Follow:
Bavardages

L’art de se faire tatouer

L'art de se faire tatouer

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, ça ne vous aura pas échappé. Je me suis fait tatouer à Édimbourg. Un symbole discret à l’intérieur de la cheville gauche. Il ne va pas être question de soins, ni de produits quelconques dans cet article. Pour ça, chaque tatoueur semble avoir les siens. Après être passée sous les aiguilles de quatre tatoueurs différents, j’en sais quelque chose. Non, je voulais parler des raisons qui font que j’aime me faire tatouer. Attendez-vous donc à un article très personnel aujourd’hui. J’ai déjà abordé le sujet du tatouage dans un premier article, sur le lien entre les modifications corporelles, le regard des autres et l’éducation. Si ça vous tente d’y jeter un œil, c’est par ici.

Le tatouage, ou le récit d’une vie

Le tatouage est à mes yeux quelque chose de symbolique. J’irai même plus loin en disant que c’est un acte sacré. De sa conception à l’après, tout de l’importance.

Mes huit tatouages ont un sens. Je ne parle jamais de la signification qu’ils révèlent, car c’est beaucoup trop intime. Si les montrer ne me dérange absolument pas, je préfère garder leur signification rien que pour moi. Car c’est uniquement pour moi que je les fais. Il n’est pas seulement question d’esthétisme, c’est beaucoup plus profond que ça.

C’est pour cette raison que les avis extérieurs ne m’émeuvent pas. Je laisse le soin aux gens extérieurs de se faire leur propre idée. Il s’agit de mon corps, et mes tatouages racontent une histoire qui m’est propre. Chacun d’entre eux est le souvenir d’un événement marquant, d’une chose qui fait partie intégrante de moi.

Se faire tatouer, c’est une manière comme une autre de s’approprier sa propre douleur. Certaines blessures laissent des cicatrices, qu’on le veuille ou non. Un tatouage, c’est une marque qu’on choisit de s’imposer. Comme une cicatrice, mais avec du sens. Et ça, c’est important pour moi.

Ces « cicatrices » encrées sous ma peau sont là pour me rappeler d’où je viens, mais surtout, pour me rappeler les épreuves surmontées. Non pas que je tienne à m’en souvenir. Mais je tiens à me rappeler que quelque que soit l’épreuve, j’en suis ressortie un peu plus forte. Une meilleure version de moi-même, si vous préférez. C’est un peu cliché, pas vrai ?

Bien entendu, chacun a sa propre vision du tatouage, et je respecte totalement cela. Qu’un tatouage ait du sens ou non, chacun y voit ce qu’il décide d’y voir. Que ce soit purement esthétique ou quelque chose de plus sensé, le tatouage est quelque chose de très personnel.

De la conception…

Chaque étape d’un tatouage a son importance.

En premier lieu, trouver l’idée. En ce qui me concerne, mes tatouages ne sont pas forcément longtemps réfléchis. L’ébauche d’un concept fait souvent son chemin dans ma tête. Je m’efforce toujours de la laisser dans un coin, de la mettre de côté. Si elle revient, je prends ça comme un signe – je dois le faire.

Souvent, cette ébauche d’idée se précise toute seule, inconsciemment. Et tout aussi inconsciemment, l’emplacement du futur tatouage se décide aussi de lui-même. C’est comme si mon esprit s’alignait de lui-même avec mes envies. C’est plutôt convenient d’ailleurs. Indécise comme je suis, il me faudrait y réfléchir pendant très longtemps avant que de parvenir à me décider.

… À la réalisation

Quand j’ai une idée plus précise de ce que je veux, je choisis un tatoueur pour discuter du projet plus en détails. J’adore cette étape, qui est toute aussi importante que la décision de se faire tatouer. Cette étape, c’est celle où le tatoueur et moi-même allons discuter de ce projet, le faire évoluer ensemble. C’est comme ça que j’envisage le tatouage, l’union parfaite de deux esprits. Je laisse souvent une marge assez conséquente au tatoueur. Il a le dessin de base, je lui fais confiance pour le modifier selon mes envies, suite à nos discussions. Jusqu’à présent, je n’ai jamais eu de mauvaise surprise.

La prise de rendez-vous est le moment que je préfère par-dessus tout. À partir de là, je compte les jours inlassablement. Je suis quelqu’un de très impatiente et chaque jour d’attente me rend folle d’excitation. Pourtant, j’adore cette période où j’essaye d’imaginer le dessin sur ma peau.

Et le jour J, je n’en parle même pas. L’excitation est toujours à son comble, et j’ai souvent du mal à penser à autre chose. Je ne songe jamais à la douleur – car oui, un tatouage, ça fait mal. Quand les aiguilles commencent leur travail, la douleur s’estompe d’elle-même à mesure que le tatouage prend vie sous ma peau. Le plus souvent, le bruit de la machine me berce, et je somnole toujours à moitié (sauf quand je me fais tatouer sur les côtes tiens).

Ne jamais s’arrêter

Ce tatouage réalisé à Édimbourg est le troisième que je fais cette année. Le premier, sur les côtes, est trop personnel pour être montré – pour le moment. Le deuxième, c’est ma plus grosse pièce à ce jour, et je l’aime tout particulièrement. Ma tatoueuse a fait un travail de dingue, et si les deux dernières heures ont été douloureuses, je le referais sans la moindre once d’hésitation (bientôt !). Et le petit dernier, je l’aime d’amour, comme vous pouvez vous en douter..

Le problème du tatouage, c’est qu’une fois qu’on commence, il est difficile de s’arrêter. Le prochain est déjà en phase de conception dans ma tête. D’ici quelques semaines, je pourrais aller en parler à Cara, l’adorable tatoueuse qui a fait les deux premiers de cette année… Bref, je ne suis pas prête de m’arrêter.

L'art de se faire encrer

Lecteurs tatoués, comment envisagez-vous le tatouage ?

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être aussi

18 Commentaires

  • Reply AnneJulie

    Très bel article !
    Je fonctionne pareil quand à l’étape où l’idée me vient, elle repart, puis revient et finie par s’installer et s’impose comme une évidence !
    J’ai fait mon premier tatouage à 18 ans et je m’étais dis plus jamais, 9 ans après, j’en ai finalement refais un et depuis, je ne pense plus qu’au prochain !!

    22 novembre 2016 at 10:38
    • Reply Ophélie G.

      Il ne faut jamais dire jamais ! Et encore moins pour un tatouage.. 😉 xx

      22 novembre 2016 at 15:36
  • Reply Bool de Gomme

    Hello !
    Voilà un article qui me parle 🙂
    Je suis moi aussi (très) tatouée (et complètement accro…) et comme toi, je n’ai pas fait mes tattoos juste parce que c’est beau. J’ai une démarche identique à la tienne à ceci près que les miens sont plus le symbole de quelque chose que j’apprécie, une valeur, un moment, une chanson… Il n’y en a guère qu’un seul (le tout dernier d’ailleurs qui n’a que 4 jours) que j’ai fait faire juste parce que je le trouve magnifique (l’endroit et le tattoo).
    Je me fait tatouer depuis 2005. J’ai 45 ans mais j’ai commencé très tard justement parce que je voulais être sûre de ce que je voulais.

    J’ai horreur de cette mode actuelle des tattoos… tout le monde en a, et beaucoup de gens se font tatouer aujourd’hui parce que c’est « in »… Je trouve ça tellement… dépersonnalisé…

    Je vais aller lire ton autre article (et m’abonner à ton blog d’ailleurs).
    Si tu veux y jeter un œil, j’en avais également écrit un que tu peux trouver ici :
    http://bool-de-gomme.blogspot.fr/2013/02/jai-teste-le-tatouage.html

    Et je termine mon commentaire par ce que le dernier tatoueur que j’ai rencontré dit toujours : « Le tatouage est le seul Art ou l’artiste collabore avec sa toile ».
    Au plaisir de te lire à nouveau,
    Vanessa

    22 novembre 2016 at 11:32
    • Reply Ophélie G.

      Merci pour ton témoignage ! Comme toi, je ne supporte pas cette « mode » du tatouage.. C’est quand même quelque chose qui reste à vie, ça ne se prend pas à la légère ! Je vais de ce pas aller lire ton article ! xx

      22 novembre 2016 at 15:36
  • Reply Tiphaine

    Article très intéressant, surtout pour moi qui vais me faire faire tatouer pour la première fois vers janvier / février ! Comme toi, je pense qu’un tatouage a une signification toute personnelle et celui que je veux est comme cela.

    22 novembre 2016 at 13:32
    • Reply Ophélie G.

      Je comprends tout à fait ton sentiment ! xx

      22 novembre 2016 at 15:37
  • Reply Estelle - Curiosity Escapes

    Comme toi mes tatouages sont hyper intimes. Je peux les montrer aux gens, leur expliquer le symbole mais je ne dis jamais la signification profonde qu’ils ont pour moi, c’est trop personnel. C’est clair que quand on commence on n’arrive plus à s’arrêter. Je me suis arrêtée à 2 tatouages car je ne veux pas être toute recouverte, mais je grouille d’idées pourtant. Un troisième peut-être un jour.

    22 novembre 2016 at 17:14
    • Reply Ophélie G.

      Le « peut-être » qui veut tout dire ! xx

      23 novembre 2016 at 16:25
  • Reply Camomille

    Il est très beau celui que tu as montré! J’ai une vision du tatouage qui est la même que la tienne! Je ne suis pas encore tatouée, j’ai un projet depuis plusieurs années mais je n’ai pas encore passé la porte du tatoueur, je ne sais pas trop ce qui me retient. Ce n’est pas la peur de la douleur, je ne la crains pas et je pense même qu’un tatouage se mérite! C’est peut être parce que j’aime mûrir mes décisions longtemps avant de les prendre, pour être sûre de ne pas faire marche arrière au dernier moment. Je sais que je vais finir par y aller, bientôt 🙂

    22 novembre 2016 at 20:27
    • Reply Ophélie G.

      Merci 🙂 ! Celui-là date du mois de mai, et je l’adore !
      Tout vient à point à qui sait attendre comme on dit ! Si tu n’as pas encore passé la porte, rien ne t’empêchera de le faire un jour ! Mais je suis d’accord toi, un tatouage, ça se mérite ! xx

      23 novembre 2016 at 16:26
  • Reply Frenchie au Canada

    Joli tatouage 🙂 Le mien est aussi tres personnel est symbolique de quelque chose de tres profond meme si au premier abord il peut paraitre « futile » et juste « mignon ».
    Par contre je n’en ai qu’un et meme si j’ai une idee de quoi faire apres, j’attend que quelque chose d’autre arrive dans ma vie pour le faire

    22 novembre 2016 at 23:01
    • Reply Ophélie G.

      Cheers ! Qu’il paraisse futile ou autre, tant qu’il te plaît à toi, c’est le principal ! xx

      23 novembre 2016 at 16:27
  • Reply Adélaïde

    « Mes huit tatouages ont un sens. Je ne parle jamais de la signification qu’ils révèlent, car c’est beaucoup trop intime. Si les montrer ne me dérange absolument pas, je préfère garder leur signification rien que pour moi. Car c’est uniquement pour moi que je les fais. Il n’est pas seulement question d’esthétisme, c’est beaucoup plus profond que ça. »
    Tu as tout résumé de ma gêne quand on me pose la question de « pourquoi tu t’es fait tatoué ça ? », la plupart de mes tatouages sont visibles, ça ne me dérange pas mais en parler, c’est toujours un peu difficile et trop intime. Et puis j’avoue que ça fait tellement partie de moi, que j’ai l’impression qu’ils ont toujours été là comme une tâche de naissance. et c’est un peu bête de demander pourquoi une personne a une tâche de naissance à cet endroit ou un grain de beauté ? 😉

    23 novembre 2016 at 06:24
    • Reply Ophélie G.

      Entièrement d’accord avec toi ! On oublie rapidement qu’ils sont là, et sans ces gens extérieurs pour nous rappeler leur présence, on ne s’en préoccuperait pas.. xx

      23 novembre 2016 at 16:28
  • Reply Anaïs

    Tu t’en doutes, j’ai adoré lire ton article. Tout comme toi, chacun de mes tatouages à une symbolique forte et profonde. Je pense que je n’arriverais pas à ma tatouer sans symbolique, mais je respecte bien évidemment ceux qui le font :)! Le tatouage est avant tout personnel, symbolique ou pas :)! Vivement le prochain :D!
    J’ai hâte de voir le nouveau bébé :p ♥

    12 décembre 2016 at 20:36
    • Reply Ophélie G.

      Les tatouages, c’est la vie ! J-2 avant le nouveau bébé, j’ai hâte de voir le résultat (et de te le montrer aussi !). ♥

      13 décembre 2016 at 09:49
  • Reply Marianne

    Hello !
    J’étais à la recherche d’un tatoueur à Édimbourg et je suis tombée sur ton article que j’ai beaucoup apprécié ! 🙂
    J’aimerais savoir quel était le nom de ton tatoueur à Édimbourg et s’il fallait obligatoirement prendre rendez-vous avant ? J’y pars cet été pendant 5 jours et ça me tiendrait à cœur de pouvoir m’y faire tatouer !

    22 février 2017 at 21:14
    • Reply Ophélie G.

      Salut !
      Ce salon s’appelle Tribal Body Art. Tu peux aller jeter un œil sur leur site. Il me semble qu’il faut un rendez-vous, mais j’imagine que ça doit pouvoir se régler par email. Par contre, je t’avoue que mon modèle de tatouage est tiré d’une saga littéraire et que du coup, mon tatoueur (Callum), n’a pas eu à le modifier du tout. Donc je ne me pas te dire ce que je pense des dessins et tout. Mais c’est un endroit très clean que je recommande sans hésitation. Une amie s’est faite tatouer plusieurs fois dans ce salon, sans aucun souci.
      Je suis d’accord, c’est une excellente idée pour marquer un voyage. xx

      23 février 2017 at 17:22

    Laisser un commentaire