3 randonnées rafraîchissantes dans la région de Dumfries & Galloway

par Ophélie
4 commentaires
Glen Ness, Dumfries & Galloway

Quoi de mieux qu’un week-end caniculaire* en Écosse pour aller faire de la rando et du camping sauvage ? Camille et moi avons une liste d’endroits où nous prévoyons d’aller camper mais en pleine saison, certaines régions sont bien trop fréquentées pour pleinement les apprécier. Nous, on veut du calme ! De la tranquillité ! En juillet dernier, nous avons décidé d’aller camper dans le sud-ouest de l’Écosse, dans la région de Dumfries & Galloway.

*30°C en Écosse, c’est caniculaire.

Comme sa voisine la région des Borders, Dumfries & Galloway est plutôt boudé par les touristes qui lui préfèrent la nature sauvage des Highlands. Encore une fois, aucun mépris, c’est un constat. D’ailleurs, je n’avais jamais été dans cette région non plus – quelle erreur !

Pourquoi aller dans la région de Dumfries and Galloway ?

Le coin est idéal pour plein de raisons mais je retiens surtout :

★ Il n’y a pas de midges dans le coin (et rien que ça en fait un endroit parfait ; ceux qui ont déjà subi ces démons me comprennent) ;

★ Les paysages sont superbes : vallonnés et verdoyants, même quand l’herbe est cramée dans le reste du pays ;

★ Il y a plein de chemin de randonnées, pour tous les goûts et tous les niveaux ;

★ On y trouve un Dark Sky Park, c’est-à-dire un endroit où il fait exceptionnellement nuit, sans pollution lumineuse : idéal pour admirer les étoiles et la Voie lactée. En 2009, le Galloway Forest Park fut le 4ème a recevoir ce titre dans le monde entier (et le premier au Royaume-Uni) ;

★ C’est boudé par les touristes, donc c’est calme et on n’y croise pas grand monde !

Rando #1 : Grey Mare’s Tail

Degré de love : ❤️❤️❤️

Pour qui ? Les amateurs de cascade et chemins qui montent.

Difficulté : ça monte beaucoup trop. 4.5 km pour la rando complète, entre 1h30 et 2h30.

Accès : il y a un parking (payant), mais les places sont limitées. Cette rando est clairement un incontournable de la région, mieux vaut arriver tôt pour avoir une place garantie.

 

C’est la seule randonnée que nous n’avons pas complétée. Non pas qu’elle n’en vaille pas la peine, loin de là, mais je suis intolérante à la chaleur (quelle blague, hein ?) et je ne peux donc pas rester exposée au soleil fort longtemps. Or, le chemin de « la queue de la jument grise » est en plein soleil, et ça tapait très très fort ce week-end là. La randonnée débute par une montée très sèche, en suivant un escalier de pierre. Nous nous sommes contentées de monter à la plate-forme à mi-hauteur pour admirer la cascade avant de retourner à la voiture. C’est très beau en tout cas. Le nom (pour une fois plus marrant en français qu’en anglais) vient probablement de la cascade : un filet d’eau très, très haut qui cascade entre les rochers, pareil à la queue d’un cheval.

Rando #2 : Crichope Linn

Degré de love : ❤️❤️❤️❤️❤️

Pour qui ? Ceux qui aiment les endroits mystérieux et un peu féeriques

Difficulté : très facile car tout plat mais attention en cas de pluie, le terrain est boueux, glissant et sans garde-fou. Comptez 45 min pour l’aller-retour.

Accès : il y a deux trois places de parking sur le bas-côté de la route, quelques mètres avant l’entrée du chemin, mais il y a également un petit parking un peu plus loin.

 

La randonnée que j’ai préférée de toutes celles qu’on a fait dans le coin. Et pour cause : l’endroit est magique, un peu comme un décor de ma série chouchou Merlin. Une fois sur le sentier, la route est simple : c’est tout droit ! Il suit la rivière dont le débit s’accélère au fur et à mesure qu’on s’approche de la gorge, tout au bout du sentier. Ce qui rend le lieu vraiment magique ? Des gravures sur les parois de pierre, laissées par les visiteurs des siècles précédents. Rien que ça. Ça continue jusqu’à la fin du sentier (ce n’est pas une boucle), et il y en a de plus en plus à mesure que la gorge devienne plus étroite.

Le sentier est rempli d’embûches : il faut parfois enjamber un tronc d’arbre à moitié tombé, parfois se baisser pour passer sous les branches. Au bout, le chemin disparaît après une arche de pierre naturelle, avec de jolies gravures. La gorge est très étroite et difficile d’accès à cause du sol en pente et très glissant à cause de la boue.

Rando #3 : Glen Ness

Degré de love : ❤️❤️❤️❤️

Pour qui : ceux qui aiment les marches en bord de rivière.

Difficulté : une grosse montée mais sinon, tout est plat. Il faut une heure, 1h30 pour marcher les 3.2 km.

Accès : il y a plein de places de parking (gratuit) du côté du Osprey Lounge, sur la rive du Loch Doon, et l’entrée du sentier de rando est à une vingtaine de mètres.

 

Cette randonnée est super sympa : elle longe la rivière, c’est plutôt plat. Il y a tout un tas de ponts en bois là où le sentier est abîmé par l’eau et la boue (j’ai noté dans mon notebook : « Succession de ponts en bois le long de la gorge, ça glougloute et c’est super beau. »). Plus rafraîchissant, tu meurs ! Le sentier formé une boucle : il quitte la rive de la rivière pour s’enfoncer dans les hauteurs. Ça pique pendant une centaine de mètres avant de revenir droit, pour redescendre plus loin pour rattraper le début de la boucle.

Regardez-moi la beauté de cet arbre !
Il y a beaucoup, beaucoup de ponts et de passerelles le long de ce chemin de rando !

Bonus : Deux autres endroits à ne pas manquer dans le coin

Bonus #1 : Glentrool

Glentrool se trouve au cœur du Galloway Forest Park. Je l’ai mentionné plus haut, ce parc est classé comme Dark Sky Park. Le traverser est fort sympathique, avec des airs de bout du monde – nous n’avons croisé personne sur des kilomètres et des kilomètres. La nuit, le ciel est si obscur que la Voie lactée et les étoiles par milliers peuvent se voir à l’œil nu.

Le parking du Visitor Centre est payant mais de là, il y a une petite balade à faire le long de la rivière. Encore une fois, il faisait trop chaud pour continuer, mais le peu qu’on a fait m’a beaucoup plu.

Bonus #2 : Routin Bridge

Un pont en pierre arrondi comme on les aime, avec possibilité de descendre vers le lit de la rivière pour mieux apprécier la vue. C’était incroyablement beau mais un groupe de jeune s’y baignaient, nous ne nous sommes pas attardées. (Notez qu’il y a très peu de place pour se garer dans le coin).

Où dormir dans le Dumfries & Galloway ?

Les rives du Loch Doon sont parfaites pour faire du camping sauvage. Il y a des emplacements pour garer la voiture en toute sécurité et de grands espaces plats pour établir sa toile de tente. C’est un coin fréquenté, mais sans se retrouver les uns sur les autres non plus. Il y a pas mal de restes d’anciens feux de camp à réutiliser, c’est chouette.

J’ai connu bien pire comme vue au réveil…

J’espère que cet article vous aura donné envie de découvrir cette merveilleuse région du sud-ouest de l’Ecosse, la région de Dumfries & Galloway. C’était la première fois que j’y allais, mais certainement pas la dernière fois !

✏️ Des suggestions d’arrêts dans la région ?

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

4 commentaires

Camille 4 octobre 2022 - 13:30

Hé bien, en effet, ça donne envie ! Le côté réserve de ciel étoilé comme le reste, au final. J’aime bien me sentir seule au monde, alors ça fait un peu rêver 🙂
Merci !

Répondre
Ophélie 5 octobre 2022 - 10:00

Si tu aimes te sentir seule au monde (moi aussi !), ce coin du pays est définitivement fait pour toi ! ♥ x

Répondre
Maurette 5 octobre 2022 - 06:26

Tous vos articles sont passionnants ! Vous avez aussi le sens du verbe! C’est un plaisir de vous lire!

Répondre
Ophélie 5 octobre 2022 - 10:01

Merci beaucoup Maurette ! Belle journée. x

Répondre

Le blog utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Si vous n'êtes d'accord, vous pouvez refuser. Accepter Lire la suite