(Carte Postale #4) Affamées à Sticklebarn and the Langdales

par Ophélie
4 commentaires
Sticklebarn and the Langdales

La carte postale, c’est un peu le symbole absolu des vacances. Un endroit lambda présenté sous son plus beau jour, imprimé sur du papier glacé, avec peu d’espace pour résumer un séjour. Avec la carte postale, il faut aller à l’essentiel, dire le meilleur et taire le pire. La carte postale, c‘est toujours un peu kitsch, mais quel plaisir d’en envoyer et d’en recevoir ! Pendant tout le mois d’août, du lundi au vendredi, retrouvez une nouvelle carte postale sur le blog : des endroits où je suis allée, dont je n’ai pas parlé ou que j’ai simplement mentionnés.

 

« Des bisous du Lake District, où nous avons mangé dans une magnifique vallée verdoyante. »

 

Juillet 2019. C’est la canicule en Angleterre, plus de 30°C à Scarborough, ressenti 58°C (j’exagère mais il faisait CHAUD, j’ai pas signé pour ça en déménageant en Angleterre). Ma sœur et sa copine sont en vacances chez moi et malgré la quantité impressionnante de fenêtres dans mon appartement, son exposition plein sud rend la survie difficile. Sans aucune préparation préalable, nous fuyons. Direction la région des lacs, le Lake District, dans le nord-ouest de l’Angleterre.

Est-ce que c’était une bonne idée de faire 3 heures et demie de route en pleine chaleur ? Absolument pas.

Est-ce que ça valait le coup ? Evidemment que oui.

Dans le Lake District, il fait légèrement plus frais qu’à Scarborough, surtout quand on pique-nique au bord des lacs, les pieds dans l’eau. Pourtant, l’air est humide et très, très lourd.

« Vous inquiétez pas les filles, il n’y a jamais d’orage en Angleterre. » En cinq ans de vie en Angleterre, je n’ai encore jamais eu le droit à un véritable orage. J’ai perdu l’occasion de me taire. Un énorme orage éclate pendant, alors que nous faisons du car camping. Bref, la nuit est très mouvementée.

Qu’importe, le lendemain, c’est oublié, il fait beau. Sur le parking où nous avons dormi, nous rencontrons un bénévole du National Trust qui nous recommande plusieurs endroits à voir pendant la journée. Nous retenons le principal : Sticklebarn and the Langdales, un pub géré par le National Trust, dans un écrin de verdure magnifique. Il faut dire qu’après une journée de pique-nique, nous avons bien envie d’un burger et de frites ou d’un Sunday Roast, repas anglais typique. La base, comme on dirait chez nous.

Quoi qu’il arrive, le pub a de la gueule.

Il nous faut un peu plus d’une heure pour parvenir à l’endroit en question, à conduire sur des single track roads, attentives à la moindre voiture qui pourrait potentiellement arriver en face. Nous arrivons dans la vallée sans encombre. Il n’y a rien, si ce n’est deux trois fermes, trop de moutons pour que nous puissions les compter, et des champs à perte de vue. Le mec n’avait pas menti, c’est beau comme tout.

Nous ne nous attardons pas sur le parking – à ce moment-là, nos cerveaux n’existent plus, nos estomacs prennent toute la place. Malheureusement, notre enthousiasme est de courte durée : à l’entrée du pub, le tableau noir de l’angoisse affiche un « cash only, sorry for the inconvenience » écrit à la craie blanche. WTF ? depuis quand on ne peut pas payer par carte dans ce genre de trou paumé. Panique à bord !

La serveuse nous explique que l’orage a fait tomber un arbre sur les câbles électriques, il n’y a plus d’électricité dans la vallée. Nulle part. Elle a au moins le mérite d’avoir l’air désolée. Cyrielle, qui mange comme quatre, se voit déjà mourir dans une lente agonie et je dois admettre que Mathilde et moi n’en menons pas large non plus. We’re starving!

La ville la plus proche est loin, il n’y aucun autre moyen de paiement possible.

Retour à la voiture, où nous cherchons sous les sièges, dans la boîte à gants, dans les vides poches (et dans nos portefeuilles). Nous dénichons £11, soit deux petites baked potatoes au fromage et aux beans. Ça fera l’affaire, nos estomacs n’accepteront pas un autre sandwich fromage-concombre-pain-de-mie.

Je peux vous dire que ces baked potatoes partagées, nous les avons savourées. Tellement que je n’ai pas la moindre photo snappée avant de manger.

Morale de cette histoire : toujours avoir du cash sur soi, TOUJOURS.

La vallée est bien jolie aussi, très verte !

★ L’article récap’ de ce road trip entre sœurs est à lire ici : Mini road trip dans le Lake District

★ Sticklebarn and the Langdales est un endroit géré par le National Trust. Le pub se situe au B5343, Great Langdale, Ambleside LA22 9JU.

★ + d’infos par ici !

Rendez-vous demain jeudi pour la cinquième carte postale, pour une randonnée dans le Royaume de Fife.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

4 commentaires

Audrey 4 août 2022 - 15:11

Oh, ça m’évoque l’épisode de Sherlock sur le chien des Baskervilles. Je crois qu’il a été tourné au Pays-de-Galles mais c’est le même genre d’architecture toute mignonne qui me donne envie d’aller visiter tout le Royaume-Uni.

Répondre
Ophélie 9 août 2022 - 16:32

Bien vu, ils ont tourné quelques scènes dans le sud du Pays de Galles, et d’autres à Dartmoor en Angleterre pour cet épisode il me semble. C’est tellement beau, la campagne anglaise ! x

Répondre
Camille 12 août 2022 - 15:21

Il vaut en effet bien le coup, ce pub ! L’Angleterre de carte postale, c’est le cas de le dire 😉

Répondre
Ophélie 13 août 2022 - 07:53

Ça avait quand même un goût doux-amer ! x

Répondre

Le blog utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Si vous n'êtes d'accord, vous pouvez refuser. Accepter Lire la suite