Follow:
Le Book Club

« A book a day keeps the doctor away. »

A book a day keeps the doctor away

Comme je l’ai mentionné dans cet article, une grosse baisse de moral m’a poussée à réorganiser ma chambre et surtout, l’espace dédié à mes livres. Parce qu’il faut bien l’avouer, ils occupent la majeure partie de ma chambre. Je les ai dépoussiérés, réorganisés, parfois même redécouverts. Sur mon compte Goodreads, tous les livres que je possède sont répertoriés – principalement pour éviter que je rachète les livres que j’ai déjà. Ce rangement a été un véritable moment de bonheur dans ce petit cocon de mots. Je lis beaucoup, mais je fais rarement, voire même jamais, de critiques littéraires. D’une, ce n’est pas le but de ce blog, de deux, je ne suis pas très douée pour ça. J’aime lire, j’aime écrire, mais je n’ai jamais trouvé les mots pour décrire en profondeur ce que m’apportaient les livres. En plus de ça, je ne suis pas sûre d’avoir envie de partager mes sentiments. Si vous me connaissez IRL, vous savez que je ne dévoile jamais mes sentiments. C’est pareil avec les livres.

“A book a day keeps the doctor away."

J’ai toujours aimé lire. Enfant, mes parents n’ont jamais laissé passé une soirée sans me lire un livre, et je passais mon temps à emprunter ceux de la bibliothèque de l’école, puis ceux de mon village. Le CDI du collège et du lycée ont vite perdu tous leurs secrets et il m’a fallu découvrir autre chose. Heureusement, il y avait les livres des copines et ceux de la famille. D’ailleurs, j’en ai trouvé dans ma bibliothèque qui ne sont pas à moi – j’en ai fait un tas, en attendant de me souvenir à qui appartient quoi. Les autres, les miens, je les ai triés de manière plutôt organisée. Les livres en anglais sur un meuble à part, et par ordre alphabétique d’auteur, tandis que les français, qui occupent deux grandes bibliothèques, sont d’abord par genre – poésie, théâtre, roman – puis par ordre alphabétique. Les mangas et œuvres graphiques ont leur étagère à eux. Les livres achetés lors de mes recherches universitaires, dédiés aux civilisations celtes et vikings, puis ceux dédiés aux légendes arthuriennes, sont à part. Sans oublier les vieilles éditions dénichées chez mon grand-père, à la fac (je ne les ai pas volés, la bibliothèque universitaire s’en débarrassait pour renouveler ses stocks 😉 ) ou en brocante, qui font surtout office de décoration, mais auxquelles je tiens beaucoup – celui sur Oxford et ses collèges qui a été publié au XIXe siècle propose des cartes obsolète mais c’est trop chouette.On trouve vraiment de toute dans ma bibliothèque. Du roman classique aux pièces de théâtre antiques, des œuvres de science-fiction aux livres de fantasy, des BDs, des livres graphiques, des mangas, des récits de voyages, des autobiographies. Je lis beaucoup, et j’aime diversifier mes lectures. Certains livres, je les ai en double – en version française et en version originale (comme les Harry Potter ou encore les Twilight ahah).

“A book a day keeps the doctor away."

Bref, vous l’aurez compris, les livres et moi, c’est une histoire d’amour qui dure. Par ailleurs, en octobre 2014 je m’étais offert une liseuse électronique (un joli Kindle d’Amazon), dans le but premier d’acheter moins de livres papiers. Résultat, j’ai quand même dû envoyer une valise de 30kgs de livres à mes parents avant de rentrer en France. Ceci dit, ce Kindle est une petite merveille quand il s’agit de voyager, puisqu’il m’évite de déplacer (et donc d’abîmer) ces livres auxquels de tiens tant.

“A book a day keeps the doctor away."

Si j’écris tout ça, c’est aussi parce que la jolie Pinupapple a proposé un portrait chinois réservé aux livres, et que j’avais très envie d’y participer.. Alors c’est parti !

Le livre que je pourrais lire et relire

Antigone de Jean Anouilh (1944). J’ai découvert cette pièce de théâtre lorsque j’étais au collège et en suis tombée amoureuse. Cette réécriture de la pièce éponyme de Sophocle est absolument brillante. Je l’ai tellement lue que je la connais presque par cœur.

Le livre que je n’ai jamais réussi à terminer

Au Bonheur des Dames, d’Emile Zola (1883). Je pourrais énumérer un tas de raison pour cela : j’étais jeune, j’étais désintéressée, l’idée qu’on me force à lire quelque chose me gonflait (cette magnifique époque du lycée), et autres. Peut-être réessaierais-je un jour. Mais sûrement pas. Il y aussi Waverley de Sir Walter Scott (1814), à l’étude en cours de littérature écossaise, à l’Université de Glasgow. Je n’ai pas passé le premier chapitre..

Le premier livre marquant

Le Petit Prince, d’Antoine de Saint-Exupéry (1943). J’ai découvert ce livre quand j’étais gamine et avais tout de suite adoré. Le relire en tant qu’adolescente, puis en tant qu’adulte m’a permis de redécouvrir l’histoire, chaque fois avec une nouvelle perspective. Et je l’adore toujours autant.

Ma lecture « honteuse » préférée

Je n’aime pas ce terme de lecture « honteux », parce que je lis ce que je veux et que je me moque de l’avis que peuvent émettre les gens. Mais si je dois vraiment en citer un, ce sera probablement La Maison des Morts de R.L. Stine (1995) – oui, oui, la collection des Chair de Poule. J’ai adoré ce genre de livres étant gamine, et je pourrais les relire sans le moindre problème. D’ailleurs, j’ai encore trois ou quatre tomes qui ont échappé au vide-grenier dans ma chambre.

Le livre qui m’a aidée à avancer

Le Petit Prince, mentionné plus haut. Ou encore Sobibor, de Jean Molla (2003). Pas tant sur le style d’écriture, ni même la langue. Plutôt sur le plan émotionnel. L’histoire est douloureuse à bien des égards et je l’ai lu au bon moment. L’alternance entre le point de vue de l’héroïne, anorexique, et de celui d’un nazi employé dans un camp de concentration ne gâche pas la fluidité de l’histoire. Malgré la dureté du récit, la fin apporte une promesse de renouveau qui m’a permis d’avancer.

Le livre que j’offrirais à une amie

Ça dépend de quelle amie il s’agit, mais probablement le dernier livre en date que j’aurais lu et adoré. Du coup, ça varie. 😉

Le livre que j’offrirais à un enfant de moins de 6 ans

L’intégrale des livres de Roald Dahl parce que j’aurais adoré que mes parents me lisent Matilda (1988), The Witches (1983) ou encore George’s Marvelous Medicine (1981). Le style de Roald Dahl est absolument génial, et ses livres sont tellement drôles ! J’aime les jeux de mots qu’il fait, et qui ne se perdent pas dans la traduction française.

Le livre qui m’a le plus marqué

Deux œuvres me viennent à l’esprit. Premièrement, Le Dernier Jour d’un Condamné, roman de Victor Hugo (1829). J’ai adoré l’anonymat du héros, condamné à mort pour un motif inconnu. Le fait de ne pas savoir qui il est, ni ce qu’il a fait pour mériter la peine de mort est intéressant, et fait évoluer le récit d’une façon inattendue. On se sent sans cesse tiraillé entre la compassion que l’on éprouve à l’égard du personnage et le dégoût de compatir pour quelqu’un qui a probablement commis quelque chose d’abominable. Deuxièmement, Pauvre Petit Garçon, nouvelle écrite par Dino Buzzati et publiée dans le recueil Le K (1966). Elle raconte l’histoire de ce petit garçon un peu différent dont tout le monde se moque et avec qui personne ne veut jouer. La compassion grandit à la lecture de cette nouvelle, jusqu’à ce que l’auteur, en à peine quelques mots, détruise tout.

Le livre qui m’a le plus fait rigoler

Boy: Tales of Childhood de Roald Dahl (1984) ! Parce que c’est une autobiographie qui n’en est vraiment pas une, bourrée de petites anecdotes à la manière d’un petit garçon. Un véritable coup de cœur.

Le livre qui m’a le plus traumatisée

J’imagine que c’est Le Journal d’Anne Frank (1950). Quoique Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée (1981) n’est pas mal dans le genre traumatisant. Je déteste les histoires vraies ou trop réalistes : je pars du principe que la lecture est un passe-temps, quelque chose que j’apprécie pour sortir de la réalité. Du coup, les œuvres de ce genre me laissent toujours un goût amer que je trouve difficile à faire passer.

Le livre qui m’a le plus fait pleurer

The Language of Dying de Sarah Pinborough (2009). Parce que l’histoire est dure et reflète des choses que j’ai vécues et qui étaient trop difficile de revivre, même à travers des mots. Ou parce que je ne l’ai pas lu au bon moment. Je ne sais pas vraiment pourquoi. Mais c’est le livre que j’ai eu le plus de mal à terminer, notamment parce que chaque phrase me faisait pleurer comme une madeleine.

Le livre que j’aimerais voir adapté au cinéma

La Princesse des Glaces, de Camilla Läckberg. Même si je ne suis pas fan des adaptations de livres, je pense que la trame serait parfaite pour un bon policier.

Le livre que je pourrais jeter à la poubelle

Soyons clairs, JAMAIS je ne jetterais un livre – je les donne à des charités et voilà. Mais pour répondre à la question, Lovely Bones d’Alice Sebold (2002). Pour être honnête, je l’ai déjà donné à quelqu’un. Ma coloc’ m’avait presque forcée à le lire et quand je l’ai commencé, j’ai tenu quelques chapitres et c’est tout. Une horreur, j’ai détesté. Je l’ai dit, les histoires qui dépeignent les horreurs du monde, c’est pas mon truc alors le coup du roman narrée par l’héroïne qui est une adolescente morte à la suite d’un viol.. Merci mais non merci.

Le livre qui a été le mieux adapté au cinéma

Je dirais la saga Harry Potter de J.K. Rowling (1997-2007). Il y a plusieurs raisons à cela. D’une, j’évite de regarder les adaptations, parce que je suis généralement déçue : prenez The Maze Runner de James Dashner (2009) ou Eragon de Christopher Paolini (2004) – deux adaptations qui n’ont rien à voir avec les livres. De deux, je trouve que globalement, les adaptations de Harry Potter sont relativement fidèles aux différents tomes, même si de nombreux détails ont été laissés à l’abandon. Et de trois, le casting, la musique et les décors sont absolument parfaits. Et si on me demande de choisir parmi les huit films, je dirais le tout dernier, sans la moindre hésitation. Même si Fred meurt, même si Dumbledore n’est plus là, même si Ginny est insupportable, je trouve que c’est le plus réussi.

Le livre qui m’a le plus fait rêver

Je dirais bien Harry Potter encore, mais pour éviter la répétition, je vais choisir La Captive de l’Hiver, de Serge Brussolo (2001). Certes, l’héroïne ne mène pas une vie toute rose (ymagière de l’église, Marion se retrouve enlevée lors d’un raid par des Vikings qui comptent sur ses « pouvoirs » pour restaurer l’effigie des dieux, taillés dans de la glace). Je suis fascinée par la civilisation nordique/viking et j’ai adoré me plonger dans la mythologie scandinave, admirer les paysages enneigés des terres du nord, lire la langue norroise… D’ailleurs c’est marrant, j’avais emprunté ce livre à la bibliothèque de mon village et j’avais adoré. Sauf que pendant des années, impossible de me souvenir du nom de ce roman. Ce n’est qu’il y a deux ou trois ans que ma mère et ma sœur l’ont retrouvé et me l’ont offert à l’occasion d’un anniversaire.

Et toi, quel est ton portrait chinois de livres ? 🙂

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être aussi

6 Commentaires

  • Reply pin-upapple

    Oh merci d'avoir repris mon petit portrait chinois ! J'ai adoré lire ton article et en savoir plus sur ton rapport aux livres 🙂
    J'ai retrouvé quelques livres coup de coeur et certains que je n'ai jamais lu donc quelques titres s'ajoutent à mon interminable liste de livres à lire !

    Bisous 🙂

    21 août 2015 at 10:31
  • Reply Ophélie G.

    J'ai vraiment apprécié faire ce portrait chinois, et je suis contente qu'il t'ait plu ! La lecture, c'est la vie ! 😀 A bientôt, xx

    21 août 2015 at 10:32
  • Reply Charlie D

    J'aime beaucoup ce genre d'article ! J'ai tellement envie de m'acheter les Harry Potter en version originale, les couvertures/reliures sont vraiment plus belles que les française !
    J'ai bien envie de faire ce portrait chinois de livres, j'espère que tu ne m'en voudras pas si je te le "vole" 😉 Tu m'as vraiment donné envie de lire Sobibor et The language of Dying. Je les ai ajouté à ma liste de livres à lire Goodreads et je t'ai ajoutée en amie par la même occasion.
    Je ne peux que partager ton avis sur Roald Dahl, c'est vraiment un auteur incontournable pour les enfants, j'ai dévoré ses livres quand j'était plus jeune et il m'arrive d'ailleurs de les relires de temps à autres tellement ils m'ont laissé de bon souvenirs.

    xx, Charlie.

    24 août 2015 at 19:56
  • Reply Ophélie G.

    Plus belles, et beaucoup moins chères ! Si t'attends la bonne période, le livre est à £3.85 sur Amazon.. Honnêtement, je ne regrette pas de les avoir achetés !
    Vole-le avec plaisir ! Je l'ai moi-même emprunté à Pinupapple. Par contre, fais-moi signe si jamais tu le fais, je suis très curieuse. Et je t'ai acceptée sur Goodreads ;). Sobibor est vraiment chouette, et The Language of Dying.. Well, je l'aime très fort, mais je ne suis pas prête à le relire !
    Ahhh Roald Dahl ♥♥

    A très vite ! xx

    24 août 2015 at 19:58
  • Reply Freyja

    Très bonne idée d'article! Je voulais justement faire un article de ce genre là mais je n'ai pas de bibliothèque convenablement à montrer ahha, tout est en vrac dans des cartons, quelques livres sur des étagères, dautres par terre, d'autre dans une autre chambre… bref, je peux pas montrer ca, mais je suis dingue de livre, j'en ai tellement, et j'en achète toujours quand je vais dans une librairie, ca me remplit de joie, même si je les lirais que dans 3 mois ahha!

    24 août 2015 at 20:49
  • Reply Ophélie G.

    Je profite que la mienne soit rangée pour la montrer.. Mais j'ai encore un tas de livres à mettre en ordre, sauf qu'on les voit pas là.. 😉 Je suis un peu pareille, je sors rarement d'une librairie les mains vides.. A très vite ! xx

    24 août 2015 at 20:50
  • Laisser un commentaire