A wee Friday blether #8 | Des news en vrac

par Ophélie G.
Publié le Edité le 14 commentaires
My Scottish diaries #8 // Des news en vrac

La dernière publication sur le blog coïncide à peu près à mes premiers jours de travail à Edimbourg. Je vous emmenais marcher le long de la John Muir Way, entre Dunbar et North Berwick (c’était beau +++). Je ne sais même pas à quand remonte ma dernière connexion sur WordPress, c’est vous dire. La raison de cette absence prolongée (et qui risque de durer encore un peu), c’est que j’ai trouvé un nouvel emploi et que le rythme est assez… sportif, à défaut d’un terme plus adapté. Je suis d’ailleurs en train de rédiger le brouillon de cet article sur mon portable, depuis le bus 7, histoire d’optimiser mon temps libre au mieux. Un crétin vient de faire tomber son milkshake en entrant dans le bus, je garde un œil sur le liquide qui coule doucement vers mes chaussures. Ça sent la fraise et le sucre, j’aime moyen. Bref, je divague déjà, sans même être entrée dans le vif du sujet. Ça promet pour la suite. Voici quelques news, complètement en vrac.

#1 Je ne suis plus prof !

Je ne me suis pas vraiment étalée sur le sujet mais ce déménagement à Edimbourg était la suite logique d’une décision prise en octobre 2019 : arrêter d’enseigner. Après seulement une année à être  prof de français dans un établissement secondaire en Angleterre, je me suis rapidement rendue compte qu’enseigner, ce n’est pas pour moi. Pour beaucoup, devenir enseignant est une vocation, quelque chose de prévu depuis des années. Pour moi, ça s’est fait différemment. Une première année d’assistanat m’a fait découvrir et apprécier l’environnement scolaire en Angleterre, une deuxième année m’a fait prendre conscience que je pourrais éventuellement tenter l’aventure pour devenir prof et une troisième année m’a complètement décidée. En 2017-2018, je suis retournée sur les bancs de la fac à York pour y passer mon PGCE.

Si tout s’est plutôt bien passé cette année-là (malgré les hauts et les bas, on ne va pas se mentir), être prof n’a vraiment pas été quelque chose de très naturel chez moi. En soi, l’enseignement me plaisait, mais c’est tout le reste qui m’a rapidement gonflée. J’ai un article en brouillon depuis l’année dernière, intitulé « J’arrête d’être prof » (zéro originalité, j’en conviens), mais je ne sais pas encore si je vais le publier. Est-ce que ça vaut vraiment le coup ?

Cet interminable paragraphe se résume donc en quelques mots : je ne suis plus prof depuis le 31 août 2020 et guess what, je n’ai absolument zéro regret.

#2 J’ai débuté une nouvelle carrière

Le marché de l’emploi est en pleine crise, à Edimbourg comme ailleurs. Pandémie oblige, c’est le bordel. Trouver un boulot était d’ailleurs notre première source d’anxiété post-déménagement, à Sarah et moi. Une amie m’a parlé de son job : Support Worker. Ça ne me disait absolument rien de rien mais à force d’envoyer des CVs restés sans réponse, je me suis dit why not ? De toute façon, il fallait que je trouve quelque chose et rapidement, car mes économies fondaient comme neige au soleil.

Officiellement, mon badge dit que je suis Care Support Worker. En français, c’est un mélange entre aide à domicile et auxiliaire de vie. Objectivement, qu’est-ce que je fais ? Je travaille principalement avec des personnes âgées, je vais chez eux et les aide à faire un tas de trucs. Chacune des personnes avec qui je travaille a des besoins spécifiques et mes tâches quotidiennes varient d’un foyer à un autre : toilette, tâches ménagères, accompagnement. Aucune de mes journées ne se ressemble, c’est vraiment sympa.

Moi qui rêvais d’un emploi du temps plus léger que celui de prof… c’est raté ! Je travaille cinq jours (ou six, ou sept) par semaine, de 7h à 22h. Les journées sont longues mais étonnamment, ce n’est pas si dérangeant que ça. C’était un peu compliqué les premières semaines parce qu’après des mois à être principalement restée à la maison, je me suis retrouvée à être en déplacements constants. Je dois encore trouver mon rythme, car ce n’est pas tout à fait ça.

Le plus important, c’est que j’adore mon travail. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre et j’avais beaucoup d’appréhension en débutant car les personnes âgées… ce n’était pas ma tasse de thé. Si on m’avait dit il y a quelques mois que j’adorerais m’occuper de petits vieux, j’aurais probablement ri. Et pourtant, c’est tellement gratifiant comme travail ! J’aime la sensation d’être utile au quotidien. Contrairement à quand j’étais prof, j’ai véritablement le sentiment d’aider les gens. Bref, tout va bien de ce côté-là !

#3 Changement de saison à Edimbourg

Avec le boulot, je n’ai pas eu vraiment le temps de profiter de l’automne comme je l’avais imaginé. Je ne me plains pas, j’ai eu la chance de pouvoir voir l’automne s’installer petit à petit lors de mes déplacements. Les bords de route se paraient de mille et une couleurs dorées, c’était beau ! Par contre, impossible de prendre le temps d’immortaliser ça en photos. A part deux/trois clichés pris çà et là au téléphone, que dalle.

Hier, c’était la surprise au réveil : il avait neigé pendant la nuit ! Après quelques secondes d’excitation, je me suis souvenue que je devais aller bosser et que je n’avais pas roulé sur de la neige depuis 2008, l’année où j’ai eu mon permis. En soi, rouler sur la neige à Edimbourg, ça passe. Le trafic est tellement important qu’elle a vite fondu. En revanche, marcher sur les trottoirs ou conduire dans les parkings, c’était l’enfer. Aujourd’hui, la neige a complètement disparu de mon côté de la ville (Leith) mais apparemment c’est pas mal tombé de l’autre côté de la ville, là où je bosse. Heureusement, je suis off aujourd’hui.

#4 Le mot du jour est thundersnow

En parlant météo, dans la nuit de mercredi à jeudi, j’ai découvert le principe de thundersnow (un chouette mot à base de thunder, tonnerre et snow, neige). A 4h30 cette nuit-là, j’ai été réveillée en sursaut par une détonation extrêmement violente, qui a bien raisonné comme il fallait et qui a déclenché l’alarme d’une des voitures en bas de chez moi. Typiquement le genre de situation qui te fait faire la liste la plus débile de tout ce qui a pu se passer : une voiture s’est pris le mur ? les mecs du chantier de l’autre côté de la rue démolissent un truc ? c’est la guerre ? un avion s’est écrasé ? En fait, non, rien à voir.

Twitter m’a sauvé la vie : c’était un orage particulièrement violent dû aux différences thermiques (ou un truc comme ça hein, je suis pas calée en météo). The Guardian et BBC News en ont parlé hier, si jamais ça vous intéresse. C’est aussi arrivé la nuit dernière mais pour le coup, ça ne m’a pas réveillée. 😀

#5 En vrac et en images

Comme prévu, je n’ai pas fait beaucoup de sorties ces derniers temps. Entre les Royal Botanic Gardens que j’aime tant, la plage de Portobello, les rues du vieux centre ou le chemin qui longe la rivière, ça a été plutôt calme. J’ai vécu le changement de saison à travers le pare-brise de ma voiture, c’était un peu moyen. Du coup, il n’y a pas beaucoup de photos à partager sur mon téléphone. Mais voici un bref échantillon de ce qui a animé ces dernières semaines.

 

Sorties au Royal Botanic Gardens.

Artisan Coffee, sur Leith Walk, est probablement un de mes endroits préférés du quartier.

Un dimanche ensoleillé sur Water of Leith // Un arbre avec des yeux // La plage de Portobello

Noël est arrivé à la maison… mais aussi dans la rue !

L’art de rue de Leith. ♥

Dans les rues d’Edimbourg + Chouquettes maison !

Premières neiges à Edimbourg. ♥

J’espère que ça va de votre côté. 🙂

Je vous souhaite un bon week-end !

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

14 commentaires

3 kleine grenouilles 5 décembre 2020 - 20:48

Chouette que tu apprécies autant ton travail ! Sachant tout ce que l’auxiliaire de vie fait avec et pour mes parents, je peux te dire que tu as un emploi vraiment indispensable. Bravo !

Répondre
Ophélie G. 6 décembre 2020 - 06:59

Tes mots me touchent beaucoup, merci ! ❤️ xx

Répondre
FRANCOIS Élodie 5 décembre 2020 - 20:48

Un article très frais, très sympa. J’aime beaucoup suivre vos mésaventures… Merci pour ces petits moments de bonheur, ces tranches de vie et bonne continuation

Répondre
Ophélie G. 6 décembre 2020 - 07:00

Je suis ravie que mes (més)aventures te plaisent Elodie. Un bon dimanche à toi ! xx

Répondre
Lolli 7 décembre 2020 - 09:36

Ah, comme tes articles m’ont manqué ! C’est chouette d’avoir de tes nouvelles. je suis contente pour ton nouveau boulot c’est vraiment génial 🙂 Tu as fait de belles photos d’Édimbourg, cela me donne tellement envie d’y aller. 2021 , croisons les doigts ! Passe une bonne semaine

Répondre
Ophélie G. 13 décembre 2020 - 18:21

Ça me fait tellement plaisir que tu sois encore au rendez-vous Lolli ! J’essaye de m’organiser au mieux pour publier plus régulièrement sur le blog mais le temps me fait cruellement défaut. 🙁
J’espère que tu pourras venir à Edimbourg cette année, ce serait vraiment sympa de se rencontrer autour d’un café. 🙂 xx

Répondre
Mariion2404 9 décembre 2020 - 15:49

Contente de te lire à nouveau ! Je peux te dire que cette période n’est pas la meilleure pour être prof, les vacances arrivent bientôt et j’ai l’impression qu’il reste encore plusieurs semaines.
J’ai pas mal entendu parler de ce thundersnow et ça devait être assez impressionnant comme bruit.
J’espère que la situation s’améliorera vite pour que tu puisses partir faire de nouvelles rando dans le pays

Répondre
Ophélie G. 13 décembre 2020 - 18:23

Merci Marion ! Je pense fort à mes amis/anciens collègues profs – ça doit être l’angoisse en ce moment.. Mais les vacances arrivent vite !
T’imagines même pas à quel point c’était terrifiant d’entendre le tonnerre de la Thundersnow. Pour les randos, je pense qu’il va falloir attendre le printemps prochain. xx

Répondre
Clem 13 décembre 2020 - 15:10

Je suis contente de te relire ! Et de savoir que tu vas bien. Care support worker sounds intense… mais super rewarding. Du moment que tu apprécies ton boulot, c’est le principal! Comme on l’a vu cette année, la vie est trop courte pour rester dans une situation qui ne nous apporte rien de bon…
Je serai intéressée par ton article j’arrête d’être prof, j’espère le lire un jour!
Des bisous xx

Répondre
Ophélie G. 13 décembre 2020 - 18:25

Merci Clem ! C’est terriblement intense, mais proportionnellement gratifiant oui ! Je suis d’accord avec toi, la vie est trop courte pour rester coincée dans une situation négative. Je pense que je vais finir par le publier, une fois que j’aurai eu le courage de le retravailler.. :p J’espère que le PGCE se passe bien de ton côté ! xx

Répondre
Adrienne - Madame Dree 23 décembre 2020 - 09:57

Ca fait plaisir de te lire et d’avoir quelques nouvelles !
Bravo pour ton nouveau boulot en tous cas 🙂
Et honnêtement cet article « j’arrête d’être prof » j’aimerais beaucoup le lire !

Répondre
Ophélie G. 23 décembre 2020 - 15:48

Merci Dree !
Je pense que je vais finir par le publier, un jour où j’aurais la motivation de retravailler le texte. 😉
Bonnes fêtes de fin d’année à Will et toi ! ♥

Répondre
Elia 5 janvier 2021 - 20:37

Oooh! Je me souviens avoir lu que tu changeais de voie, mais là c’est carrément un virage à 180*C! C’est super pour toi si ça te plais, j’espère que tu vas t’épanouir dans ce nouveau job, mais peut-être avec un emploi du temps un peu moins chargé (7h-22h ??? X__X) C’est surtout cool d’avoir réussi à trouver un nouveau boulot considérant le contexte économique dans lequel le pays se trouve… Je te souhaite une belle année 2021 🙂

Répondre
Ophélie G. 7 janvier 2021 - 12:16

Ah c’est sûr, difficile de faire plus différent ! Honnêtement, après quelques mois je trouve déjà le rythme beaucoup plus supportable. Maintenant, les journées ne me paraissent pas si longues. 🙂
Je trouve ça surtout cool d’apprécier ce que je fais parce qu’il y a (et aura) toujours du travail à trouver dans ce domaine. Mais je ne me plains pas d’avoir trouvé quelque chose aussi rapidement, ça c’est clair et net. Une belle année à toi Ella ! ♥ xx

Répondre

Le blog utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Si vous n'êtes d'accord, vous pouvez refuser. Accepter Lire la suite