ophélie 18 janvier 2022 - 22:10

M’en parle pas, c’était l’horreur ! x

Répondre

Le blog utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Si vous n'êtes d'accord, vous pouvez refuser. Accepter Lire la suite