Follow:
Ecosse

Mon premier voyage, c’était à Edimbourg

Mon premier voyage, c'était à Edimbourg

Location: Edimbourg

En parcourant le blog de Kenza, Cups of English Tea, je suis tombée sur le récit de son premier voyage. Ça m’a rendue mélancolique, et je me suis replongée dans les photos de ce voyage qui fut mon premier. Pas mon premier en tant que tel, puisque j’avais déjà visité Londres avec ma famille en 2007. Le premier voyage sans parents, juste entre copines. En 2010, la ligne Ryanair Poitiers-Édimbourg se faisait en automne-hiver (contre été désormais). C’est donc en Ecosse que mon envie de voyages s’est amorcée.

Mon premier voyage, c'était à Edimbourg

Fin-octobre, on a profité des vacances universitaires non pas pour travailler, mais pour voyager. Découvrir cette culture dont on parlait en cours de civilisation. Ce voyage a marqué de nombreuses premières fois. Première vacances sans adultes, sans parents – alors oui, en 2010 nous avions 20 ans et plus, mais aucune d’entre nous ne se sentait adulte. Premiers trajets en avion – j’étais allée à Londres en bus. Premiers contrôles de sécurité, premiers pas sur le sol écossais, premiers pas hors de la France toute seule. C’est probablement pourquoi cette ville m’a profondément marquée. 

Nous n’étions parties que quatre jours, si mes souvenirs sont bons. Quatre jours bien organisés car nous voulions faire le maximum de choses. D’ailleurs, je me souviens qu’on s’inquiétait d’arriver un dimanche, parce qu’il y aurait sûrement rien à faire et qu’on allait perdre une demie-journée. Le dimanche, ils ne connaissent pas Outre-Manche. Tout est ouvert. La vie ne s’arrête pas. Nous avions dû faire face à la langue – bien qu’inscrites en cursus linguistique anglais, ça n’allait pas de soi, et l’accent écossais très prononcé nous a paru bien compliqué. Au décalage horaire également, même si une heure, c’est rien du tout. Les préjugés étaient tombés aussi, puisque le mauvais temps auquel on s’était préparé n’était pas là. Il faisait beau, bien que froid en ce mois d’octobre.

Mon premier voyage, c'était à EdimbourgMon premier voyage, c'était à EdimbourgMon premier voyage, c'était à Edimbourg

Il y a eu une première impression, en arrivant devant le Scott Monument, cet immense bâtiment construit en mémoire de Sir Walter Scott, écrivain écossais du XVIIIe siècle. Une première cornemuse qui jouait un air entraînant au pied du monument, mitraillé de photos par les touristes. Un premier repas chaud, une baked potato, cette pomme-de-terre géante ouverte en deux et remplie de toppings : beans, jambon, fromage, etc. Il y en avait pour tous les goûts et à prix mini. Nous l’avons appris des années plus tard, mais l’enseigne que nous avions choisi pour cette première expérience culinaire écossais s’est avérée être la meilleure/la plus réputée de la ville – et dont le nom ne me revient pas.

Mon premier voyage, c'était à Edimbourg

Mon premier voyage, c'était à EdimbourgMon premier voyage, c'était à EdimbourgMon premier voyage, c'était à EdimbourgMon premier voyage, c'était à Edimbourg

Nous avions fait plusieurs musées : The Childhood Museum et ses poupées effrayantes, The Writers’ Museum plein de jolies citations, The National Museum of Scotland et ses objets historiques que j’étudierais un an plus tard à Glasgow. Nous avions rendu visite à la tombe de Adam Smith, économiste du XVIIIe siècle dont on nous rabâchait les oreilles toujours en cours de civilisation, dans le Canongate Kirkyard. Sans oublier la photo prise en douce à l’intérieur de St Giles’ Cathedral.

Mon premier voyage, c'était à Edimbourg

Les Starbucks étaient devenus nos meilleurs amis pour assouvir notre besoin de caféine – nous n’étions pas très téméraires, et mis à part nos baked potatoes, un Scottish Breakfast bien nourrissant, et un Deep Fried Mars Bar, nous n’avons pas tenté grand chose. Ce dernier est connu pour être un snack typiquement écossais : il s’agit en fait d’une barre Mars enrobée de pâte à beignet et frit. Le vendeur nous a avoué qu’en réalité, aucun Écossais digne de ce nom de mangerait ça. Pour tout vous dire, c’était gras, écœurant à la longue, mais pas mauvais.

Mon premier voyage, c'était à EdimbourgMon premier voyage, c'était à EdimbourgMon premier voyage, c'était à Edimbourg

Nous nous étions éloignées du centre historique pour aller jeter un œil à l’intérieur du Scottish Parliament, avant de prendre un bus pour aller voir le Royal Yacht Britannia, malheureusement coincé dans une galerie commerciale, ainsi que le Murrayfield Stadium – mes copines étant fan de rugby. Sans oublier, la visite du Château d’Edimbourg, qui ne nous avait pas enchanté plus que ça. Seule la vue imprenable sur la ville et ses alentours (dont Arthur’s Seat) et les joyaux de la couronne écossaise valaient le détour.

Mon premier voyage, c'était à Edimbourg

La bière avait également coulé à flots le soir, avant de rejoindre l’auberge de jeunesse. Dès le premier soir, nous étions dans le bain. Nous avions osé demander à un charmant local vêtu d’un kilt si la rumeur était vrai à propos des sous-vêtements. Il a refusé de nous dire, et a préféré nous montrer. Histoire qu’on le croit j’imagine. A part cette légère aventure, nous avions rencontrés des gens avec qui papoter dans les auberges. C’était chouette. Et les couchers de soleil en rentrant étaient beaux.

Puis il y a eu le retour en France aussi, le premier d’une longue série de tragédies. Bon j’exagère méchamment, mais c’est comme ça qu’on l’avait ressenti. Notre avion devait décoller tôt, vers sept heures du matin. Avec le bus à prendre, nous étions arrivées à l’aéroport vers cinq heures et demie. Sauf que des grèves françaises empêchaient tout avion d’atterrir sur le sol français. Fort heureusement, une ancienne prof d’anglais de mon lycée était là, et elle nous avait bien aidé. Changement de billets, discussions à n’en plus finir. Nous avions fini par atterrir à Bruxelles, pour prendre un bus vers Paris-Beauvais, un second bus pour Paris, un métro pour la Gare Montparnasse, un train pour Poitiers, de la voiture pour rentrer chez nous. Nous étions rentrées avec dix heures de retard, fatiguées, excédées par la France et ses grèves, mais heureuses de cette première et jolie aventure.

Mon premier voyage, c'était à Edimbourg

Ce récit est un peu chaotique, et je n’ai pas suivi l’ordre chronologique des événements. Je les ai racontés de la manière dont je m’en souviens, presque cinq ans après. Je suis retournée deux fois à Édimbourg depuis ce voyage. La deuxième fois quand j’étais étudiante à Glasgow. Le 14 février 2012, pour la Saint Valentin donc, une marche était organisée dans la ville pour l’égalité du mariage. La ville s’était parée de couleurs incroyables, et je me souviens encore des mots d’amour écrits en lettres fluos sur les pancartes. La troisième fois, c’était un peu plus tôt cette année. J’y suis restée une semaine chez Sarah, une des amies avec qui j’étais partie la première fois, et qui y habite aujourd’hui. Ce qui est sûr, c’est qu’Edimbourg m’est très chère, et que ce sera toujours une de mes destinations favorites.

Et votre premier voyage, c’était où ? 🙂

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être aussi

6 Commentaires

  • Reply LadyMilonguera

    Sympa de se replonger dans son tout premier voyage… Moi, ce devait être Istanbul il me semble…

    6 septembre 2015 at 18:56
  • Reply Charlie D

    Brrr, ces poupées me donnent la chair de poule !
    Edimbourgh c'est vraiment une ville qui me fait rêver ! Le premier voyage sans les parents c'est toujours une sacré expérience, je n'ai que de bon souvenir de mon voyage à Londres il y'a maintenant presque trois ans avec des amis. On avait vraiment passé de super moments même si on a vraiment fait les touristes haha !

    xx, Charlie.

    6 septembre 2015 at 18:56
  • Reply Ophélie G.

    Ces poupées nous avaient vraiment fait marrer/flipper.. Aujourd'hui encore, je m'en souviens très bien ! Les voyages, ça a vraiment le pouvoir de former une personne je trouve, sur plusieurs niveaux ! Et faire la touriste, c'est cool hein ! 😉 xx

    6 septembre 2015 at 18:59
  • Reply Ophélie G.

    Le premier voyage a tellement d'impact, qu'il est difficile de l'oublier / sympa de se le remémorer.. Istanbul, ça doit être magique.. *-* A bientôt ! xx

    6 septembre 2015 at 19:01
  • Reply Aileza

    Souvenirs, souvenirs…
    L'Ecosse est aussi mon premier voyage. J'ai adoré ce pays et ses habitants que j'ai trouvé plus chaleureux que les anglais. Je n'y suis pas retournée mais j'en rêve, depuis je me contente de regarder Braveheart en sanglotant 😀

    10 septembre 2015 at 15:07
  • Reply Ophélie G.

    Ahah je n'ai jamais vu Braveheart ! Peut-être qu'un jour, quand je n'aurais plus l'occasion de retourner en Ecosse.. :p Merci de ta visite ! xx

    10 septembre 2015 at 15:09
  • Laisser un commentaire