Follow:
Humeurs d'expat'

Paris, 13 novembre 2015

Paris, le 13 novembre 2015

Je ne comprends toujours pas comment cette soirée a pu virer au cauchemar complet. Sarah et moi écoutions du Faudel en nous marrant comme des baleines quand quelques postes Facebook et tweets nous ont alarmées. Nous avons allumé la télé et mis BBC News pour comprendre ce qu’il se passait, parce qu’on avait pas accès aux émissions françaises. 45 minutes à peine après les premières fusillades et explosions. Quelques mots balancés par la journaliste ont suffi à nous replonger dans les horreurs de janvier, lors des attentats de Charlie Hebdo. Je n’avais pas rédigé d’article à ce sujet, car je voulais oublier au plus vite. Je ne pensais pas avoir à revivre une chose pareille, encore moins en si peu de temps. Mais c’est la seconde attaque contre mon pays, la seconde attaque que je vis de loin, et la douleur en est décuplée. 

Avec Sarah, on a suivi minute par minute le déroulement des attaques, via la télé anglaise. Chaque seconde, chaque minute rendait l’angoisse plus forte, la douleur plus palpable. Vivre ce genre de crise de loin ne rend pas les choses plus faciles, loin de là. Cette France, je la critique au quotidien, ravie de l’avoir quittée. J’en apprécie les valeurs maintenant que je n’y habite plus. C’est probablement le recul qui me fait apprécier mon pays comme il se doit. J’enseigne ma jolie langue ici, tout en essayant d’appliquer les valeurs de ce pays, de répandre sa culture qui en vaut le détour. Mes élèves se languissent du jour où ils pourront aller voir ça de plus près. Ils aiment mon pays par procuration, à travers ce que je leur en dis.

Je suis sincèrement fière d’être française, malgré tout le mal que je peux en dire, et je suis heureuse de m’être éloignée. Pourtant, lorsqu’elle est attaquée, lorsque l’on s’en prend à elle, à ses valeurs, à son peuple, ça me brise le coeur. Oui, depuis hier soir, j’ai mal à ma France et elle me manque plus que jamais. Depuis hier soir, je pleure pour mon pays. Mes pensées, à défaut d’autre chose, vont à toutes ces familles déchirées, à tous ces blessés, et à tous ceux dont la tranquille soirée s’est transformée. Maintenant, on va tous réfléchir à deux fois avant d’aller au restaurant, avant d’aller voir un concert, avant de se balader un vendredi soir. Parce que le pire est toujours caché quelque part.

Vendredi 13. Vous voyez l’ironie ?

Paris, 13 novembre 2015.

#prayforparis

Note: cet article, c’est le centième du blog. Il aurait dû être publié demain, et être super positif et tout. Je suis désolée mais au lieu de ça, il y a ce message mouillé de larme et de douleur.

Paris

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être aussi

8 Commentaires

  • Reply Holly Goli

    <3

    14 novembre 2015 at 20:47
  • Reply sabine

    Pas d’humanité c’est le mot.. Je dois t’avouer que j’ai eu beaucoup de mal avec le #prayforparis, parce que je me suis sentie exclue, comme plein d’autres français athées, d’une communion qui devait pour moi n’être que citoyenne. J’étais fâchée, j’étais triste mais maintenant je sais qu’il faut faire face, fraterniser et s’aimer sur terre <3

    17 novembre 2015 at 01:21
    • Reply Ophélie G.

      Je t’avoue ne pas avoir du tout pensé à la dimension religieuse de #prayforparis (oui je sais, j’ai du mal à réfléchir parfois). Je suis française et athée, tout comme toi, mais je sais pas, le hashtag en lui-même ne m’a pas gênée. J’ai même plutôt été émue qu’il surgisse aussi rapidement vendredi soir ! Par contre, j’avoue avoir beaucoup plus de mal avec le drapeau français qui colore les photos profile de Facebook.. Parce qu’il n’y a pas que la France qui a été touchée la semaine dernière, mais on ne parle pas du reste. En fait, c’est plutôt #prayforhumanity qu’il faudrait utiliser ! Dans tous les cas, je suis entièrement d’accord avec toi : il faut faire face, fraterniser et s’aimer ! Et aussi aller à des concerts, aller boire un verre entre amis après le boulot, manger au restau avec les gens qu’on aime.. Il faut vivre pour écraser la haine de ces monstres. xx

      17 novembre 2015 at 15:07
  • Reply chloe

    Je suis athée, et le #prayforparis ne m’a pas dérangée… Après, je comprends ceux qui veulent oublier toute dimension religieuse , ou faire plus que prier… Moi, je veux de l’amour, de l’espoir pour l »humanité. On crée un nouvel hashtag? #hopeforhumanity
    J’ai suivi les événements de loin, de près, tout est relatif. J’habite à ~1h30 de route de Paris, et j’avais les yeux scotchés à la tv, imaginant le drame qui se déroulait tout près… Je n’ai pas les mots… Quel sentiment horrible d’impuissance..

    17 novembre 2015 at 20:07
    • Reply Ophélie G.

      Je comprends aussi la volonté d’éviter la dimension religieuse. Mais quand on y pense, le #prayforparis, ça montre aussi que même si ces monstres justifient leurs actes par le biais de la religion, ça ne fait que renforcer cette volonté de combattre les amalgames. Tout le monde peut prier, quelque soit sa religion. Je suis entièrement d’accord pour le lancement de ce nouveau hashtag, #hopeforhumanity ! Il rappelle tout ce pour quoi il faut se battre à présent ! Quant à l’impuissance, qu’on se soit trouvé à Paris ou dans le fin de l’Amérique du sud vendredi soir, je crois que tout le monde l’a ressentie à un moment donné ou à un autre malheureusement.. xx

      17 novembre 2015 at 21:00
  • Reply sabine

    Comme quoi 😉 Moi je trouve ça tellement bien de se ré-aproprier un symbole qui a trop longtemps été associé à de très mauvaises idées politiques, car des gens sont morts pour l’idée de liberté qu’il véhicule. Perso, je le laisserai pendant les 3 jours de deuil. Ici en Australie, les gens sont très fiers de leur drapeau, qu’ils soient là depuis longtemps ou qu’ils viennent d’immigrer, il n’y aucune connotation négative. Sinon, je suis d’accord avec toi, c’est malheureux qu’un évènement en fasse oublier un autre mais je n’oublie pas les autres… Je suis plus que consciente que c’est notre monde qui va mal et prier pour l’humanité ne changera rien du tout. Vivre ensemble, tu as raison, c’est effectivement la meilleure réponse à leur donner. xx

    17 novembre 2015 at 21:16
    • Reply Ophélie G.

      Après, je ne dis pas non plus que je suis totalement contre ! C’est même plutôt chouette de voir une sorte d’unité, même si ça reste cantonné à Facebook. En fait, je pense que toute initiative est bonne à prendre tant qu’elle illustre la solidarité française (et ça, où que l’on se trouve dans le monde). J’avoue ne jamais avoir trop cherché à comprendre l’importance du drapeau pour nos pays.. Tant qu’on s’aime et qu’on continue de vivre pour emmerder ces barbares, il n’y a rien de plus important, ni de plus beau ! xx

      18 novembre 2015 at 16:40

    Laisser un commentaire