Blog post

Les médicaments en Angleterre

L’automne se transforme doucement en hiver en Angleterre. Les températures ont chuté, les bonnets et écharpes sont de sorties et les allées des pharmacies se remplissent de sirops contre la toux et de Lepsil pour prendre soin de sa gorge. Bref, pour ce nouvel épisode des #HistoiresExpatriées (en retard !), je vais vous parler des médicaments en Angleterre. 

Le thème officiel de ce mois-ci porte sur le système médical dans le pays d’accueil. Or, j’ai déjà dédié un article complet sur le système de santé britannique, ainsi qu’un autre sur les ophtalmos. Pour ne pas me répéter donc, je twiste légèrement le sujet pour parler des médicaments en Angleterre.

5 choses à savoir sur les médicaments en Angleterre

1. Les médicament sont en libre-service.

En Angleterre, et plus généralement au Royaume-Uni, il n’est pas forcément utile de se rendre en pharmacie pour acheter des médicaments sans ordonnance. Ils se trouvent très facilement dans les Beauty shops comme Boots ou Superdrug, mais également en grande-surface (Tesco, Morrisons, Sainsbury’s).

Au rayon « beauté » de ces grandes-surfaces, on peut trouver n’importe quoi : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc. De quoi soigner un petit rhume sans trop de problème.

Une des explications possibles, c’est qu’il est parfois compliqué d’obtenir un rendez-vous chez le médecin rapidement. Histoire de ne pas se traîner de rhume, le plus simple c’est donc de se soigner tout seul.

2. Le dosage est différent.

Les médicaments délivrés en France sont dosés plus fortement que leurs versions britanniques. A titre d’exemple, un cachet de paracétamol français contient souvent 1g de paracétamol, alors que le même cachet anglais n’en contient que 500mg. Ceci dit, ça ne change pas grand chose. Je sais qu’avec mes maux de tête, je suis amenée à prendre du paracétamol de temps à autre – il suffit que je prenne deux cachets au lieu d’un pour retrouver l’efficacité du médicament.

3. Ils sont à prix unique.

Je l’ai déjà mentionné dans mon article sur le système médical britannique mais les médicaments prescrits par les GP ont un coût. Chaque médicament noté sur une ordonnance (prescription) coûte £8.80. Pour ceux qui ont besoin de médicaments de manière régulière, il est envisageable de souscrire à un forfait PPC (Prescription Prepayment Certificate). Un PPC pour trois mois coûte £29.10 et un PPC pour un an coûte £104.00.

4. Les médicaments ne sont pas gaspillés.

Je l’ai appris à mes dépends, lors d’une vilaine infection qui m’avait conduite aux urgences de Stamford. La docteur m’avait prescrit des antibiotiques qu’elle m’avait immédiatement donnés. J’avais été surprise de voir que la boîte était ouverte, et qu’elle contenait uniquement le nombre de médicaments dont j’avais réellement besoin. Ce qu’elle a fait des gélules restantes, je n’en sais absolument rien. Toujours est-il que ça m’a évité d’avoir une boîte de médocs entamée qui aurait traîné dans ma petite pharmacie.

5. Les contraceptions féminines sont gratuites.

Que ce soit la pilule, l’implant ou le stérilet, les contraceptions féminines sont complètement gratuites en Angleterre. En ce qui concerne la pilule, elle ne se trouve pas en libre-service. Un passage chez le GP ou au planning familial (sexual health clinic) vous permettra d’obtenir l’ordonnance nécessaire pour la récupérer en pharmacie. Si vous allez au planning familial, elle vous sera donnée sur place.

Cet article fait partie du rendez-vous mensuel #HistoiresExpatriées, mis en place par Lucie. Le thème de ce mois-ci est proposé par Ferdy, qui habite au Canada.

Pourquoi es-tu partie (et restée) ?

D'autres #HistoiresExpatriées

2 Commentaires

  • lewerentz

    25 novembre 2018 at 09:55

    Très intéressant. En Suisse, les médicaments sont vendus en boîte et, les prix étant beaucoup plus cher que dans l’UE, il y a beaucoup de débats actuellement pour essayer de réduire leurs coûts – une des solutions évoquées serait de les vendre à l’unité. En principe, le patient paie ses médicaments qu’il achète en pharmacie. Suivant sa couverture d’assurance maladie, une partie, voire la totalité, est pris en charge mais c’est toujours au patient d’en faire la demande.

    1. Ophélie G.

      25 novembre 2018 at 14:27

      Merci pour le partage, je trouve ça super intéressant de savoir comment ça se passe dans d’autres pays. En Angleterre aussi, je trouve que les médicaments sur ordonnance sont chers ! Le système de couverture a l’air très curieux. xx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent Article suivant