Follow:
Le Book Club

Les lectures de juin 2017

Les lectures de juin 2017

Pour ce nouvel article lectures, j’ai décidé de changer un peu le format. J’ai en général beaucoup de choses à dire sur les romans que je lis, et ce serait dommage que vous échappiez à ça. 🙂 Après les lectures de mai, j’ai lu quoi en juin ? Un thriller français, des contes de fée version adultes et de la fantasy, pour ne pas changer !

Satan était un ange de Karine Giebel

Résumé : Deux trajectoires, deux lignes de fuite. Hier encore, François était quelqu’un. Un homme qu’on regardait avec admiration, avec envie. Aujourd’hui, il n’est plus qu’un fugitif tentant d’échapper à son assassin. Qui le rattrapera, où qu’il aille. Quoi qu’il fasse. Paul regarde derrière lui ; il voit la cohorte des victimes qui hurlent vengeance. Il paye le prix de ses fautes. L’échéance approche… Dans la même voiture, sur une même route, deux hommes que tout semble opposer, et qui pourtant fuient ensemble leur destin différent. Rouler droit devant. Faire ce qu’ils n’ont jamais fait. Puisque l’horizon est bouché, autant tenter une dernière percée. Flamboyante.

Ce que j’en ai pensé : J’ai ouvert ce livre sans savoir à quoi m’attendre – c’est le premier qui m’est venu sous la main alors que je n’arrivais pas à dormir. Je dois dire que ça a été une jolie surprise. Je l’ai ouvert, pour ne le refermer qu’une fois terminé.

L’histoire débute avec François, brillant avocat, qui fuit le nord de la France au volant de sa BMW. On apprend rapidement que ce qu’il fuit, c’est une tumeur au cerveau et la promesse d’une mort douloureuse et imminente. En chemin, il prend un jeune homme en autostop. Paul a un français parfois bancal, des manières de gamin mal-élevé et surtout, un tas de secrets qu’il refuse de partager. Ensemble, ils vont rouler, rouler, rouler jusque dans le sud de la France. Ce drôle de duo, rassemblé par la vie, va vivre de sacrées aventures.

C’est vraiment le genre de roman que j’aime lire. Le genre d’histoire qui vous happe complètement et qui ne vous laisse d’autre choix que de le terminer. Dès le départ, je me suis sentie comme François : morte de trouille à l’idée de la maladie, mais rongée par la curiosité envers Paul. C’est d’ailleurs ce qui m’a vraiment poussée à lire ce livre d’une traite : comprendre ce personnage, savoir d’où il vient, ce qui le pousse à fuir, lui-aussi. Rien n’est clair, mis à part ses mensonges à répétition. Et c’est terriblement frustrant de lire l’histoire d’un personnage sans rien savoir sur lui.

Le meilleur dans cette histoire, c’est la relation qui se crée entre ces deux personnages que tout oppose. C’est très touchant de les voir tisser des liens. Tout n’est pas rose entre eux, loin de là. Mais au fil des pages, on est spectateur d’une superbe histoire qui se déroule mot après mot.

Ma note : 4.5/5


Les Contes du Royaume : Poison, Charme, Beauté de Sarah Pinborough (2013)

Résumés

PoisonRappelez-vous l’innocente et belle princesse, la méchante reine impardonnable, le valeureux prince, la pomme empoisonnée et le baiser d’amour sincère… et à présent, ouvrez ce livre et plongez dans la véritable histoire de Blanche-Neige, telle qu’elle n’a jamais été révélée…

Charme : Cendrillon, le conte de fées revisité : cruel, savoureux, et tout en séduction. Rappelez-vous le conte de Cendrillon que vous connaissez : le carrosse magique et le valet ensorcelé qui le conduit, les horribles belles-sœurs, le bal enchanté et l’éternel amour né au premier regard… et à présent, ouvrez ce livre et plongez-vous dans la véritable histoire de Cendrillon, telle qu’elle n’a jamais été révélée…

Beauté : Cette fois, c’est l’histoire de la Belle au Bois Dormant qui va se prendre un petit coup de neuf ! Bien sûr, on y retrouvera tous les éléments classiques de ce conte (le beau prince, la terrible malédiction, la jeune fille endormie et le château hanté) mais de nouveau revus à la sauce moderne !

Ce que j’en ai pensé : C’est une trilogie que j’apprécie beaucoup, et que je relis de temps à autre. L’auteure britannique réécrit les contes de fées de notre enfance à travers ces trois ouvrages qui forment un cycle – le premier tome commence là où le troisième s’achève. Dans Poison, nous découvrons l’histoire, revisitée, de Blanche-Neige et de sa belle-mère à peine plus âgée qu’elle. Dans Charm, c’est Cendrillon qui se retrouve propulsée sur le devant de la scène. Et Beauty nous met face à la Belle et la Bête. Entre les pages de ces courts romans se glissent bien d’autres personnages : un Chasseur qui se retrouve malgré lui mêlé aux personnages de la haute société, un Prince aussi beau qu’idiot, un Rumplestilskin touchant.

Aventure, amour, sexe, trahison… L’auteure mêle un tas d’aspects différents dans ces livres, et j’ai trouvé ça très rafraîchissant. Ces livres se lisent très rapidement, de quoi faire une petite pause entre deux lectures plus conséquentes. Bien évidemment, on évitera de lire ces versions à des enfants. Certains passages sont en effet un peu crus et définitivement inadaptés pour des enfants. Car les personnages adorés en prennent quand même pour leur grade, à plus d’un égard.

Ma note : 4/5


Caraval de Stephanie Garber (2017)

Résumé : Depuis qu’elle a dix ans, Scarlett envoie des lettres au maître de Caraval, Légende, pour qu’il vienne donner son extraordinaire spectacle sur son île. Alors qu’elle a dix -sept ans et qu’elle est sur le point de se marier avec un inconnu, le maître de Caraval lui répond enfin. Il l’invite, elle et sa soeur Donatella à venir sur l’Ile des songes pour voir le spectacle… Mais leur père, un homme tyrannique, refuse qu’elles s’y rendent. Aidé par Julian, un marin, elles s’échappent. Mais quand le bateau accoste sur l’île des Songes, Donatella a disparu, enlevée par Légende. Scarlett découvre que le but du jeu cette année est de retrouver sa soeur. Le gagnant verra son souhait le plus cher exaucé.

Prête à tout pour sauver sa soeur, Scarlett accepte de participer, aidée par Julian. La jeune fille découvre alors un monde magnifique, empreint de magie. Pour recevoir le premier indice de leur quête, les participants doivent accepter les règles du jeu en signant un contrat de leur sang. Scarlett a beau savoir que tout ce qui se passe à Caraval n’est qu’un jeu, elle se retrouve bientôt empêtrée dans un univers à cheval entre rêve et réalité. Elle ne doit surtout pas se laisser emporter par la magie, sous peine de perdre la tête… Finalement, dans ce monde, Scarlett n’est sûre que d’une chose : si elle ne retrouve pas sa soeur avant que les cinq nuits du jeu soient écoulées, celle -ci disparaîtra pour toujours…

Ce que j’en ai pensé : J’ai beaucoup apprécié me plonger dans ce roman. L’héroïne est parfois un peu casse-pied dans sa manière de réagir, mais les autres personnages sont très intrigants. Mais la palme de l’intrigant revient sans contexte au lieu où se déroule l’histoire, ainsi qu’au personnage central, Légende. Caraval est un endroit étrange, où fiction et réalité deviennent vraiment difficiles à discerner. On ne sait jamais ce qui est vrai, ce qui ne l’est plus. Au même rythme que les personnages, on se perd dans cet univers créé de toutes pièces, peuplé de personnages qui ne sont jamais ce qu’ils semblent être…

Quant à Légende, c’est un personnage insaisissable. On ne sait pas ce qu’il veut réellement, ni pourquoi il a créé Caraval. Et encore moins son rôle dans l’histoire. J’ai passé ma lecture à me demander qui il était vraiment, l’imaginant très bien sous les traits de Julian, puis sous les traits d’un autre personnage. C’est, à mon sens, le véritable jeu de cette lecture : parvenir à déterminer qui est ce personnage, élevé au rang de légende par l’héroïne un peu niaise.

Ma note : 4/5


L’Antre des Voleurs (Les Sept Lames, tome 1) de David Chandler (2012)

Résumé : Dans les bas-fonds de la redoutable Cité Libre de Ness, Malden a survécu en devenant un voleur doué. Son bien le plus précieux reste pourtant son indépendance. Jusqu’à ce qu’il tombe sous l’emprise du maître tout-puissant d’une impitoyable guilde de voleurs… S’il veut retrouver sa liberté, Malden doit accomplir pour lui une mission improbable. Il lui faut voler la fameuse couronne du burgrave, protégée par de terrifiants démons, bien décidés à dévorer l’âme de tout intrus trop audacieux. Rejoint par un chevalier rebelle et une mystérieuse fille aux tatouages vivants, Malden est loin d’imaginer que, s’il s’en sort, ce ne sera que la première épreuve…

Ce que j’en ai pensé : Ayant lu ce livre après avoir dévoré les tomes de la  trilogie de Brent Weeks, j’ai eu énormément de mal à me plonger dans l’univers de L’Antre des Voleurs. J’ai trouvé le style d’écriture plutôt simplet. Je ne sais pas si c’est dû à la traduction, mais cela m’a beaucoup ralentie dans ma lecture.

Mis à part ce détail, qui a quand même son importance, j’ai apprécié le fond de l’histoire. Le personnage principal, Malden, est super sympa. Loin des héros typiques de la littérature fantasy, on retrouve en lui des caractéristiques assez communes. Ça le rend appréciable, bien plus que le chevalier parfait qui l’accompagne. Et surtout, ça le rend très vivant. On arrive facilement à s’identifier à ce genre de personnages je trouve.

Avec tout ça, je ne suis pas sûre d’avoir envie de lire la suite, mais je déteste ne pas finir les sagas. Peut-être lirai-je les autres tomes en anglais du coup, histoire de voir comment ça se passe.

Ma note : 3/5


 L’Homme-Rune (Le Cycle des Démons, tome 1) de Peter V. Brett (2008)

Résumé : Il y a parfois de très bonnes raisons d’avoir peur du noir… Dans le monde du jeune Arlen, dès que le soleil se couche, les démons sortent de terre et dévorent les êtres vivants. Leur seul espoir de survie est de s’abriter derrière des runes magiques. Seule une poignée de Messagers bravent la nuit pour relier les hameaux dont les habitants ne s’éloignent jamais. Mais lorsqu’une terrible tragédie le frappe, le jeune Arlen décide qu’il ne veut plus vivre dans la peur : il quitte sa ferme et part sur les routes en quête d’un moyen de se battre contre les démons et de les vaincre

Ce que j’en ai pensé : Une jolie surprise ! Après la déception de ma lecture de L’Antre des Voleurs, j’avais beaucoup d’aprioris sur ce roman. Les premiers chapitres les ont vite relégués aux oubliettes. Le style d’écriture est fluide, et l’histoire plutôt innovante. J’ai adoré m’imaginer dans ce monde où la nuit terrorise la population. Cette terreur est palpable tout au long du roman, c’est assez impressionnant.

L’histoire se déroule sur une bonne dizaine d’années. Ainsi, on suit l’évolution des personnages. Arlen n’a que six ou sept ans au début du roman et a passé la vingtaine quand ce premier tome s’achève. Il est toujours intéressant d’accompagner les personnages lors de leur développement. Là encore, ça les rend bien plus vivants, bien plus réalistes. C’est une chose que j’apprécie beaucoup, encore plus dans les romans de fantasy.

Ma note : 4/5


Vous avez lu quoi en juin ?

Des lectures à me conseiller pour l’été ?

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être aussi

4 Commentaires

  • Reply prettylittletruth

    Satan etait un ange me tente pas mal du tout 🙂

    4 juillet 2017 at 08:49
    • Reply Ophélie G.

      Si tu t’y mets, tu me donneras ton avis. 🙂 xx

      4 juillet 2017 at 21:12
  • Reply Aurélie

    Les trois premiers me tentent beaucoup ! Par contre dans Beauté, c’est la Belle & la Bête ou la Belle au Bois Dormant ? En juin j’ai dévoré « 1000 femmes blanches » de Jim Fergus, un voyage dans l’ouest américain avec les Cheyennes et leurs épouses blanches données par le gouvernement américain. J’ai aussi beaucoup aimé « Partir », de Tina Seskis, qui raconte l’histoire d’une femme qui décide de changer de vie du jour au lendemain… on se demande pourquoi jusqu’à la fin du livre. Un thriller au top !

    8 juillet 2017 at 20:06
    • Reply Ophélie G.

      Alors dans Beauté, c’est bien la Belle au Bois Dormant, mixée avec la Belle et la Bête (Belle fait double personnage ;-)). Je note tes suggestion, merci beaucoup ! xx

      10 juillet 2017 at 17:17

    Laisser un commentaire