Follow:
Sur le voyage

Kindle, mon meilleur ami de voyage

Kindle, mon meilleur ami de voyage

Qui dit escapades et longs weekends, dit de longues heures passées dans le train ou dans l’avion, à attendre à la gare, la station de bus ou à l’aéroport. Je ne suis pas patiente, ce qui m’oblige à trouver une activité pour faire passer le temps plus vite. Quoi de mieux que mettre ce temps à profit pour se plonger entre les pages d’un ouvrage et de savourer une autre réalité ?

Or, j’ai toujours détesté trimballer des livres dans mon sac, principalement car l’idée même de les abimer me fait horreur. Ça a été la raison première pour laquelle j’ai acquis une liseuse électronique quelques semaines à peine après mon arrivée en Angleterre. Un peu plus d’un an après cet achat, j’avais envie de revenir sur ce qui est véritablement devenu mon meilleur ami de voyage.

J’ai choisi un Kindle, tout simplement à cause du temps que je passe sur Amazon, à chercher des livres à ajouter à ma wishlist. C’était pratique, puisque l’un des magasins de Stamford en avait en stock – inutile de passer commande en ligne et d’attendre. Bref, un sombre et pluvieux après-midi d’octobre, j’ai acheté cette petite merveille de technologie. Je ne l’ai pas regretté un seul instant. C’est le Kindle Paperwhite que j’ai choisi, notamment pour son rétroéclairage.

Bien entendu, comme n’importe quel appareil électronique, il y a des avantages (beaucoup) mais aussi des inconvénients (un peu).

Kindle, mon meilleur ami de voyage

Le Kindle : avantages et inconvénients

Les avantages

  • Il est plus petit et plus léger qu’un livre de poche. C’est plutôt commode, puisque dans un sac-à-main déjà chargé d’un appareil photo, d’une bouteille d’eau, d’un portefeuille et autre, il ne prend pas de place et n’alourdit pas vraiment la charge.
  • Sa capacité de stockage est incroyable. Je dirais presque sans limite, mais ce ne serait pas totalement vrai. Ceci étant dit, mille livres, c’est pas non plus le truc le plus nécessaire du monde. Le principale, c’est d’avoir sur soi non pas un livre, mais plusieurs. Pour quelqu’un qui lit les livres plus vite que son ombre, c’est bien pratique. Avec un livre papier, quand on l’a fini et qu’on est pas chez soi, on l’a dans l’os, et c’est bien dommage.
  • La batterie d’un Kindle dure longtemps, très longtemps. Même en lisant des heures d’affilée quotidiennement, pas besoin de le recharger avant plusieurs semaines. Le chargeur est universel en plus, donc pas besoin non plus d’emporter un autre chargeur, celui du téléphone suffit amplement (sauf si vous avez un iPhone).
  • L’écran est adapté à la lecture et les couleurs ne fatiguent pas les yeux. Le modèle que j’ai (un Paperwhite) dispose d’un rétro-éclairage qui permet d’adapter la luminosité à l’environnement, ce qui est très pratique pour les trajets/vols de nuit. On n’embête pas son voisin de siège avec la lumière.
  • L’accès aux livres est immédiat et instantané. Où que vous soyez dans le monde, en quelques clics vous pouvez acquérir un livre qui vous fait de l’œil.
  • Le dernier point, c’est les dictionnaires intégrés. Ils se sont révélés super pratiques plus d’une fois. Qu’on lise un ouvrage dans sa propre langue ou dans une autre, il y a forcément des mots dont la signification nous échappe ou nous est inconnue. Dans un livre papier, on ne s’embête pas à aller vérifier dans le dictionnaire, alors qu’avec une liseuse, on peut être fixé rapidement.

Les inconvénients

Parce qu’il y en a quand même, un Kindle n’est pas parfait non plus.

  • Ce n’est pas un livre papier et par conséquent, quelques trucs lui font défaut. L’odeur des pages par exemple : j’aime l’odeur d’un livre neuf ou celle d’un livre ancien, qui nous plonge dans le passé. Ou encore le grain du papier, plus agréable qu’un écran tout lisse. Et quoi de plus beau qu’une bibliothèque bien fournie, dans laquelle on peut totalement se perdre ?
  • La batterie n’est pas éternelle. Je sais, j’ai dit que la batterie était un point fort du Kindle. Sauf que quand on lit, la barre du menu n’est pas affichée sur l’écran et si on ne fait pas attention au niveau de chargement, on peut très vite avoir de mauvaises surprises (on sent l’expérience vécue hein ? :p).
  • Le prix des livres électroniques est bien trop élevé à mon goût. J’ai un rapport particulier avec les livres et ceux que j’ai en version électronique, je les possède déjà en version papier. La plupart du temps, ça m’embête de racheter un livre que j’ai déjà pour le mettre sur mon Kindle.
  • Il s’agit d’un appareil électronique, encore un. Nous vivons dans un monde où nous sommes étouffés par les trucs dans le genre – tablettes, smartphones, ordinateurs, etc. Le Kindle en est un de plus, et je ne suis pas sûre que nos yeux apprécient.
  • Le prix d’achat. Car comme tout appareil numérique qui se respecte, une liseuse électronique coûte cher.

Malgré ces quelques défauts, ce petit appareil électronique est vraiment l’un de mes préférés. Il m’accompagne lors de tous mes déplacements – même à l’école, pour faire passer le temps quand mes élèves sont en retard.

Et vous alors, convaincu ?

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être aussi

16 Commentaires

  • Reply Etheal

    Ma Kobo m’a changé la vie depuis cet été (oui rien que ça), adieu la valise pleine de livres surtout lorsqu’on voyage seulement avec un bagage à main. J’ai aussi relevé les mêmes inconvénients que toi mais ils sont vraiment moindre par rapport aux avantages. Effectivement, il faut quand même prendre l’habitude de lire sur un objet électronique et non papier. Complètement convaincue donc 🙂 xx

    24 janvier 2016 at 13:03
    • Reply Ophélie G.

      Je suis d’accord avec toi, les avantages font pencher la balance du côté du +++ et permettent d’apprécier pleinement ce petit gadget. xx

      24 janvier 2016 at 18:35
  • Reply Kenza

    Je n’en ai pas, parce que j’utilise mon ipad comme liseuse – quand je n’ai pas peur de l’utiliser en extérieur (à Paris, j’évite, ici ou en Australie aucun souci) mais j’y vois pas mal d’avantages, c’est vrai. Sauf que je ne veux pas entasser les objets électroniques, ayant déjà laptop+tablette+smartphone… tes livres tu les achètes ou tu t’en procures parfois de façon moins… légale ?

    24 janvier 2016 at 16:59
    • Reply Ophélie G.

      Avant d’acquérir mon Kindle, je lisais sur ma tablette (8″), ce qui allait encore. Quand je suis passée à la taille au-dessus, c’est devenu franchement trop difficile de lire, malgré l’application que j’avais achetée. Acheter un Kindle a révolutionné ma lecture sur appareil numérique puisqu’on ne peut pas du tout comparer lecture sur tablette et lecture sur Kindle (qui lui, ne sert qu’à ça justement). La technologie utilisée dans un Kindle est franchement top – mais je n’ai jamais lu sur iPad. C’est vrai que sortir son iPad en public, c’est prendre un risque, et je n’ai jamais ressenti d’insécurité en sortant mon Kindle devant des gens.. Je t’avoue que jusqu’à aujourd’hui, je n’ai acheté aucun livre numérique. Les classiques français ou anglais sont disponibles gratuitement via Amazon, et les autres.. Il suffit de savoir où chercher pour trouver tout ce qu’on veut. Je ne pense pas participer à la ruine des livres car d’une manière ou d’une autre, si j’aime le livre, il finit rapidement en version papier dans ma bibliothèque. 😉 xx

      24 janvier 2016 at 18:39
  • Reply Marion

    Ok, tu m’as définitivement convaincue : il me faut absolument un Kindle!!!! 🙂

    25 janvier 2016 at 01:53
    • Reply Ophélie G.

      Un Kindle ou autre hein, j’ai jamais testé les différents modèles. 😉 xx

      25 janvier 2016 at 11:45
  • Reply L.

    Parmi les défauts du Kindle, il y a aussi le verrouillage d’Amazon… mais un verrouillage facilement contournable vu qu’on peut ajouter les fichiers (achetés sur d’autres plateformes) via le logiciel gratuit Calibre. C’est un demi-défaut on dira !
    J’ai un Kindle et je m’en sers quasiment uniquement à titre professionnel (je travaille dans l’édition). C’est pratique pour son petit format mais vite galère quand on veut « feuilleter », faire des recherches dans un ouvrage, etc. C’est une bonne solution de secours pour moi, mais je suis loin d’être prête à passer au 100 % numérique !
    Sinon concernant la fatigue des yeux, certaines liseuses utilisent des encres électroniques et non un rétro-éclairage, la fatigue est donc identique à une livre papier. Cela dépend du modèle !

    25 janvier 2016 at 11:22
    • Reply Ophélie G.

      Je n’avais jamais vu le verrouillage d’Amazon comme un défaut, puisqu’en quelques manipulations, on peut facilement mettre ses livres sur l’appareil. Alors je suis d’accord avec toi pour appeler ça un « demi-défaut » ! 😉
      J’imagine que l’usage que tu en fais diffère du mien, puisque je n’ai jamais besoin de feuilleter mes livres. J’avoue n’avoir jamais considéré l’utilisation de mon Kindle pour de la recherche d’ailleurs – je préférais largement le support papier au support numérique quand j’écrivais mon mémoire de master. Du coup, pour ça la version électronique n’égalera jamais la version papier. 😉 xx

      25 janvier 2016 at 11:47
  • Reply Mrs O.

    Je suis entièrement d’accord, j’ai eu mon kobo, le ‘kindle de la Fnac’ l’année de l’assistanat également et il m’a vraiment bien servi lors de tous mes voyages. Je l’emporte partout et il réduit considérablement le poids de mes affaires, puisque comme toi, j’ai besoin d’amener mes livres avec moi partout, et plus d’un. Le prix des livres électroniques me parait effectivement abusé, surtout que bon, pas de frais d’impressions, d’acheminement, etc, on pourrait croire que lire des e-books ça fait faire des économies mais à part les vieux bouquins libres de droits donc dispos en pdf sur internet ou les romans à l’eau de rose gratuits de la FNAC, je dépense en fait à peu près la même chose. Mais c’est un gain de places pour les gens comme moi qui accumulent des livres aux greniers en attendant de prendre racine quelque part, au moins pas de gâchis et toujours à portée de main 🙂

    25 janvier 2016 at 14:42
    • Reply Ophélie G.

      Ravie de voir que tu es conquise toi aussi par ce petit bijou de technologie ! Je t’avoue que je n’achète pas mes livres électroniques, puisqu’en général j’ai déjà la version papier chez moi. Comme tu le dis si bien, avec un livre électronique, il n’y a pas les frais d’acheminement, de livraison, etc. En plus, même si je n’y connais rien en impression moderne du livre, j’imagine que les manuscrits sont en général électroniques, et que logiquement, ça devrait être à moindres frais.. 😉

      25 janvier 2016 at 16:07
  • Reply Nathalie CookieetAttila

    Convaincue!
    Je pense en acheter un dans les mois à venir. Je vais bientôt déménager vers une contrée lointaine et je n’ai pas envie de m’y encombrer avec des livres. Je n’en achète jamais, la bibliothèque c’est bien moins cher. Mais sur place, à la bibliothèque, je ne sais si je trouverai des livres en français ou en anglais. Résultat, je me suis mise à rêver d’un Kindle.
    Cet article tombe à pic, serait-ce un signe ?
    Bon, je vais quand même attendre quelques mois et faire des recherches dans les bibliothèques. Parce que, comme tu dis, ça coûte cher.

    27 janvier 2016 at 13:59
    • Reply Ophélie G.

      Et une de plus, une ! 😀 Je penses en effet que cet article est un signe que tu dois succomber aux joies et merveilles d’un Kindle – surtout si tu déménages dans une contrée lointaine.. Laquelle d’ailleurs ? Après, le prix est vite amorti si, comme moi, tu en fais très très bon usage. xx

      29 janvier 2016 at 09:33
      • Reply Nathalie CookieetAttila

        Je déménage à Prague! J’ai trouvé du boulot là-bas (bonheur). Mon blog va bientôt être bourré d’infos sur la République Tchèque! 🙂
        Ouh c’est tentant tout ça, je vais le noter en n°1 de ma wishlist!

        7 février 2016 at 17:47
        • Reply Ophélie G.

          Oh mais c’est super ça ! 😀 J’ai hâte de découvrir tout ça ! xx

          7 février 2016 at 20:05
  • Reply Anaïs

    J’ai beaucoup aimé lire (ENFIN) l’avis réel de cette petite bête!
    A vrai dire, j’ai longtemps hésité à en acheter un car comme toi, abîmer un livre est pour moi un putain de sacrilège, mais je les aimes tellement trop que je n’arriverais pas, je pense, à passer au Kindle :(. Mais bon ne jamais dire jamais :p!

    Bisouuus ♥

    28 janvier 2016 at 21:07
    • Reply Ophélie G.

      Aujourd’hui on trouve pas mal de liseuses différentes, et c’est pas facile de choisir laquelle acheter. Au début, je ne pensais pas que j’arriverais à passer au Kindle et à la lecture sur écran, mais le confort de lecture est vraiment semblable à celui d’un véritable livre ! ♥♥ xx

      29 janvier 2016 at 09:36

    Laisser un commentaire