The Lighthouse Witches et autres histoires de sorcières en Écosse

par Ophélie
8 commentaires
The Lighthouse Witches et autres histoires de sorcières en Écosse

Un aspect de la vie à l’étranger dont on n’entend pas beaucoup parler : la routine. Depuis les chroniques de vendredi dernier, il ne s’est rien passé de fou dans ma vie. J’ai glandé pendant le week-end, j’ai (beaucoup) bossé pendant la semaine et à part un brunch avec une amie et un montage de meuble IKEA devant La Famille Pirate, ça a été relativement calme de mon côté. L’occasion rêvé de prendre le temps de vous parler d’un sujet qui me tient à cœur : les sorcières en Écosse !

What the fuck? allez-vous sûrement me dire. J’avoue que ce sujet est vraiment aléatoire mais il faut pourtant que vous parle d’un roman lu en fin d’année 2021, d’un marché de sorcières dans lequel je me suis rendue et d’un collectif qui lutte pour un pardon des femmes accusées (à tort) de sorcellerie et mises à mort à cause de ça. Bref, ça fait un chouette sujet de conversation pour cette fin de semaine.


The Lighthouse Witches : un roman gothique

Ce roman raconte l’histoire de Liv. Commissionnée pour créer une fresque murale afin de raviver un vieux phare, elle débarque avec ses trois filles sur Lón Haven, une petite île écossaise au large de Cromarty en 1998. Là, elle est confrontée aux croyances locales et à l’histoire de l’île, ternie par la chasse aux sorcières et aux wildlings du folklore local. 

Flash forward, nous sommes en 2021. Luna, la fille cadette de Liv, est la seule survivante d’une tragédie qui a décimé sa famille, lorsqu’elles habitaient à Lón Haven. Un événement incroyable la force à faire face à son passé. Que s’est-il passé à Lón Leven il y a tant d’années ?

Le roman alterne les points de vue entre les différents protagonistes (Liv, la mère ; Saphire et Luna, ses deux filles aînées ; Patrick, le commanditaire de la fresque), les chronologies (1998, quand la famille Stay arrive sur l’île ; 2021) et la narration (3e personne du singulier pour Luna et Sapphire ; 1e personne pour Liv et Robert). En plus d’être innovant, ça donne un rythme de lecture très intéressant : impossible de s’ennuyer avec tous ces changements.

L’atmosphère est très gothique ; imaginez une île écossaise aux côtes escarpées, érodées par les vagues, avec un phare décrépi qui s’élève. C’est sombre, ça met dans l’ambiance. Et puis, le folklore écossais, crucial dans cette histoire, renforce cet aspect gothique. 

The Lighthouse Witches, C. J. Cooke

J’ai adoré ce roman, probablement un de mes préférés de 2021 et je sais déjà que je le relirai d’ici quelques mois. Probablement en automne, quand le temps s’y prête bien. En attendant, je le recommande à tous les gens que je croise. En attendant que le roman soit traduit en français, faites-vous plaisir avec la version originale, en anglais (lien affilié, en savoir plus ici).

Leith a accueilli son premier marché pour les sorcières, le Witches’ market !

Leith, c’est le quartier où je réside actuellement à Édimbourg. Mi-décembre, un marché couvert a été mise en place avec plusieurs créatrices au penchant ésotérique. La plupart ont des boutiques indépendantes disséminées dans la ville. Parmi la sélection d’objets exposés et mis en ventes, il y avait beaucoup d’art, des pierres semi-précieuses, des cartes de tarot, des thés et des herbes médicinales, des couronnes de Noël (je les ai mentionnées ici d’ailleurs), des bougies, des bijoux, et j’en passe. Tout ce qu’il faut pour jeter des sorts et enchanter son chez-soi !

The Lighthouse Witches et autres histoires de sorcières en Écosse

C’était la première édition de ce marché mais clairement, il y en aura d’autres ! Ça n’a pas désempli de la journée et la queue pour y entrer était dingue. En tout cas, j’ai adoré et me suis fait plaisir avec une belle illustration, très gothique. ♥

Witches of Scotland, un collectif engagé pour le pardon des « sorcières » d’Ecosse 

Witches of Scotland est un comité qui exige la justice pour toutes les personnes accusées et condamnées pour sorcellerie sous le Witchcraft Act de 1563-1736. Les membres se battent pour un pardon officiel et légal, des excuses publiques et l’érection d’un monument national en hommage à toutes les victimes de cet acte parlementaire.

Sous cet acte, les personnes accusées et condamnées (84% de femmes of course) subissaient la peine de mort : étranglement jusqu’à ce que mort s’en suive, puis crémation pour qu’il ne reste rien à enterrer. Bien évidemment, la torture des accusés était légion et beaucoup « avouaient » leurs crimes, se condamnant par la même occasion. Parmi les méthodes les plus utilisées, il y avait le coup de l’épingle (pour trouver la marque du Diable) ou celui du broyage ou d’arrachage des ongles aussi. Ils étaient sympa à l’époque.

Je me souviens qu’en visitant Mary King’s Close en 2010, le guide avait expliqué qu’il existait une méthode pour repérer les sorcières : on les noyait. Si elles mourraient, c’était la preuve qu’elles étaient innocentes. Si elles s’en sortaient, c’est qu’elles étaient coupables et étaient donc mises à mort. Elementary, my dear Watson!

Bref, ce sont quand même 3837 Écossais qui ont été accusés à cette période, et 2558 qui ont été mis à mort pour sorcellerie. À Édimbourg, il y a un minuscule mémorial en hommage à ces victimes et je parie que beaucoup d’entre vous qui êtes allés à Édimbourg, êtes passés devant sans vous en rendre compte. Il se trouve devant le château, immédiatement à droite en arrivant sur l’esplanade. Une petite fontaine, The Witches’ Well, qui est toujours fleurie.

The Lighthouse Witches et autres histoires de sorcières en Écosse

Sorcières en Écosse, quelques liens

★ Le podcast de Witches of Scotland, qui parle d’histoire, de lois et de la vie des victimes. Il y a un épisode avec l’auteure de The Lighthouse Witches.

★ La pétition pour que les victimes soient pardonnées, mise en place par le collectif, est actuellement en cours de considération par le gouvernement écossais. Elle a récolté plus de 3000 signatures.

★ L’histoire de ce collectif a été mentionnée, non seulement dans un article de la BBC, mais également dans un article du Monde mais aussi dans un article du Figaro.

Petit point d’actu au Royaume-Uni : ce n’est pas une sorcière (quoi que, c’est un point discutable) mais Boris Johnson, le chef du gouvernement britannique, n’est pas très bien côté en ce moment. Une sombre histoire de cheese and wine party au 10 Downing St datant de Mai 2020 : pendant le PM restreignait le pays a se confiner, limitant nos déplacements et nos interactions sociales et professionnelles, le gouvernement faisait la fête. Boris maintient que c’était un meeting professionnel mais peu de gens croient à sa version des faits (surtout ceux qu’on n’ont pas pu assister aux funérailles de leurs proches). Toujours est-il que ça pue pour lui et qu’on peut s’attendre à de nouvelles élections générales…

En espérant que cette parenthèse sorcières écossaises vous aura plu, je vous souhaite un bon week-end !

✏️ Des histoires de sorcières à me raconter ?

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

8 commentaires

Catherine 15 janvier 2022 - 20:58

Je ne suis pas très branchée sorcières modernes et ésotérisme mais la période de la chasse aux sorcières en Europe pendant les Temps Modernes est une période très étudiée en histoire.
Il y a une série de reportages historiques très intéressants sur la chaîne allemande ZDF dont 24h dans la vie d’une sage-femme à Cologne en 1629. Les sages-femmes étaient souvent associées aux sorcières car elles côtoyaient la vie, la mort et certains secrets de la naissance en permanence. Je te mets le lien si cela t’intéresse (c’est peut-être possible de mettre les sous-titres dans une autre langue ?).
https://www.youtube.com/watch?v=1_ejKq5nj8o
Et puis, si tu ne connais pas le roman « Le Maître et Marguerite » de Boulgakov, je ne peux que te le recommander. Une histoire de sorcières et de diable dans le Moscou des années 1930…

Répondre
Ophélie 17 janvier 2022 - 09:33

Merci pour ces recommandations Catherine ! Je n’avais jamais entendu parlé de ces reportages mais ça m’intéresse beaucoup ! Idem pour ce livre, inconnu pour moi. Je vais essayer de le trouver en librairie. ♥ x

Répondre
Marie 17 janvier 2022 - 17:50

J’ai vraiment adoré ce billet ! Les sorcières et l’Écosse, deux de mes sujets préférés au monde, alors je ne pouvais qu’être conquise ! Merci à toi pour ce riche partage. Lors d’un de mes voyages à Édimbourg, j’ai pu admirer la petite fontaine dont tu parles et cela m’a énormément émue. Bon, il faut dire que je suis une grande fan des œuvres de John Duncan… Cela a sûrement contribué à mon émotion d’avoir découvert l’équivalent d’un trésor urbain devant lequel beaucoup de gens doivent passer sans tilter.

Je me suis abonnée au podcast « Witches of Scotland », j’ai hâte d’écouter ça !!

Répondre
Ophélie 17 janvier 2022 - 20:02

Contente qu’il t’ait plu Marie ! En vérité, il y a très peu de gens qui savent qu’il y a cette petite (mais très émouvante, je suis d’accord avec toi) fontaine près du château… De mon côté, je n’avais jamais entendu parlé de John Duncan, je vais rectifier ça de suite. Merci de la reco !
J’espère que le podcast te plaira – mais je n’en doute pas vraiment ! x

Répondre
Aurélie 18 janvier 2022 - 16:43

Je note immédiatement ce roman dans ma pile à lire !
De façon plus générale, merci pour cet article !
Les trois facettes abordées sont très intéressantes, j’ai bien envie de venir découvrir ce marché et de m’intéresser à ce collectif ! 🙂

Répondre
Ophélie 18 janvier 2022 - 22:10

J’espère que le roman te plaira autant qu’à moi ! 😀
Merci d’avoir pris le temps de lire et d’apprécier cet article. 😀 x

Répondre
Audrey 18 janvier 2022 - 18:37

Merci pour la suggestion, je viens de réserver ce roman à la bibliothèque. Je suis assez surprise que ma bibliothèque canadienne l’ait dans son catalogue, d’ailleurs ! Je t’en dirai des nouvelles. J’aurais adoré aller au marché des sorcières.

Répondre
Ophélie 18 janvier 2022 - 22:11

J’espère tellement qu’il va te plaire ! J’ai hâte que quelques mois aient passé pour pouvoir le relire. ♥
Je te préviens quand le prochain marché se prépare alors. :p x

Répondre

Le blog utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Si vous n'êtes d'accord, vous pouvez refuser. Accepter Lire la suite