Follow:
Culture : TV & Cinéma

Sortie ciné’ : Le Petit Prince

Le Petit Prince

C’est l’histoire d’une histoire.

C’est l’histoire d’une petite fille, intrépide et curieuse, qui vit dans un monde d’adultes.

C’est l’histoire d’un aviateur, excentrique et facétieux, qui n’a jamais vraiment grandi.

C’est l’histoire du Petit Prince qui va les réunir dans une aventure extraordinaire.

Un nouveau billet cinéma, mais un peu différent des autres puisque aujourd’hui, je ne vais parler que d’un seul film, Le Petit Prince. La vérité, c’est que je ne pouvais pas attendre d’en voir deux autres pour vous parler de ce qui, à mon avis, est un véritable chef-d’oeuvre.

Ce film d’animation, réalisé par Mark Osborne et sorti le 29 juillet 2015, raconte l’histoire de la bouleversante rencontre d’une petite fille et d’un vieil aviateur. La petite héroïne, dont le nom n’est jamais mentionné, a une vie bien trop organisée, bien trop adulte. Sa maman, qui souhaite plus que tout au monde la voir intégrer la prestigieuse académie Werth, lui concocte un programme d’été qui ne laisse place à aucun moment de détente. Afin de la divertir de cet ennuyeux planning, son voisin, un vieil aviateur plein de malice, lui raconte une histoire à la limite du fantastique. L’histoire du Petit Prince qui décida de quitter son astéroïde à cause de sa rose, et qui découvrit un monde d’adulte à travers des yeux d’enfants. Il se lia d’amitié avec un renard, avant de rencontrer un aviateur perdu au milieu du désert.. Bien que réticente, la petite fille se prend au jeu et découvre un monde extraordinaire où rien n’est impossible.

Le Petit Prince

Je ne sais pas comment mettre de mots sur tout ça. Premièrement, l’oeuvre écrite par Antoine de Saint-Exupéry et publiée en 1943 figure parmi mes livres préférés. Découvert quand j’étais petite, je l’ai redécouvert des années plus tard, avec un regard plus adulte. C’est ce qui m’a toujours plu avec cette histoire – enfants et adultes s’y retrouvent et apportent un point de vue respectif très différent.

Ce film d’animation est une adaptation absolument incroyable, dans le sens où elle reste très fidèle au récit d’origine (on retrouve notamment les dessins originaux, ainsi que les pages écrites par l’auteur) tout en s’éloignant un peu de l’histoire. Ainsi, ce n’est pas uniquement l’amitié incroyable entre l’aviateur et le Petit Prince qui est au centre de l’histoire, mais également cette rencontre magique entre une petite fille bien sage et un vieil homme à l’imagination débordante. En fait, les rôles sont inversés dans l’histoire puisque la petite fille a une presque une vie d’adulte, alors que le vieil explorateur est resté très enfantin. Mais au fil des pages, au fil de l’histoire proposée par l’aviateur, elle va retomber en enfance et laisser son imagination travailler.

Le Petit Prince

Et que dire de la technique ? Tout au long de ce film d’animation se mêlent images de synthèse et stop motion de manière incroyablement harmonieuse. Les passages du récit original sont animées image par image et on dirait que les dessins de Saint-Exupéry se mettent en mouvement de leur propre chef, comme lassés d’être sur le papier, pour vivre pleinement. L’imagine numérique est parfaite pour le reste – quelques jours après avoir vu le film, je me souviens parfaitement de l’éclat de vie dans les yeux de l’aviateur, ou encore les étoiles dans le sourire de la petite fille. Et la musique de Hans Zimmer vient couronner le tout, sans rien gâcher du tout.

Pour être honnête, j’ai trouvé l’ensemble très émouvant, voire déprimant. Parce que l’histoire est belle, parce qu’on se retrouve facilement dans les personnages, parce qu’on se lie tous d’amitié avec le Petit Prince, parce qu’on apprivoise tous le renard. Chacun y voit forcément un aspect de sa propre vie, et ça, c’est vraiment, vraiment chouette, même si c’est pas toujours tout rose. Les leçons de vie proposées par ce film sont assez dures mais belles à retenir. Ce qui est le plus bouleversant à mon avis, c’est ce rapport à la mort évoqué au long du film. La peur de perdre quelqu’un de proche, la douleur de s’imaginer vivre sans cette personne. Parce que la mort est la condition sine qua non de la vie, mais qu’il suffit de ne pas la rationaliser. Je pense que c’est la raison pour laquelle le vieil aviateur reste très enfantin. L’image de son Petit Prince est quelque part, dans les étoiles, et entendre son rire est la chose la plus merveilleuse au monde, puisque ça signifie qu’il est là, quelque part. Tant qu’il ne l’oublie pas, le Petit Prince ne peut mourir. Et ça, c’est beau.

Vous l’aurez compris, j’ai aimé ce film. Au-delà des mots, je crois.

« Grandir, c’est pas tellement ça le problème. Le problème, c’est d’oublier. »

Le Petit Prince

Toutes les images proviennent d’Allociné.

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être aussi

Aucun commentaire

Laisser un commentaire