Follow:
Travailler

Le véritable privilège d’être prof

Le vrai privilège des profs

Vous souvenez-vous de cette période horrible du collège/lycée (rayer la mention inutile), période pendant laquelle chaque pause déjeuner se transformait en file d’attente interminable, pour manger des repas peu appétissants ? Perso, je m’en souviens très bien, surtout pour le lycée (c’est sûrement parce que c’était il y a moins longtemps que le collège, tiens !). Tous les jours, sans exception, il fallait d’abord attendre que vienne l’heure de votre créneau horaire (pour éviter les émeutes d’ados affamés, j’imagine), puis attendre pendant des plombes, tassés comme des animaux dans une minuscule antichambre, jusqu’à ce que quelqu’un daigne nous fasse entrer dans le réfectoire. Et si par malheur on avait oublié la carte électromagnétique qui assurait que nos parents avaient payé notre repas, il fallait attendre que TOUT LE LYCÉE sans exception soit passé (heureusement, mon lycée n’était pas super grand, ça limitait les dégâts).

Résultat de ce malheureux oubli, quand on pouvait enfin accéder à la nourriture sacrée, il ne restait plus qu’une ou deux malheureuses assiettes d’œufs mimosas-mayo-céleri immonde, et les fruits donnaient l’impression d’avoir été piétinés. Si (et seulement si) vous aviez de la chance, il restait un yaourt pas trop dégueu. Bref, les pauses déjeuner au lycée, c’était l’enfer – en plus, il n’y avait jamais de place pour s’asseoir et on restait comme des cons, debout, plateaux en mains à attendre, encore et toujours, qu’une table se libère. A la fac, on était un peu plus (mais pas trop non plus) civilisés, mais c’était le bordel et on avait pas forcément le temps d’aller aux restaurants universitaires (et la cafét’ de ma fac n’avait rien de végétarien, c’était chiant).

Bref, ce n’est pas tellement ça dont je voulais vous parler. J’ai réalisé un truc cette semaine… Vous savez ce que c’est le meilleur truc du monde quand on est prof ou qu’on fait partie du staff dans un établissement scolaire ?

C’est de se sentir privilégié en pouvant passer devant absolument tout le monde au réfectoire ! #joie 😀

Finis, ces longs moments, avec ton plateau, tes couverts et ta serviette en papier en main, à attendre (im)patiemment son tour. En tant que prof (ou presque, on va pas chipoter sur ce coup-là), on a officiellement le droit de gruger, sans que personne ne râle, ne s’offusque ou vous fasse une remarque. C’est d’ailleurs marrant, puisque les Anglais aiment que tout le monde respecte la file d’attente.

Et vous savez quoi ? Il est bien rare que je profite de ce privilège en vrai de vrai. Choquant, pas vrai ? J’utilise uniquement mon joker de staff member quand je n’ai que vingt minutes pour avaler mon repas entre deux cours – et encore, c’est seulement quand la file d’attente est pleine de garçons affamés et que c’est trop long. La majorité du temps, j’attends patiemment mon tour, car j’ai le temps. Et probablement aussi parce que je me mets à la place des élèves : ça m’a toujours gonflée de voir les profs gruger au lycée, j’aime pas l’idée de devenir l’un d’entre eux alors que j’ai le temps. Pas plus tard que lundi dernier, un de mes élèves s’est d’ailleurs moqué de moi en me glissant à l’oreille « you know you have the right to pass before us all, don’t you? You don’t have to wait ». Adorables, ces enfants, pas vrai ?

Note : La photo n’a rien à voir avec ce qu’on mange à l’école. Les déjeuners y sont souvent super bons (et on a toujours une option végé’, youhouuu), mais pas aussi joliment présentés. 😉

Et vous, vous êtes plutôt vrais profs ou patients ? :p

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être aussi

6 Commentaires

  • Reply Sophy

    Perso avec mon boulot ce que j’ai remarqué, c’est qu’avant je trouvais la nourriture dégueulasse à la cantine, mais maintenant que j’y mange tout les jours je l’aime beaucouuuuuuuuup ! Etrange !

    Des bisous 🙂

    5 mai 2016 at 10:02
    • Reply Ophélie G.

      Alors que nous à l’école, on se régale ! Puis tous les jours, il y a au moins une option végétarienne, c’est le top ! xx

      6 mai 2016 at 18:36
  • Reply Aemilia

    Haha, LA grande question 🙂
    Quand je n’étais pas encore prof, j’étais encore pleine de naïfs idéaux (du style : « je ne passerai jamais devant les élèves aux self » ou « je ne vois pas pourquoi je les obligerais à cracher leur chewing-gum s’ils sont discrets » ou encore « je laisserai toujours les élèves qui le demandent aller aux toilettes »). Mais ça, c’était avant. :-p
    Il faut dire que dans mon collège, il n’y a pas de file d’attente à proprement parler, mais plutôt un troupeau où tout le monde se pousse, se chamaille ou se galoche, avec des surveillantes débordées qui hurlent littéralement. Par contre, je n’éprouve pas de plaisir particulier à passer devant les élèves (heureusement, je crois !)

    5 mai 2016 at 10:19
    • Reply Ophélie G.

      J’ai l’impression que le self, c’est la foire partout en France ! Ici, comme les Anglais aiment faire la queue pour toute occasion, c’est un moins le bordel.. 😉 xx

      7 mai 2016 at 22:23
  • Reply Les Flâneuses

    Je me souvenais à peine de cette attente interminable (pour manger un repas fadasse, effectivement) cet article a fait remonter pas mal de souvenirs ^^ Cette école a l’air super, je n’en connais aucune qui propose des plats végétariens, ça devrait être plus fréquent ! En tout cas c’est gentil de faire la file et de patienter avec les élèves 🙂

    Les Flâneuses ~Anaïs

    10 mai 2016 at 07:35
    • Reply Ophélie G.

      Perso, je m’en souviens très bien du passage au self.. Une horreur ! Mon école est topissime, je ne la changerais pour rien au monde ! 😀 xx

      10 mai 2016 at 13:24

    Laisser un commentaire