Visiter Gladstone’s Land : retour au dix-septième siècle

par Ophélie G.
4 commentaires
Visiter Gladstone's Land : retour au XVIIe siècle !

Au cœur de la vieille ville d’Edimbourg, le Royal Mile est le témoin vivant du passé de la capitale écossaise. Il suffit en général de quitter cette large artère pavée et de se glisser dans les closes, d’étroites ruelles perpendiculaires, pour replonger dans le passé. Mais pas seulement. Sur la partie haute du Royal Mile, les bâtiments de pierre noircie ont de quoi donner un torticolis : c’est qu’ils sont hauts ! Celui qui nous intéresse aujourd’hui, c’est Gladstone’s Land : une demeure étroite qui s’élève sur six étages. Un contraste incroyable avec la Georgian House, demeure aristocrate du XVIIIe siècle, à visiter dans New Town. Allez, plongeons au cœur du XVIIe siècle !

Visiter Gladstone's Land : retour au XVIIe siècle !
La vue depuis le premier étage de Gladstone’s Land est incroyable !

Edinburgh, the Auld Reekie

Savez-vous qu’Édimbourg est surnommée la Auld Reekie ? La « Vieille Enfumée » ou la « Vieille Puante », vous choisissez. Mais pourquoi au juste ?

Posons le décor. Nous sommes au XVIIe siècle et la ville d’Édimbourg est entourée de fortifications. Au nord de la ville, le Nor’ Loch sert d’égout à ciel ouvert : déjections humaines et animales, eaux usagées, poubelles y sont déversées. Les odeurs sont pestilentielles dans les rues. (Mais tout cet engrais n’a pas été en vain : le Nor’ Loch, aujourd’hui Princes Street Gardens, est vert quasiment toute l’année !)

Mais il y a deux autres problèmes : l’air est pollué comme pas possible à cause des cheminées (levez la tête dans les rues, il y en a énormément dans Old Town) et du charbon, utilisé pour chauffer les habitations. Une épaisse fumée noire persiste à toute heure du jour et de la nuit, recouvrant la ville d’une sombre aura. 

Si aujourd’hui Edimbourg fait rêver les romantiques et les passionnés d’histoire, ce n’était pas le cas au XVIIe siècle. A l’image des autres grandes villes de l’époque, il ne faisait pas vivre dans cette ville obscure et puante.

Cette petite parenthèse, c’est pour expliquer pourquoi les bâtiments sont si hauts sur le Royal Mile : pour agrandir une maison et s’éloigner de la rue recouverte de déchets, on construisait en hauteur ! Ajoutez à ça que de toute façon, les bâtiments étaient si collés les uns aux autres qu’il aurait été impossible de faire autrement. Et bien évidemment, les plus riches vivaient en haut, les plus pauvres en bas. Makes sense!

Gladstone’s Land : échelle de richesse

La maison date de 1550 mais elle est achetée et développée en 1617 par un riche marchand et membre du parlement, Thomas Gledstanes et son épouse. Pour agrandir la maison, ils construisent étage sur étage, jusqu’à atteindre six. Comme la maison est un chouia trop grande pour le couple, ils la louent à tout un tas de gens différents. Le couple occupe le dernier étage et les locataires occupent le reste. Parmi ces derniers, il y a William Struthers, qui bosse à l’église St Giles, John Riddoc, un employé de Struthers, ou encore un chevalier du nom de James Crichton de  Frendraught.

Pendant plusieurs décennies, les locataires des lieux vont et viennent, jusqu’à ce que le quartier deviennent démodé. Au XVIIIe siècle, Old Town ne fait plus rêver l’aristocratie. Il faut dire que ça pue, c’est dégueulasse, les gens vivent les uns sur les autres dans une atmosphère pestilentielle. Le manque d’hygiène ne fait pas rêver non plus, surtout avec les maladies que ça implique. Alors les riches traversent la ville et se font une place au cœur de New Town, de l’autre côté de Nor’ Loch. C’est l’époque géorgienne, à découvrir ici.

En 1934, Gladstone’s Land, destinée à être démolie, est sauvée par le National Trust for Scotland. Ouf !


Premier étage : 1632, les appartements de John Riddoch et Margaret Noble

Les appartements sont plutôt luxueux et les plafonds en bois peints sont incroyablement beaux et plutôt bien conservés. John Riddoch et son épouse Margaret Noble étaint relativement riches et ça se voit à travers le mobilier, mais également à travers le contenu de la cuisine. 

Gladstone’s Land est un musée vivant à l’image de beaucoup de musées au Royaume-Uni : ici, hors de question de garder ses mains ses poches. Pendant la balade, on touche, on tripote, on sent (bon, on est toujours en pleine pandémie donc attention quand même à bien se désinfecter les mains avant et après). C’est la magie de l’immersion dans un passé pas si lointain que ça au final, et qu’est-ce que c’est chouette !

Deuxième étage : 1766, la boutique de linge de Dawson

Nous sommes à l’ère géorgienne. Alors que tout le beau monde s’est installé dans New Town, Dawson ouvre quand même sa boutique. Il y vend du tissu, des rubans, des chapeaux. C’est chouette, on peut essayer des chapeaux et des rubans, ouvrir des tiroirs et poser mille et une questions au bénévole du National Trust qui est dans la pièce (il y a un.e bénévole à chaque étage, n’hésitez pas à leur poser des questions, ils ont toujours réponse à tout !).

Oh, et la vue sur le Writers’ Museum situé dans la close juste derrière Gladstone’s Land est superbe !

Troisième étage : 1911, le pensionnat de Mary Wilson

Gladstone’s Land aura été habité depuis sa construction en 1550 jusqu’au début du XXe siècle. Vous l’aurez compris, l’usage en a été différent d’un siècle à l’autre. En 1911, c’était donc une boarding house, un pensionnat, géré par une certaine Mary Wilson.

Visiter Gladstone's Land : retour au XVIIe siècle !

Au rez-de-chaussée : le coffee shop and ice cream parlour 

On ne dirait pas comme ça, mais le café qui remplace désormais la boutique au rez-de-chaussée fait partie intégrante de la visite. 

Déjà, leurs glaces sont délicieuses, ce qui est en soi une raison valable de s’y poser. Mais en plus de ça, on trouve un livret sur chaque table, qui explique l’histoire de la nourriture et boisson des lieux.

Quand John Riddoch meurt en 1632, il laisse derrière lui une liste très exhaustive de tout ce qui se trouve dans sa boutique : des fruits secs, du sucre, et autres merveilles importées du monde entier. Dans la liste, on trouve aussi tout ce que sa locataire Issobell Johnstone a dans la taverne qu’elle tient au sous-sol, notamment de l’alcool qu’elle achète à Riddoch pour le revendre. 

Cette liste est la première d’une longue tradition culinaire à Gladstone’s Land, à découvrir en sirotant un café.

Plus d’infos ici (en anglais).

Visiter Gladstone's Land : retour au XVIIe siècle !

J’avais déjà visité Gladstone’s Land en 2019. Depuis, l’endroit a été restauré (une restauration à 1.5 millions de livre sterling !). J’ai beaucoup aimé les nouveaux aménagements – qui permettent en plus une visite en sens unique, parfaitement adaptée à la pandémie, mais qui permet aussi de se balader sans être collé aux autres visiteurs. Comme avant, l’entrée se fait via l’escalier en pierre qui se trouve à l’extérieur du bâtiment, dans le rue, mais tu ressors via le cellier du premier étage, pour atterrir dans le café.

La seule chose qui m’a un peu chagrinée, c’est qu’une des pièces que j’avais trouvée superbe est désormais une salle d’exposition. Pendant ma visite, elle était vide – c’est dommage.

Gladstone’s Land, c’est un de mes coups de cœur absolu sur le Royal Mile. Et les activités sur cette rue, ce n’est pas ce qui manque. J’apprécie de pouvoir me plonger dans le passé d’Edimbourg, de pouvoir imaginer la vie des locaux à une époque qui n’est, au final, pas si lointaine que ça. D’un côté, ça me rappelle la chance que j’ai de vivre au XXIe siècle ! Et puis, la vue sur le Royal Mile depuis les hauteurs vaut le détour.

INFORMATIONS PRATIQUES

Adresse : 477B Lawnmarket, Edinburgh EH1 2NT

Accès : Gladstone’s Land se trouve sur le Royal Mile et il n’y a pas de parking sur place. La gare de Waverley est à 5-10 minutes de marche, mais attention à la montée qui peut paraître un peu sèche. Les arrêts de bus les plus proches se trouvent sur le Mound et George IV Bridge.

Tarifs : £7.50 pour un adulte, £5 pour un enfant, £21 pour une famille, gratuit pour les membres du National Trust for Scotland

Heures d’ouverture : de 10 heures à 15 heures pour la maison, de 9 heures à 18 heures pour le café situé au rez-de-chaussée.

Plus d’informations

Visiter Gladstone's Land : retour au XVIIe siècle !

✏️ Vous êtes plus Old Town ou New Town vous ? 

Entre les deux, mon cœur balance !

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

4 commentaires

Catherine 17 août 2021 - 22:06

Merci pour la visite de ce beau bâtiment !

Répondre
Ophélie G. 19 août 2021 - 14:35

Contente que tu aies apprécié ! x

Répondre
Lolli 25 août 2021 - 11:48

Une plongée dans le passé ! Merci pour cette super visite

Répondre
Ophélie G. 27 août 2021 - 10:39

Ah oui, une véritable plongée comme je les aime ! x

Répondre

Le blog utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Si vous n'êtes d'accord, vous pouvez refuser. Accepter Lire la suite