Follow:
Bavardages

L’insécurité inexistante de Stamford

L'insécurité inexistante de Stamford

Il y a quelques mois, une amie a fait une remarque qui m’a parue surprenante : elle ne pourrait jamais se promener de nuit dans une ville comme Stamford, car elle ne se sentirait pas en sécurité. L’idée m’est apparu vraiment saugrenue, puisque je n’ai jamais, et j’insiste sur le jamais, pensé à l’insécurité à Stamford.

Je ne suis pas une fille très courageuse quand il s’agit de marcher de nuit, loin de là. Je suis du genre à psychoter et à devenir parano. Je sursaute au moindre bruissement de feuille, je fais volteface si j’entends un bruit, ne serait-ce que minime, ou je m’inquiète si quelqu’un ose marcher à quelques pas derrière moi – du genre, je révise toutes les techniques de self-défense apprise quand j’étais plus jeune (#parano je vous dis). A Poitiers, par exemple, je détestais rentrer de chez une de mes amies, chez qui j’allais souvent. Je n’avais qu’une seule rue à descendre mais je la trouvais interminable. C’était limite si je ne courais pas pour rejoindre mon appartement. Ou quand j’allais chez une autre amie : ma voiture était garée en bas de l’immeuble en général, et ça me faisait flipper d’y aller. D’ailleurs, à peine assise et la porte refermée que je m’enfermais à clé dans la voiture.

A Glasgow, c’était un peu pareil. En rentrant de chez mes amis, je m’arrangeais pour ne jamais rentrer seule (j’habitais à une petite demi-heure du centre-ville). Parce qu’à l’université, on nous avait bien dit de faire attention, car la ville pouvait être dangereuse. Mon truc préféré, c’était attendre l’heure propice. Celle où des policiers faisaient leur ronde dans les rues du centre. Je pouvais les suivre, presque jusqu’à chez moi, sans avoir trop peur. Sauf les dernières centaines de mètres, qui me faisaient quand même un peu peur.

A Londres, où mon amie habite (et où elle n’a pas peur de se promener de nuit), je ne suis pas super rassurée non plus. Je pense que c’est l’effet « grande ville » qui joue mes sens et me rend super parano. Parce que, même si ça me gêne moins qu’à Poitiers, ce n’est pas trop mon truc de rentrer tard le soir, toute seule. Ça m’est pourtant arrivé, et je suis encore en vie.

Vous vous en doutez bien, que ce soit à Poitiers, à Glasgow ou à Londres, il ne m’est jamais rien arrivé en marchant dans la rue en pleine nuit. Sauf cette fois à Londres, pour le New Year’s Eve, où un idiot bourré avait décidé de nous suivre, une amie et moi, pour continuer à faire la fête. On avait dû demander aux mecs du métro de nous débarrasser de ce boulet, ce qu’ils avaient fait en le poussant dans un métro qui allait je-ne-sais-où. Bref.

Alors qu’à Stamford, rentrer de nuit ne me fait pas peur, même si j’ai une demi-heure de marche pour arriver chez moi. Il m’arrive même de mettre ma musique, et ceux qui me connaissent savent à quel point j’aime l’écouter très fort. Pas une seule fois je me suis interrogée sur l’insécurité à Stamford, ou sur le sentiment qu’il pouvait m’arriver quelque chose en marchant seule dans les rues de nuit. Je ne sais pas si c’est de l’inconscience ou autre, mais c’est comme ça. Bon, j’avoue que tard dans la nuit, il est très rare de croiser quelqu’un dans les rues – mais à bien y réfléchir, c’est pas tellement rassurant comme idée.

Je ne sais vraiment pas comment expliquer tout ça : moi, la fille la plus trouillarde du monde quand il s’agit de marcher seule, tard, dans une ville, je n’ai aucun souci pour le faire à Stamford. Et ce n’est pas une question d’habitude puisque c’est comme ça depuis que je suis arrivée ici. Bref, je vais pas chercher à trop comprendre. Aujourd’hui encore, les mots de Sandra résonnent parfois dans ma tête, surtout quand je marche de nuit, mais ils n’y restent pas très très longtemps.

Et vous, ça vous fait peur de marcher seul dans la nuit ?

L'insécurité inexistante de Stamford

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être aussi

10 Commentaires

  • Reply Lion Love Laugh

    Je pense que toutes les filles du monde psychotent quand elles doivent rentrer seules la nuit… Moi par exemple je garde toujours ma main sur mon téléphone, prête à appeler, et quand j’ai une « arme » potentielle (parapluie, sac un peu lourd…) je suis déjà plus rassurée #paranoaussi ! Du coup tu as bien de la chance d’avoir trouvé une ville où tu ne ressens pas ça 🙂

    25 octobre 2016 at 08:36
    • Reply Ophélie G.

      Ahah on a toutes les mêmes techniques fumeuses je crois ! En tout cas oui, c’est chouette d’avoir trouvé un endroit où me sentir à l’aise ! xX

      28 octobre 2016 at 07:56
  • Reply prettylittletruth

    Je comprends parfaitement ton ressenti car c’est pareil pour moi. Depuis que je suis en Angleterre, je me sens de plus en plus a l’aise pour rentrer chez moi le soir tard a pieds et toute seule. On a moins cette peur qu’on a en France 🙂

    25 octobre 2016 at 09:25
    • Reply Ophélie G.

      C’est quand même bizarre quand on y pense.. Mais l’important c’est de se sentir en sécurité ! xx

      28 octobre 2016 at 07:57
  • Reply Sandra GUERIN

    Hastag la-fille-qui-fait-flipper-ses-potes-sans-aucune-raison! :p

    26 octobre 2016 at 13:12
  • Reply MamzelDree

    Je suis comme toi, je déteste rentrer seule, de nuit… Je sais me défendre (j’étais gendarme réserviste, championne de tae kwon do plus jeune…) et pourtant JE DETESTE CA !
    Mais à Guildford… je n’avais pas DU TOUT ce sentiment là en fait ! Ca ne me dérangeais pas de rentrer seule la nuit… Que je croise ou non des gens !

    26 octobre 2016 at 17:45
    • Reply Ophélie G.

      C’est exactement ce que je ressens vis à vis de Stamford ! xx

      28 octobre 2016 at 07:58
  • Reply Anaïs

    Personnellement, je suis un peu comme toi la nuit, je deviens une vrai parano. Le pire c’est quand je suis dans le centre ville de Toulouse en pleine nuit, je me sens pas tranquille. En revanche, à Dublin, je me balader tel un petit poisson dans l’eau.C’est à n’y rien comprendre XD

    20 novembre 2016 at 21:25
    • Reply Ophélie G.

      C’est l’ambiance britannique/irlandaise qui veut ça je crois ! 😉 xx

      21 novembre 2016 at 17:49

    Laisser un commentaire