Blog post

Les relations sociales en Angleterre

Une fois de plus, il m’est difficile de vous parler de mes relations sociales à Scarborough, thème de ce rendez-vous #HistoiresExpatriées. Difficile, parce que cela fait pile un mois et demi que je suis installée dans cette ville au bord de la mer et que ma première sortie officielle date d’il y a moins de trois jours.

Comment cela se fait, me demandez-vous ? L’équation est pourtant simple : nouvelle ville + nouveau travail + manque de temps + appartement cosy = vie professionnelle et hibernation quasi totale. J’exagère un peu.

La vérité, c’est que je ne sais plus trop comment on fait pour rencontrer des gens. Je m’explique.

Photo : l’intérieur d’un pub, l’endroit par excellence pour socialiser comme il se doit en Angleterre, et plus largement au Royaume-Uni. Pour être honnête, je serais bien incapable de vous dire dans combien de pubs j’ai mis les pieds en quatre ans !

Stamford & Ketton – Septembre 2014/Juin 2017

Dès mon arrivée, j’ai habité avec les deux autres assistantes. Lisa, autrichienne, et Noélia, espagnole. Noélia était déjà sur place depuis deux ans et via son contact, j’ai pu rapidement rencontrer de nouvelles personnes. Ma première journée sur place a été mouvementée. Dans la journée je rencontrais Rob, américain, et Tom, anglais de Stamford. Puis plus tard Bianca, australienne au pair. Et puis une ribambelle d’autres personnes que j’ai côtoyé pendant quelques mois.

Il y avait aussi le groupe des assistants de langue sur Facebook, qui m’a permis de rencontrer d’autres assistants. Et aussi les réunions d’info nulles du British Council. D’ailleurs, je suis toujours en contact avec les gens rencontrés à ce moment-là. Je me souviens aussi de ce jour à Cambridge, pour l’obtention de mon NIN, où Lisa et moi avions rencontré deux autres assistants par hasard au Job Center.

Bref, être assistante c’était chouette, ça m’a permis de rencontrer un max de gens – la plupart sont encore des amis aujourd’hui !

A Ketton, c’était différent. J’ai rencontré la famille via leur au pair allemande rencontrée via leur ancienne au pair australienne. En gros. Du coup, en plus de mes amis de base, je côtoyais alors une famille anglaise, poulets et chiens compris (vous noterez l’ordre de préférence).

York – Septembre 2017/Août 2018

A York, je reprenais le chemin de la fac. Je me retrouvais avec 18 autres étudiants de tous âges, prêts à préparer le PGCE. Sans compter les autres personnes hors promo. Les liens se sont vite créés, et ils sont restés. Cette année de PGCE m’a fait rencontrer énormément de gens. Et puis, il y avait les soirées, avec les amis et les amis des amis venus d’autres filières. Vous comprenez l’idée.

Je suis tellement sortie cette année, avec les copains de la fac principalement, mais aussi avec d’autres gens rencontrés un peu par hasard. Ma vie à York a été très riche socialement, parce que je n’avais pas le choix que de voir du monde, tous les jours. Mais c’était vraiment sympa. D’ailleurs, il y a un signe qui ne trompe pas : les petits guides pubs, cafés et restaurants que j’ai écrit pour le blog (et qu’il faudrait que je mette à jour…).

Scarborough – Septembre 2018

Du coup, après quatre ans à rencontrer du monde, à voir des gens entrer puis sortir de ma vie, mes relations sociales à Scarborough me paraissent non-existantes. On est bien d’accord, mes voisins ne comptent pas. Il y a bien mes collègues du département de français mais qui justement sont des collègues. Je pense qu’elles le resteront.

Je peux compter sur les doigts d’une main les gens rencontrés ici :

  • une mère de famille qui vit dans mon quartier et qui m’a proposé un café (on ne s’est toujours pas rencontrées mais ça va venir) ;
  • une nana de l’école mais qui ne travaille pas comme prof et avec qui sa colle plutôt bien ;
  • une autre NQT de l’école, avec qui je m’entends vraiment bien (on partage les mêmes classes de casses-couilles).

Je suis tombée bien bas : j’hésite à demander sur le groupe FB des assistants s’il y a des gens sur Scarbs qui seraient partants pour un verre. Je ne sais même pas s’il y a des assistants dans le coin. Du coup, je continue de voir mes amis restés à York ou encore mes amis du PGCE éparpillés un peu partout. Heureusement qu’ils sont là !

Voilà ce qui résume convenablement ma vie sociale depuis 2014. Remarquez, je ne me plains pas tellement de ce manque d’activités : j’ai tellement de travail à faire quand je rentre à la maison que je n’aurais de toute façon pas la foi de sortir de chez moi.

Pourquoi es-tu partie (et restée) ?

Cet article répond au thème proposé par Kenza, expatriée au Canada, du blog Cups of English Tea, dans le cadre du rendez-vous mensuel #HistoiresExpatriées, pensé et mis en place par Lucie, expatriée en Italie. Retrouvez mes participations antérieures ici !

D'autres #HistoiresExpatriées ?

21 Commentaires

  • Alex

    15 octobre 2018 at 21:58

    J’ai lu le mot poulet, j’ai su qu’on serait amies pour la vie 😀

    1. Ophélie G.

      16 octobre 2018 at 06:40

      Le mot poulet ? T’es sûre de ton coup là ? XD xx

      1. Alex

        18 octobre 2018 at 11:32

        Haha c’est toi qui l’a écrit :  » je côtoyais alors une famille anglaise, poulets et chiens compris (vous noterez l’ordre de préférence) » 😀

        1. Ophélie G.

          18 octobre 2018 at 19:31

          Je préfère les poulets ahah ! xx

  • Lucie

    16 octobre 2018 at 08:34

    Ah ! Je me suis fait la même réflexion que toi au début: je suis à Auckland depuis 2 mois, qu’est-ce que je vais bien pouvoir dire. Demander aux assistants du groupe FB d’aller boire un coup peut-être une bonne option, après tout on peut aussi faire de belle rencontres par ce moyen et qui sait, ils connaitront sûrement d’autres personnes à qui ils pourront te présenter 😉

    1. Ophélie G.

      16 octobre 2018 at 18:01

      C’est exactement ce que je me dis… Mais d’un autre côté, ça m’obligerait à sortir de mon terrier / à socialiser et franchement, je n’ai pas le temps pour ça.. XD xx

  • lewerentz

    16 octobre 2018 at 15:55

    Intéressant… Pour ma part, je suis une asociale qui ne sort pour ainsi dire jamais donc je ne suis pas la bonne personne pour te donner des conseils ;-D

    1. Ophélie G.

      16 octobre 2018 at 18:48

      T’inquiète pas, je vis très bien le fait de rester dans mon appart ! Tant que j’ai des livres à lire, tout va pour le mieux. xx

  • Amélie et Laura

    17 octobre 2018 at 10:22

    Ciao!
    Ah la période d’installation est tellement chargée qu’il faut bien un autre mois de décompression avant de sortir! Ça demande de l’énergie mine de rien les nouvelles rencontres! Surtout avec l’automne pluvieux qui arrive, les poulets ne sont pas trop de sortis 😉
    Bonne continuation en sillonnant les pubs! Amélie a réussi à apprécier la bière pendant son année d’assistanat, c’est toujours ça de gagné 😉
    A presto!
    Amélie et Laura

    1. Ophélie G.

      17 octobre 2018 at 19:10

      Je suis tellement d’accord avec toi ! Socialiser, c’est épuisant moralement – surtout quand on débarque dans un nouvel endroit.
      La bière, c’est pas trop mon truc, je suis plutôt cidre. 😉 xx

  • Fanny – Le jour où

    17 octobre 2018 at 10:31

    Bonjour Ophélie,
    Ça fait un moment que je suis ton blog car depuis début septembre, je suis expatriée à Wivenhoe, dans l’Essex. Niveau vie sociale, c’est aussi un peu limité. Je vois de temps de temps les collègues de mon homme. Je parle à mes voisins, aux anciens logeurs de mon homme et à mon proprio. Je fais du volontariat dans un centre équestre pour rencontrer du monde. Et on va boire des coups le vendredi soir au club de voile local. Tout le monde est très sympa. C’est déjà ça. Je viens de trouver du travail. Je commence début novembre. Faut voir comment seront les collègues…
    C’est clair qu’avant de rencontrer du monde, il faut d’abord que tu arrives à te dégager du temps. Mais tant que tu ne le vis pas mal, tant mieux !

    1. Ophélie G.

      17 octobre 2018 at 19:11

      Salut Fanny ! Je ne connais pas du tout l’Essex, mais ça me plairait bien d’y faire un tour un de ces quatre.
      Le problème des collègues c’est que justement, ce sont des collègues et non des amis… Je pensais comme toi faire un bénévolat, mais je n’ai vraiment pas le temps…
      J’espère que ton nouveau travail et tes nouveaux collègues seront à la hauteur de tes attentes ! xx

  • Madame Dree

    17 octobre 2018 at 17:14

    A notre arrivée c’est grâce au groupe facebook qu’on a commencé à sortir et faire des rencontres 🙂
    En tous cas quand tu voudras venir à CB, fais signe 🙂

    1. Ophélie G.

      17 octobre 2018 at 19:17

      Va peut-être falloir que je m’y mette alors… Mais bon, Netflix et Amazon Prime sont là quoi (et ma pile à lire aussi, et la plage, et le parc… :D). Il faut vraiment qu’on se cale un weekend ! xx

  • #HistoiresExpatriées : Les relations sociales – QUOTIDIEN D'UNE EXPATRIÉE AU JAPON

    19 octobre 2018 at 04:58

    […] Ophélie,  Lucie et Clara en Angleterre *Amélie et Laura a Turin * Cécile fait le bilan après plusieurs expatriations * Ferdy au Canada * Angélique au  Sénégal * Mme Dree en Belgique * Barbara au Québec * Liz au Koweit * Alex entre le Portugal et l’Allemagne * Hilorico parle du Costa Rica * Marie entre l’Angleterre et l’Allemagne […]

  • Alexandrine

    22 octobre 2018 at 03:35

    Super interessant comme article, et très rassurant je trouve :’)
    Ca fait un mois que j’ai emmenagé à York (où j’avais fais un Erasmus de 3 mois y a plusieurs années mais tous les gens avec qui je m’étais un tant soit peu lié sont plus ici maintenant) et j’ai absolument aucune vie sociale, parce que je ne sais pas trop comment faire haha. (Je viens de finir la fac et j’ai jamais vraiment rencontré d’autres gens en dehors de la fac) Et comme je n’ai pas encore trouvé de travail ben je peux même pas essayé de devenir amis avec des collègues :’)

    Je voulais essayer d’aller aux soirées qui sont en liens avec des trucs que j’aime mais j’avoue j’ai un peu peur d’aller au pub toute seule. Je pense que je vais au moins tenté les groupes facebook !

    1. Ophélie G.

      23 octobre 2018 at 17:31

      Je ne sais pas si c’est tellement rassurant… Mais je comprends totalement ce que tu veux dire ! York grouille d’événements sociaux (mais je n’y ai jamais pris part XD). Je suis sûre que tu trouveras des gens à rencontrer. Et si ça te dit, je te préviens la prochaine fois que je suis sur York, on pourrait se voir pour un café !
      En tout cas, n’aie pas peur, lance-toi ! xx

      1. Alexandrine

        25 octobre 2018 at 21:22

        Ben c’est rassurant dans le sens où ça veux dire que c’est un problème plutôt commun et pas juste moi qui suis nulle en relation sociale ! Et merci de croire en moi ! Et ce serait super cool, tu m’as beaucoup aidée avec tes articles avant de partir alors ce serait super cool de se voir pour boire un café !

        1. Ophélie G.

          26 octobre 2018 at 20:08

          On se fera ça alors ! xx

  • Kenza

    26 octobre 2018 at 21:51

    L’assistanat, c’est magique pour ça quand même. J’y ai pensé l’an dernier de contacter ceux qui arrivaient, mais la différence d’âge commence à être importante (et je me transforme en mamie, je suis moins dans l’émerveillement et la découverte) donc j’ai laissé tomber l’idée. Je voudrais juste leur donner le lien de mon blog hahaha

    1. Ophélie G.

      27 octobre 2018 at 09:53

      La différence d’âge est également un argument qui joue en défaveur des assistants de mon côté. Et pareil que toi, je suis sur en voie de mamification avancée ! xx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent Article suivant