Blog post

J’ai acheté ma première voiture en Angleterre !

Ça y est, je suis une adulte et pour cause : j’ai acheté ma première voiture et en Angleterre s’il vous plaît ! En France, j’ai eu deux voitures : une Twingo avant Glasgow, une Matiz Daewoo après. J’ai eu de la chance puisque mes parents ont acheté ces deux voitures et se sont occupés de tout ce qui concernait l’entretien. Aujourd’hui, c’est fini et c’est à moi de gérer tout ça.

Une voiture, mais pourquoi ?

Cette année, je n’avais pas besoin de voiture. York est suffisamment « petite » pour que je puisse me déplacer à pied – voire en bus si nécessaire. Mais avec un déménagement imminent, je vais avoir besoin d’une voiture, pour plus de simplicité.

C’est assez drôle puisque plusieurs amis rencontrés cette année ont changé de voiture en cours d’année ou viennent d’en acquérir une. Ce qui est super pratique pour les noobs dans mon genre. Il faut dire que je n’y connais absolument rien en matière de voiture. Déjà qu’en France j’étais larguée (merci Papa chéri de m’avoir assistée aussi souvent), alors en Angleterre, je ne vous raconte pas.

Vous savez que j’ai déjà conduit en Angleterre. Ceci dit, la famille avec laquelle j’habitais s’était occupée de tout ce qui concernait la paperasse. Je n’ai fait que leur présenter mon permis et mon passeport et c’était réglé. Ensuite, je n’avais qu’à conduire la voiture, une jolie Skoda Fabia que j’ai adoré conduire !

Je ne vais pas parler du choix de la voiture, ni d’achat en soi puisque je rachète celle d’une amie et n’ai donc pas eu à passer par la case sélection. Néanmoins, j’ai des choses à raconter. Établir le budget, trouver une assurance… je vous raconte cette petite aventure !

Échanger son permis ?

Je me suis beaucoup demandée si cela valait le coup d’échanger mon permis français contre un permis britannique. Un permis français est tout à fait valable au Royaume-Uni, même pour les résidents (c’est mon cas). Sauf si vous avez 70 ans et plus : il vous faudra repasser le permis, sur le sol britannique. Ceci étant dit, le prix des assurances est moins élevé pour les permis britanniques.

Pour le moment donc, je garde mon permis français, quitte à payer un peu plus cher d’assurance. Cependant, je garde l’idée en tête pour probablement effectuer le changement dans quelques mois. J’ai d’ailleurs fait la demande du formulaire D1 en vue de changer.

Établir un budget

Il y a pas mal de choses à prendre en compte pour établir son budget :

J'ai acheté ma première voiture en Angleterre !

  • La taxe routière (road tax). Les autoroutes au Royaume-Uni sont gratuites. Par contre, il y a une taxe routière à payer annuellement (ou tous les six mois). Le montant de cette taxe dépend de la voiture en question. Pour vous donner une idée, j’ai payé £195 pour la mienne (qui date de 2005) alors qu’un ami ne paie que £30 pour la sienne (qui date de 2015).
  • L’assurance (car insurance). Les assurances en Angleterre sont très chères. Tout dépend de votre conduite, de votre passé de conducteur, de la date de votre permis, etc. Je ne m’en sors pas trop mal, mais c’est quand même cher. Le fait que mon permis ne soit pas britannique n’aide pas. Il y a toujours un tarif de base mais on peut rajouter des couvertures (j’en reparle plus bas).
  • Le contrôle technique (MOT). La voiture doit passer au contrôle technique une fois par an. Le tarif de cette prestation dépend du garage mais c’est en général une cinquantaine de livres sterling.
  • Le service. Tous les ans ou tous les 10 000 kilomètres, il est nécessaire (mais pas obligatoire) de faire faire une vérification par un garage.
  • L’entretien de la voiture. Bon ça, c’est comme en France et il vaut mieux prévenir que guérir. D’expérience, je sais que l’entretien d’une voiture peut être onéreux. Il vaut mieux donc avoir un peu de budget prévu à cet effet.
  • Les permis de parking et les péages. Si les routes sont gratuites, il existe quelques péages, des tolls. Souvent des ponts d’ailleurs. Quant au parking, ils sont souvent très onéreux en Angleterre – j’ai rarement vu de parkings gratuits ici ! Dans les villes, les permis de parking résidents ne sont pas négligeables non plus. J’ai de la chance, j’ai accès à une place de parking à côté de mon appart, pour £50 supplémentaires par mois (ce qui est beaucoup moins cher qu’un resident parking permit délivré par la ville de York).

Avoir une voiture donc, ça coûte un bras.

La paperasse à vérifier

Il y a plusieurs choses à vérifier lors de l’achat, notamment :

  • Le logbook (ou V5C). Equivalent de la carte grise, ce document est la preuve que la voiture est bien à vous ou du moins que vous avez le droit de la conduire.
  • Le servicing bookletC’est le document qui liste toutes les réparations faites sur la voiture ainsi que les MOTs. C’est un peu son livret de famille quoi.
  • Le manuel. C’est bien pratique d’avoir le manuel de la voiture en cas de manipulation technique à effectuer (par exemple si, comme moi, vous n’êtes jamais sûr où mettre le liquide de refroidissement ou autre).

C’est toujours aussi bien de vérifier qu’il y a bien une roue de secours, un double des clés et le contrat de vente. On est jamais trop prudent.

La paperasse dont il faut s’occuper

La première chose à faire après l’achat, c’est s’acquitter de la road tax. Elle est valable un an, à renouveler. Celle-ci n’est pas transférable donc même si elle n’est pas encore périmée quand vous achetez la voiture, il faut immédiatement la payer, à votre nom. Personne n’y échappe. Tout se fait en ligne et en quelques clics, via le site du gouvernement (voir plus bas pour les liens pratiques). Elle est payable pour six mois ou pour un an. J’ai choisi de payer pour un an, histoire de ne pas avoir à y penser plus tard.

Ensuite, le vendeur doit signaler au gouvernement qu’il vous vend la voiture, afin que vous deveniez le propriétaire. Il doit également remplir une partie du logbook avec vos informations, histoire qu’il soit mis à votre nom. En attendant de recevoir le document final officiel, il faut soigneusement conserver ce petit coupon vert, en cas de contrôle de police (ce qui est très rare). J’ai reçu mon nouveau logbook trois jours après que mon amie l’ait envoyé.

Et bien sûr, il faut assurer la voiture. L’étape que j’ai personnellement trouvée la plus barbante ! Je vous parle de l’assurance en détail dans le paragraphe qui suit.

J'ai acheté ma première voiture en Angleterre !

Assurer sa voiture

☛ Trouver un assureur

J’ai été obligée de demander de l’aide à un de mes amis anglais en ce qui concerne l’assurance. Comme je l’ai dit, je n’y connais absolument rien en la matière.

Il existe plusieurs comparateurs d’assurance en ligne. Sur recommandations, j’ai utilisé MoneySupermarket – et c’est vrai que les prix y sont plus attractifs que d’autres que j’ai testé (du type Compare the Market ou encore Go Compare). En remplissant les cases, le site établie votre profil de conducteur et vous propose différentes compagnies d’assurance automobile. Celles qui revenaient le plus fréquemment pour moi étaient Admiral et Hastings Direct. J’ai trouvé ces derniers bien trop onéreux et me suis rabattue sur le premier (une fois encore, sur recommandation).

Pour établir votre profil, le site demande pas mal de renseignements :

  • L’usage de la voiture : si vous l’utilisez seulement pour le loisir, ou alors aussi pour aller travailler (commute).
  • L’endroit où sera garée la voiture pendant la journée et pendant la nuit : dans l’allée (driveway), dans la rue, dans un parking, etc.
  • Combien de miles vous pensez faire pendant l’année.

En plus des informations habituelles : identité, adresse, date et nationalité du pays, etc.

☛ Quelles options ?

Là où ça devient compliqué, c’est quand on arrive aux options de l’assurance. Déjà, il faut choisir entre third-party insurancethird-party, fire and theft insurance et comprenhensive insurance. Trois genres d’assurances différentes qui doivent correspondre aux assurances « au tiers », « au tiers + option feu et vol » et « tous risques ». C’est cette dernière que j’ai choisie.

Les tarifs proposés par les comparateurs sont bien évidemment basiques et il y a toujours la possibilité d’ajouter des options (moyennant, bien sûr, toujours plus d’argent) :

  • Personal injury cover : pour couvrir les frais médicaux au cas où il vous arriverait quelque chose ;
  • Breakdown cover : pour une intervention en cas de panne ;
  • Motor Legal Protection : je n’ai pas très bien compris.

Pour en avoir discuté avec des amis, je n’ai ajouté que la breakdown cover, qui me permet de bénéficier des services de mon assureur en cas de panne survenue n’importe où au Royaume-Uni, mais également en Europe. Je ne compte pas emmener ma voiture en France, mais on ne sait jamais.

No Claim Bonus

En Angleterre, comme en France, chaque année passée sans déclaration à l’assurance vous fait gagner du bonus. Et ce bonus est quand même bien pratique, puisqu’il permet de faire baisser le prix de l’assurance. Certains assureurs français proposent de vous donner un document traduit en anglais, ce qui est bien pratique. Ça été le cas pour moi, avec la MAAF. Sauf que mon père étant le policyholder, ça n’a servi à rien. #blasée

☛ Le cas de la Black Box

Certains assureurs proposent l’installation d’une black box (parfois appelée little box). Il s’agit d’un dispositif installé sur la voiture qui permet de « mesurer » votre conduite. Si votre conduite est estimée bonne, le prix de l’assurance peut baisser. Le problème, c’est que si votre conduite est qualifiée de mauvaise, il augmente. Parfois, il arrive même qu’un assureur rompt le contrat. J’ai choisi de ne pas l’installer, car elle est surtout recommandée pour ceux qui viennent d’avoir leur permis. Avec dix ans de conduite derrière moi, je pense que je suis safe.

Équiper ma voiture

En France, il y a plusieurs choses qu’il est obligatoire d’avoir dans sa voiture. D’ailleurs, j’ai beaucoup ri quand je suis tombée sur des « kits de voyage en France » sur Amazon.co.uk, avec toutes ces choses obligatoires. En tout cas, histoire d’être prévoyante, j’ai prévu de compléter ma voiture par :

  • Un GPS (satnav)
  • Un code de la route britannique (highway code)
  • Un gilet jaune (high visibility jacket)
  • Un triangle (a hazard triangle)
  • Des câbles de démarrage (jump start cables).

Les liens utiles

☛ Le site de la Driving and Vehicle Licensing Agency

☛ Le dossier Driving and Transport du site du gouvernement britannique

☛  Quelques comparateurs d’assurances : MoneySupermarket, Compare the Market, Go Compare

☛  Calculer sa taxe routière puis la payer

Lecteurs expats et conducteurs, des choses à ajouter ou une expérience à partager ?

6 Commentaires

  • Madame Dree

    10 juillet 2018 at 18:01

    Génial ton article ! Surtout le passage sur les assurances !
    Du coup t’as acheté quoi comme voiture ? 🙂
    Tu viens nous voir quand tu veux ! Des bisous !

    1. Ophélie G.

      10 juillet 2018 at 18:07

      Merci 😀 J’espère que ça t’aidera ahah ! J’ai une Honda Civic silver, elle est absolument géniale à conduire !
      Je viens avant la fin de l’été ! ♥ x

  • Clem

    10 juillet 2018 at 19:35

    J’ai trouvé ton article très intéressant mais il m’a aussi fait un peu peur haha! Lorsque j’aurai fini mes études il me faudra absolument une voiture à moi aussi et je ne sais pas si j’arriverai à me décider sur un modèle (dans deux ans, certes, mais quand même !). Mon beau frère (anglais) a passé son permis l’année dernière et mes beaux-parents ont du l’assurer et il me semble avoir compris que ça leur coûte quand même dans les £1000 à l’année… C’est dingue quand même ! Concernant l’échange de permis, honnêtement je me pose beaucoup la question de savoir si c’est une bonne idée… D’un côté j’ai l’impression que oui parce qu’avec le brexit on ne sait jamais, ça pourrait être utile, mais j’aurai du mal à me séparer de mon permis français (surtout parce que pour une fois j’avais une belle photo dessus hahaha!).
    Mais surtout quand je vois les routes anglaises, des fois je me dis que je ne sais pas si j’arriverai un jour à conduire là bas sans avoir quand même une petite boule au ventre ! Les ronds-points sont le pire, je les trouve tellement bizarre et certains sont franchement très très compliqués à prendre avec tous ces feux et parfois quatre voies!!
    (désolée de ce pavé haha)

    Au fait, bravo pour l’obtention de ton PGCE ! C’est une nouvelle vie qui commence pour toi =) xx

    1. Ophélie G.

      11 juillet 2018 at 10:01

      L’achat de la voiture me faisait un peu peur aussi ahah, donc je ne peux que te comprendre ! Pour la voiture, comme je n’y connais j’ai opté pour le plus simple (et le moins cher !) en rachetant la voiture d’une amie.
      D’abord je tiens à te rassurer, la conduite en Angleterre c’est vraiment pas si sorcier. J’avais beaucoup d’appréhension de ce côté-là mais en fait, que dalle. Je préfère même conduire au Royaume-Uni qu’en France. Je trouve les gens moins pressés, et beaucoup plus courtois, aussi bien en ville qu’à la campagne. Et leurs rond-points sont super faciles à prendre une fois que tu as compris le principe ! Je te conseille d’acheter le Highway Code, le code de la route version UK, c’est SUPER pratique ! 😉
      L’assurance, c’est un truc de MALADE. J’ai 9 ans (enfin, 10 le 4 août) de permis derrière moi (sans compter les deux ans de conduite accompagnée !), jamais eu de souci en voiture, je paie quand même £720 pour l’année (comprehensive insurance + breakdown cover sur tout le territoire britannique). Un de mes amis français qui a passé son permis en France en été dernier en avait pour un peu plus de £1200. Il a fait ajouter son copain britannique sur son assurance, c’est descendu à £800. Du coup, c’est aussi ça qui me motive à échanger mon permis, parce que sur plusieurs années, ça fait quand même cher l’assurance… D’autant plus que, et je touche du bois, je n’ai encore jamais eu à faire intervenir mon assurance depuis mes débuts au volant !

      Merciiiii (et pour ton pavé, et pour ton bravo) ! ♥ xx

  • Marie Paras

    13 juillet 2018 at 13:02

    Super article Ophélie, et qui tombe à pic ! Je pense acheter une voiture l’an prochain aussi et tu postes presque tous les renseignements dont j’ai besoin ici, alors merci besoin ! =D

    1. Ophélie G.

      13 juillet 2018 at 22:10

      Mais de rien Marie ! N’hésite pas si tu as des questions, je pourrais peut-être t’aider. xx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent Article suivant