Follow:
Devenir bilingue

Je parle franglais couramment

Je parle franglais couramment

Comme tout bon expatrié qui se respecte, j’ai fait des progrès en langue anglaise. Pas étonnant, puisque j’habite en Angleterre, que je travaille en Angleterre et que je côtoies des Anglais. Sauf que voilà, parler deux langues au quotidien, c’est aussi se mélanger les pinceaux. C’est comme ça qu’est né le « franglais », joyeux bordel qui mélange le français et l’anglais (d’ailleurs, Word ne le souligne pas, ça a dû rentrer dans les mœurs).

Ces expressions littéralement traduites

Quand je parle français, il y a le fameux « comment on dit ça déjà ? » qui sort un peu trop souvent à mon goût (alors que le mot ou l’expression anglais est clair dans ma tête). Mais il y a aussi d’autres éléments qui me trahissent :

[genericon icon=rating-full] « Ça fait sens ! » Traduction littérale de it makes sense, qui signifie (et devrait être dit) « ça veut dire quelque chose », voire « ça a du sens. »

[genericon icon=rating-full] Mettre « aussi » en début de phrase. Ce truc m’horripilait quand j’ai commencé à bosser comme assistante : mes élèves commencent systématiquement leurs phrases par « aussi », traduction de also. Si au début je les corrigeais inlassablement, je me suis surprise à le dire deux ou trois fois.

[genericon icon=rating-full] « Ce truc est super inspirant ! ». En soi, cette phrase est grammaticalement correcte, mais peu de francophones utilisent le mot « inspirant » au quotidien… Alors qu’en anglais, inspiring revient très fréquemment sur le tapis.

[genericon icon=rating-full] « Donne-moi un break ! ». Là encore, traduction littérale de give me a break!, qui devrait être traduit comme « fous-moi la paix ! ».

[genericon icon=rating-full] « Bon matin ! » Celui-ci m’écorche les oreilles, mais il m’arrive parfois (c’est rare, mais quand même) de traduire good morning par « bon matin ». Pathétique, hein ?

[genericon icon=rating-full] « C’est pas très convénient ça. » A utiliser au lieu de « c’est pas très pratique » (pour le coup Words me le souligne celui-là).

Ces mots anglais qui squattent quand je parle français

Je parle ici des mots utilisés en anglais dans des phrases françaises. Je ne sais pas si c’est un effet du cerveau, mais j’ai parfois l’impression que le mien choisit le premier mot qui lui vient, peu importe la langue.

[genericon icon=rating-full] C’est quand même weird, non ? ž à comprendre : « bizarre ».

[genericon icon=rating-full] On a un meeting cet aprem, tu me rapporteras les feedbacks. ž »Réunion » – « retours/impressions/remarques ».

[genericon icon=rating-full] Cette jupe est trop cute ! ž « Mignon/mignonne ».

[genericon icon=rating-full] On se skype aujourd’hui ? Il faut qu’on catch up ! ž « On s’appelle sur Skype ? On a plein de trucs à se dire ! »

[genericon icon=rating-full] Cette situation était super awkward. ž « Gênante, embarrassante ».

[genericon icon=rating-full] J’ai payé mon admission €5 ! ž Ce n’est pas totalement incorrect, mais le français préférerait le terme « entrée » au lieu d’admission.

[genericon icon=rating-full] Elle n’a pas de jour off cette semaine. ž « Jour de congé ».

[genericon icon=rating-full] C’est vraiment pas fair de sa part.ž « Juste ».

[genericon icon=rating-full] C’est quoi la location du restaurant ? ž « Emplacement ». Notons quand même que je faisais ce mix up bien avant d’habiter en Angleterre : ma directrice de recherche en a remarqué je-ne-sais-combien dans mon mémoire de M2.

Soulignons aussi que parfois, c’est plus facile de se tourner vers la version anglaise, parce que le mot n’existe pas en français : « c’est super cheap ! » Cheap signifie « bon marché », « peu cher » : il n’existe pas de mot équivalent.

Le cas des verbes anglais francisés

Ça m’arrive mais alors tellement souvent d’utiliser un verbe anglais et de le transformer en verbe régulier du premier groupe (les verbes en -ER pour ceux qui l’auraient oublié) français. Pourquoi le premier groupe, je n’en sais rien. Ça vient naturellement, et je ne m’en rends pas forcément compte.

[genericon icon=rating-full] On lunche où ce midi ? ž De « déjeuner ».

[genericon icon=rating-full] J’ai enfin upgradé/updaté mon PC. ž De « mettre à jour, actualiser ».

[genericon icon=rating-full] Il a moppé le sol. ž De « passer la serpillère » (ou « serpiller » comme on dit dans ma région).

[genericon icon=rating-full] Je viens de binge watcher Orange Is The New Black ! ž De « passer plusieurs heures d’affilé à regarder ».

Des abréviations anglaises au quotidien (en vrac)

Dans les emails, les textos, et autres joyeusetés, on retrouve plein d’abréviations anglaises. Abréviations que je n’hésite pas à ressortir dans les messages en français que j’écris (surtout à mes amis qui parlent anglais et sont susceptibles de comprendre, je dois bien l’admettre).

[genericon icon=rating-full] WTF – What’s The Fuck : une expression courante en français aussi maintenant.

[genericon icon=rating-full] ASAP – As Soon As Possible : dès que possible.

[genericon icon=rating-full] BYOB – Bring Your Own Bottle : « amène ta bouteille », souvent utilisé quand des soirées sont organisées, ça permet de faire savoir aux invités d’emmener ce qu’ils veulent boire.

[genericon icon=rating-full] BTW – By The Way : « au fait ». On commence souvent les conversations par un petit btw bien placé.

[genericon icon=rating-full] TBH – To Be Honest : « pour être honnête ». Ça ressort pas mal aussi ça.

[genericon icon=rating-full] TTYL – Talk To You Later : « on se reparle plus tard ». Quand tu dois mettre fin à une conversation par message.

[genericon icon=rating-full] SYL – See You Later : « à plus tard ».

[genericon icon=rating-full] XOXO – Hugs and Kisses : la manière anglaise de dire « bisous ». On le place souvent à la fin d’une carte postale, d’un email ou autre à un ami, un proche.

[genericon icon=rating-full] THKS – Thanks. Pour dire « merci » quoi.

[genericon icon=rating-full] AKA – Also Known As : l’équivalent de notre « alias ».

[genericon icon=rating-full] ATM – At The Moment : « maintenant » (mais c’est aussi l’abréviation des distributeurs d’argent, Automated Teller Machine).

Et le français dans tout ça ?

Bien évidemment, le français reste très présent dans ma vie de tous les jours, notamment lors de conversations simples. Car oui, on fait tous de l’anglais au collège et lycée, mais si on est capable d’avoir des débats passionnés sur l’environnement ou le racisme, parler des choses du quotidien, c’est une autre affaire.

[genericon icon=rating-full] Le plus simple quand on ne connaît pas un mot anglais… C’est d’utiliser la version française ! On ne sait jamais, ça pourrait marcher. ž »I really need a tournevis, would you have one? » Normalement là, votre interlocuteur hausse un sourcil, ou fronce les deux.

[genericon icon=rating-full] Si le mot ne passe pas, on peut essayer de le traduire littéralement. « I really need a screwturner »… A ce stade, soit votre interlocuteur vous comprend et vous crie, triomphant, « aww, a screwdriver you mean ! », soit vous passez à la phase suivante.

[genericon icon=rating-full] Dernière solution avant de jeter un œil au dico ou d’abandonner, essayer d’expliquer ce qu’on entend par là (les mimes aident bien aussi). « So it’s something you use to place or remove screws, you see ? ». Avec ce genre de mot, c’est assez facile. Essayez d’expliquer une cocotte-minute pour voir.

Et pour les autres langues alors ?

Lorsqu’on s’adresse à quelqu’un dont la langue maternelle n’est ni l’anglais, ni le français, le franglais peut s’avérer très pratique. Du moins, pour les langues indo-européennes issues d’une origine commune (je vous en reparlerai bien, mais cet article deviendrait très long). A travers l’Europe, il y a beaucoup de langues dont les origines lointaines se ressemblent, voire sont identiques/communes. Parfois, donner le mot français lorsque vous ne connaissez pas le mot anglais peut aider votre interlocuteur à vous comprendre. Mon amie autrichienne et moi-même avions souvent recours à ce stratagème. On ne dirait pas comme ça, mais le français et l’allemand ont plein de mots aux sonorités similaires (Kaffee/café, Abdomen/abdomen, Organisieren/organiser, etc.). Un moyen comme un autre de s’en sortir sans avoir à chercher dans le dictionnaire.

Parler franglais, c’est cool ?

Non, le franglais n’est pas cool. Non, on ne le « parle » pas pour se la péter, pour faire comprendre à tout le monde qu’on a la chance d’être bilingue, d’habiter en Angleterre ou autre pays anglophone. C’est quelque chose auquel on ne pense même pas : ça vient comme ça, de manière totalement inconsciente. Autant vous y faire. 😉 Et puis, entre le sandwich, le weekend, le smartphone ou encore le best-seller, je crois qu’on est tous un peu atteints du syndrome franglais (à différents niveaux bien évidemment). Ce qui me rassure, c’est de voir mes amis français expatriés en Angleterre faire exactement la même chose. Je me dis alors que je ne suis pas un cas à part, avec un degré de retardement mental certain.

Et vous, ça vous arrive aussi de mélanger deux langues ou c’est juste moi ?

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être aussi

36 Commentaires

  • Reply Pomdepin

    Non seulement ça m’arrive, mais c’est de pire en pire! Même entre francophones, au noir d equelsies annees, c’est plus simple de dire certaines choses en anglais plutôt que de s’embêter à traduire par une longue phrase, alors on mélange tout allégrement, sans s’en rendre compte.

    9 août 2016 at 09:24
    • Reply Ophélie G.

      Je comprends tout à fait ! Et pourtant, ça ne fait que deux ans que je suis ici.. Ça ne risque pas de s’améliorer cette histoire ! xx

      9 août 2016 at 12:10
  • Reply Laura

    Ahahah je me retrouve tellement dans le paragraphe « Et le français dans tout ça ? » J’ai du décrire un escargot, je te laisse imaginer ma magnifique imitation et la reproduction du bruit quand on marche dessus.
    Avec les espagnols je tente un A à la fin de mon mot :p

    9 août 2016 at 09:37
    • Reply Ophélie G.

      Je donnerais cher pour t’entendre décrire un escargot, surtout un escargot qui se fait marcher dessus ! 😀 Pour l’espagnol, tu as trouvé le bon filon.. XD xx

      9 août 2016 at 12:11
  • Reply Aemilia

    Article très sympa ! je suis (très) loin d’être bilingue, mais je suis « contaminée » par toutes les séries et sitcoms que je regarde et certains mots anglais que tu évoques reviennent fréquemment dans les conversations avec mon copain (c’est presque devenu des private jokes – tiens, encore un !).
    Par contre, je ne SUPPORTE pas l’emploi de certains mots francisés, en général par les journalistes, puis par tout le monde. En haut du podium : « impacter » et « performer » (avec les JO ça n’arrête pas arrrg !). Les inspecteurs et formateurs adorent l’utiliser par exemple, et mes collègues me taquinent avec ça car ils savent que je déteste ! :-p De toute façon, tous ce qui ne figure pas dans mon Dictionnaire historique (Alain Rey) n’a pas droit de cité, na !

    9 août 2016 at 11:13
    • Reply Ophélie G.

      Je t’avoue que j’ai dû aller vérifier que le « performer » n’existait pas dans la langue française.. C’est typiquement le genre de mots utilisés en français qui ne me font même plus réagir.. J’avoue que j’ai beaucoup de mal quand les journalistes utilisent des mots anglais alors qu’il existe un mot français pour ça.. xx

      9 août 2016 at 12:12
  • Reply Alexandra

    J’ai exactement le même problème que toi 😀 Je suis belge francophone, je vis en Allemagne et je parle anglais/allemand (et francais, un peu) tout les jours. A la maison on parle anglais avec mon chéri mais on à créé notre propre language qui inclus des mots en francais/portugais/espagnol/allemand xD Ca donne des phrases bizarres du genre « have you been to do the courses? »
    Perso, ca me dérange pas du tout de ne pas parler francais tout les jours (meme si des fois c’est fatiguant) mais il y des fois ou je perds mon francais et où je me sens carrément débile 😀 En tout cas, ton article m’à fait sourire 😀

    9 août 2016 at 11:42
    • Reply Ophélie G.

      Ça fait un beau mélange de langues ça ! Déjà que je galère avec deux langues, alors j’imagine bien le bordel avec tout ça.. 😉 xx

      9 août 2016 at 12:14
  • Reply Cécile

    « Bon matin » est une expression très employée au Québec ! Moi c’est « location » que je ne supporte pas, d’ailleurs quand je bossais dans l’informatique, c’est un terme que mes collègues employaient couramment.
    Parfois c’est tellement plus simple de pouvoir employer les premiers mots qui viennent… Quand je suis un peu fatiguée, ça m’arrive de renoncer à dire quelque chose parce que j’ai pas tous les mots dans la même langue et que je ne veux pas mélanger.

    9 août 2016 at 13:11
    • Reply Ophélie G.

      Je comprends ce que tu veux dire, il m’arrive aussi de renoncer à dire quelque chose à cause du mélange linguistique. Et je ne savais pas que « bon maton » se disait en québécois. 🙂 xx

      9 août 2016 at 15:58
  • Reply Marion

    Haha carrément!!!!! je me reconnais tout à fait dans cet article! et dans mon cas, il y a un challenge supplémentaire : quand j’utilise des mots en anglais britannique ou américain… alors que les autraliens ont un autre mot!!! Donc entre le mélange de français, d’anglais australien, ou d’autres anglais, ça donne lieu à des situations vraiment cocasses!!! et le comble, c’est qu’on me dit que je ne devrais pas parler franglais car je vis dans un milieu anglophone mais que je parle francais pour mon boulot, mais comme tu dis : c’est quelque chose auquel on ne pense même pas! 😉

    9 août 2016 at 13:15
    • Reply Ophélie G.

      Je me doutais que tu allais te reconnaître là-dedans ! 😀 J’avoue que je n’avais pas pensé aux différences entre les différents anglais. Jongler entre trois formes différentes d’une même langue ne doit pas être évident. 😉 xx

      9 août 2016 at 16:00
      • Reply Marion

        Je confirme 😉 si un jour j’ai assez d’éléments en anglais australien, j’en ferai un article 😉

        16 août 2016 at 13:24
  • Reply MamzelDree

    J’avoue j’en utilise aussi… HONTE A MOI !
    Heureusement depuis mon retour d’expat’ j’en utilise bien moins qu’avant…

    Par contre pour « Ça fait sens ! » je l’ai beaucoup entendue cette ohrase, mais bizarrement que par des personnes plus âgées !

    9 août 2016 at 17:13
    • Reply Ophélie G.

      J’ai bien l’impression que personne n’y échappe.. Ah c’est marrant, je ne l’ai jamais entendu. Il faudra que je demande à ma grand-mère voir si elle le dit. xx

      10 août 2016 at 14:59
  • Reply ellea40ans - Stephanie

    Quand j’ai dit a une dame fort aimable d’une administration Française que « j’étais venue checker si elle avait reçu mon courrier ». Je me suis vu répondre très aimablement qu’on parle Français ici ! 🙂

    10 août 2016 at 10:41
    • Reply Ophélie G.

      La sympathie à la française.. C’est quand même dingue ça ! xx

      10 août 2016 at 15:00
  • Reply Lucie

    Je mélange aussi…mais aussi il faut dire qu’en anglais certains mots sont tellement plus efficaces qu’en francais ! C’est so convenient ! Et vu que les autres francophones font la même chose, on est vite pris dans un engrenage. Ce qui m’embête c’est que vraiment mon français en a pris un coup et ça c’est pas cool.

    10 août 2016 at 14:31
    • Reply Ophélie G.

      Je comprends tellement ! So so convenient ! J’avoue que côté français, comme je bosse comme assistante de français et prof de français, ma langue natale reste relativement normale – même si certains mots m’échappent parfois. xx

      10 août 2016 at 15:01
  • Reply tania

    dans le domaine informatique on est souvent amener à utiliser des termes anglais
    comme forward qu on se plait conjuguer
    je vais te forwarder ce mail, wtf et d autres sont venues aussi en France !! désormais

    10 août 2016 at 17:44
    • Reply Ophélie G.

      Ils sont venus en France certes, mais dans certains domaines uniquement. Si je parle de forwarder un email à ma grand-mère, je ne pense pas qu’elle comprenne.. Mais certaines abréviations sont belles et bien là, en effet. Merci le gaming pour ça ! 😀 xx

      11 août 2016 at 11:01
  • Reply Les Flâneuses

    Excellent cet article !
    J’adorerais qu’on utilise plus le mot inspirant en France, il me plaît beaucoup 🙂 Et si on pouvais adopter officiellement « cute », je serais aux anges ^^
    Sinon je pensais que BYOB voulait dire Bring Your Own Booze !

    En tout cas c’est bon de savoir que le franglais peut être utile, je le parle de temps en temps moi aussi 😉

    10 août 2016 at 20:22
    • Reply Ophélie G.

      Oui, inspirant est un chouette mot ! BYOB ça veut dire les deux (Booze = alcool). 😉 xx

      11 août 2016 at 11:03
  • Reply Savie

    C’est marrant le franglais. Moi aussi je fais rire les autres avec le fameux « des gens inspirants ».

    13 août 2016 at 15:31
    • Reply Ophélie G.

      C’est toujours rassurant de voir qu’on est pas la seule à être atteinte du syndrome franglais.. 😉 xx

      13 août 2016 at 16:01
  • Reply Audrey Moo

    Moi aussi je suis la reine du Franglais, surtout dans la vie professionnelle. Quelques exemples dans l’article que j’avais rédigé il y a quelques mois. > http://ambitieuse-passionnee.com/2015/10/30/anglicisme-franglais/

    15 août 2016 at 13:19
    • Reply Ophélie G.

      Je vais lire ton article de ce pas ! xx

      15 août 2016 at 14:12
  • Reply Emy Globe-trottine

    je rajoute à ta liste d’après mes 5 ans à Londres les mots francisés « checker » il faut que je check mes mails, ou encore « dissertation » pour parler d’un mémoire, ou encore « top-upper » pour parler de mettre de l’argent sur sa carte de transport ou son téléphone…j’en ai plein aussi 😉

    23 août 2016 at 17:48
    • Reply Ophélie G.

      Checker et top-upper, je les utilise tout le temps ! Dissertation un peu moins par contre.. Je pense que c’est un sacré virus ! xx

      24 août 2016 at 15:15
  • Reply Sandra GUERIN

    « Ca fait sens » c’est la phrase préférée de V 😉
    Moi, je galère un peu aussi (surtout quand je dois utiliser les deux langues en alternance directe), mais je crois que le pire que j’ai fait, c’est ‘je pourrais utiliser une sieste’ (I could use a nap). Inutile de dire que j’étais en effet, très fatiguée ce jour là!
    x Sandra | Cake + Whisky

    24 août 2016 at 12:37
    • Reply Ophélie G.

      Je n’ai encore jamais dit ça, mais avec la rentrée qui arrive, ça pourrait m’arriver.. 😀 xx

      24 août 2016 at 15:15
  • Reply teabeestrips

    Salut Ophélie,
    Je me suis tout à fait retrouvé dans ton article.
    Je vis à Manchester avec mon compagnon depuis 2014 et c’est vrai qu’à la maison nous parlons couramment le franglais. Cela est tellement naturel que nous ne nous en apercevons pas, seulement sur skype quand notre famille nous regarde avec des têtes bizarres car nous avons mis plus de mots en anglais que français dans la phrase.
    ça serait intéressant de savoir pourquoi. S’il y a une explication scientifique à ceci.

    26 août 2016 at 09:53
    • Reply Ophélie G.

      Salut 😀
      Je pense qu’il doit y avoir une explication scientifique à tout ça, mais j’avoue ne pas la connaître. Je pense que le fait que nous soyons confrontés à deux langues différentes (langue maternelle + langue adoptée) au quotidien met à vif notre cerveau. Ça doit être une question de surchauffe ! 😉 xx

      27 août 2016 at 14:47
  • Reply Anaïs

    Ton article m’a tellement fait rire, tu n’as pas idée, je me suis beaucoup retrouvée haha!

    4 septembre 2016 at 16:26
  • Reply Comment j’ai amélioré mon anglais – Tea bee's trips

    […] Et une fois que vous aurez atteint un bon niveau vous serez atteint du phénomène «Franglais » comme le décrit si bien Ophélie dans son article. […]

    28 septembre 2016 at 16:26
  • Laisser un commentaire